Vaccin: enjeux économiques et droit de la santé

Le Covid19 a des points communs avec la tuberculose. Elle se propage dans les pays où le risque de contagion augmente avec le difficile accès aux soins. Comment ne pas faire la comparaison avec la France et le corona, vu les conditions hospitalières en baisse de moyens. La vaccination fait débat; et si le vaccin du BCG protégeait du covid ? La santé : une économie avant d'être un bien commun ?

La différence fondamentale entre le coronavirus et la tuberculose est que la tuberculose est la maladie qui tue le plus au monde. La Chine fait partie des trois premiers pays les plus concernés dans le monde par la tuberculose. Pour reprendre les termes de l'Oms." La tuberculose touche le plus souvent les poumons. C’est une maladie que l’on peut éviter et guérir. La tuberculose se transmet d’une personne à l’autre par voie aérienne. Quand une personne atteinte de tuberculose pulmonaire tousse, éternue ou crache, elle projette des bacilles tuberculeux dans l’air. Il suffit d’en inhaler quelques-uns pour être contaminé.
Environ un quart de la population mondiale est porteuse d’une tuberculose latente, ce qui signifie que ces personnes ont été infectées par le bacille tuberculeux mais ne sont pas (encore) malades et ne peuvent pas transmettre la maladie. 

CONTAGION ET TRAITEMENT
Le risque de développer la maladie à un moment de leur existence est de 5 à 15 % chez les sujets porteurs du bacille tuberculeux. Le risque est plus élevé pour ceux qui ont un système immunitaire déficient, comme les personnes vivant avec le VIH, celles qui souffrent de malnutrition, les diabétiques et les consommateurs de tabac. La recherche tente de trouver un remède efficace contre la tuberculose depuis plusieurs générations. Le traitement durerait des dizaines de mois. Il consiste en une combinaisons de médicaments car le corps développe une résistance aux antibiotiques.

Le traitement contre le corona a les mêmes enjeux. On sait que le corona est de la famille du rhume et de la grippe. avec une possibilité que le système immunitaire s'emballe et doivent lutter avec force. Le corps réagit souvent fortement quand les symptômes se déclenchent. Une personne fébrile devra affronter la maladie avec des symptômes marqués. Les similitudes sont flagrantes. Un autre point commun entre le coronavirus et la tuberculose est la recherche d'un vaccin efficace. 

En France, on vaccinait avec le BCG contre la tuberculose.  Mais un décret de mars 2019 confirme qu'il n'est plus obligatoire du tout depuis 2007, alors que 12 autre vaccins le sont. Pour rappel, en France, le parcours de soins coordonnés, institué par la loi de réforme de l'assurance maladie du 13 août 2004. oblige à déclarer un médecin traitant. Si on ne déclare pas un médecin traitant, on est tout simplement moins remboursé. C'est le début du traçage de la santé.  Quant au vaccin BCG, pourquoi n'est-il plus à l'ordre du jour en France, alors qu'il prévient les cas les plus graves de tuberculose, et que cette maladie est la première cause de mortalité dan sle monde. Pourquoi le confirmer par  décret en 2019?

A LA RECHERCHE D'UN VACCIN. LE CAS DU BCG.

Un lien commence à être établi entre vaccin du BCG ( vaccin contre la tuberculose) et l'innocuité de la maladie du Covid19. Des tests sont à l'épreuve. Le vaccin du BCG permet une efficacité contre la tuberculose pour les enfants mais pas pour tous les adultes en  condition sanitaire d'urgence restreinte, ou vulnérables. Les enfants non vaccinés au BCG seraient plus exposées au risque de contracter la tuberculose. Et si les enfants vaccinés avec le BCG étaient clairement épargnés par le covid? On sait que le nombre de cas de coronavirus en France est grand. En Italie et aux USA, le vaccin BCG n'est pas obligatoire et cette population non vaccinée par le BCG a contracté de nombreux cas au covid19.

On sait que la Chine fait partie des pays au monde qui connaissent le plus de cas de tuberculose et que c'est avant tout un problème d'hygiène sanitaire et d'accès aux soins d'urgence, avant la nécessité d'un vaccin de type BCG, tout comme l'Afrique.  

Pourquoi la France n'a-t-elle pas réagi au manque de moyens  des conditions sanitaires d'urgence, quand on sait qu'il est un accélérateur de mortalité? 

Dans le même temps, depuis des années, l'Institut Pasteur et l'Oms cherchent des moyens de trouver un vaccin adéquat pour tous les adultes contre la tuberculose (la tuberculose concerne très peu les enfants. En effet le système immunitaire subit moins les effets de cytokine - accélérateur de symptômes dû à des anticorps de moins en moins performants chez l'adulte, plus on avance dans l'âge). Mais la recherche ne récolte pas assez de fonds, les financeurs occidentaux ne se sentent pas concernés par la maladie de la tuberculose , qui concerne essentiellement les pays "pauvres". Cette maladie a été enrayée dans les pays occidentaux, sauf ana les grandes agglomérations comme l'île deFrance. Le vaccin du BCG disparait peu à peu. Pourquoi une omerta vers la possibilité d'un nouveau vaccin obligatoire dans le monde? Est-ce un nouveau facteur de compétition mondial, alors que notre système immunitaire saurait déjà se prémunir, avec ses acquis?

La question fondamentale qui se pose est la suivante: pourquoi ne pas investir dans l'aménagement de structures adaptées contre les effets de la tuberculose dans le monde, puisque c'est la première cause de décès dans le monde, avant le VIH.  Idem pour le coronavirus à propos de sa propagation dû aux services sanitaires en suractivité. Le covid est né d'un pays où la tuberculose fait rage...En Europe, l'initiative TVBAC2020 cherche depuis 2015 à trouver un nouveau vaccin contre cette maladie ancestrale qu'est la tuberculose. Et si la recherche de vaccins contre le covid n'était que la réactualisation d'une recherche déjà en cours? La question revient alors: pourquoi le vaccin du BCG n'est plus obligatoire en France quand on sait que douze autres vaccins sont obligatoires. Il y a des zones d'ombres.

Mettre un terme à l’épidémie de tuberculose d’ici à 2030 fait bien partie des cibles fixées dans les objectifs de développement durable dans le domaine de la santé dans le monde. Ce qu'il y a en  commun entre la tuberculose et le coronavirus, c'est aussi que la maladie s'attaque au système immunitaire à une période de vie où l'adulte est le plus productif.

ENJEUX ECONOMIQUES

On peut se demander quels sont les enjeux économiques du vaccin en général. Pourquoi celui du BCG n'est plus d'actualité. Comment réguler de nouveau les règles sanitaires d'urgence dans le monde. Pourquoi la France n'enraye-t-elle pas cette défaillance mise progressivement en place depuis la première réforme de 2004. Quel est le nombre de cas vaccinés avec le BCG qui ont contracté le covid? Est-il grand ou quasi nul?...
Et surtout quels vaccins boostent réellement le sytème immunitaire. Aujourd'hui se confondent des effets délétères de vaccins, dûs au additifs, proposés par un système agro-alimentaire pour que les vaccins se conservent longtemps...  Quels additifs dans les vaccins sont dangereux pour la santé ou pas. Qui investit, pour obéir aux lois du marché à l'insu de la santé? Et si toutes les personnes vaccinées avec celui du BCG étaient de fait immunisées contre le covid? Toute cette population serait alors épargnée de fait par le traçage.ce n'est qu'un hypothèse.
Ne devrait-on pas enrayer cette omerta sur le vaccin, où chaque gouvernement décide sans consulter son peuple de l'avenir de la santé de ses citoyens. On vit tous sur la même planète. Au dela du traçage et du contrôle de la santé, la santé est un bien commun à défendre et à porter à la connaissance, et un droit humain fondamental. Bien avant d'être un sytème économico-politique.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.