L’inconséquence pour gouvernance ?

Alors que ce gouvernement étouffe les petits commerces et paupérise des millions de citoyen-nes, il verse des milliards aux entreprises… donc à leurs actionnaires ! De l’argent public, l’argent des contribuables, transféré au privé sous couvert angélique de sauvegarde des emplois !

L’inconséquence pour gouvernance ?   V 2 _ 5 novembre 2020

Ce billet s’appuie sur un texte écrit au lendemain de l’annonce du second confinement partiel, mais national.
Confinement partiel, puisque tout le monde a compris que les entreprises et les travailleur-ses ne peuvent interrompre leur contribution indispensable à l’économie ‘’néolibérale ‘’.

Alors que bibliothèques, théâtres, cinémas, piscines, salles de sports…  
ont appris à s’organiser après le premier confinement, [1] les voilà de nouveau fermé-es !!!

Nombre de petits commerces également. Et chacun de relever l’incohérence de ce gouvernement. A juste titre.

Pour le moins, voilà un sujet dont l’importance mérite débat démocratique.
Mais, quel est le gouvernement qui a mobilisé les intelligences de sa Nation pour proposer des solutions partagées ? Partagées et donc acceptées ? Acceptées et donc efficaces ?
En France, c’est le cafouillage total !

Comme il est difficile de croire à l’inconséquence totale de personnes qui disposent de grands moyens d’information et d’alerte, il faut chercher ailleurs, que sur le plan sanitaire, la raison de ce nouveau confinement à géométrie très variable.
En effet, il est toujours important de chercher quelle est la trame, la logique, le principe organisateur d’un système.

De nombreux commentateurs politiques observent que les mesures prises par ce gouvernement favorisent la grande distribution et les géants du numérique organisateurs des services par correspondance.
D’ailleurs, qui répondait, hier, pour le gouvernement, aux questions du Sénat sur ce sujet ? Le secrétaire d’Etat au numérique !

Alors que ce gouvernement étouffe les petits commerces et paupérise des millions de citoyen-nes, il verse des milliards aux entreprises… donc à leurs actionnaires !
De l’argent public, l’argent des contribuables, transféré au privé sous couvert angélique de sauvegarde des emplois ! Quelles seront les conséquences ?  L’Etat croulera sous les dettes et les services publics seront étouffés au nom d’une gestion rigoureuse ! A contre cœur, évidemment ! Un vaste champ de bataille ouvert au privé…

 

Mais, revenons au commencement.
Comme toujours, la Macronie annonce le principe de son projet, puis elle laisse se développer les débats et s’épuiser les contestations. La réforme du système de retraite en est un exemple emblématique. Il s’agit d’imposer le calcul à points c’est-à-dire une contribution individuelle en place de la solidarité collective. Puis, la discussion est déplacée, en périphérie, sur la meilleure manière de définir ‘’ce point’’ !!!

Pour les crises actuelles [2], masquées sous un vocable, intellectuellement paresseux, ‘’le Covid’’ [3], l’acte fondateur est la déclaration de guerre prononcée par le Président de la République.

Une guerre sans merci, coûte que coûte, contre ‘’un ennemi invisible’’ déjà très connu des laboratoires à la mi-mars et dont l’image est alors présentée à satiété par tous les médias.
« Un ennemi invisible » ? Serait-ce un lapsus à l’image de ‘’la main invisible’’ des marchands et du capitalisme dérégulé, ou bien, une provocation ‘’de choc’’ du philosophe politicien ?

Toujours est-il qu’avec’’ l’état d’urgence sanitaire’’, tout s’enchaine.
Le ruissellement des consignes est organisé, depuis Sa Présidence au Conseil national de défense, au boycott et à la préemption de l’Assemblée nationale, du Sénat qui se rebelle mais ne s’impose pas, du CESE contourné par un ‘’conseil scientifique’’ placé à l’Elysée… Par la mobilisation de l’appareil d’Etat et des préfets… Gare aux contrevenants ! Adieu démocratie…

Le confinement, mise en quarantaine d’une large partie de la population, est imposé. La part, de plus en plus importante, qui n'est pas de ‘’première nécessité’’ aux yeux des décideurs.
Les consignes de précaution sanitaire, distance interindividuelle, se laver les mains, porter un masque… sont travesties dans de guerriers ‘’gestes barrières’’. La fameuse ‘’distanciation sociale’’ (ce n'était pas un lapsus !) est en marche !

L’isolement des porteurs symptomatiques du virus et leurs contacts, mesure de santé publique, est transformé en consigne de politique répressive : seuls les travailleurs utiles peuvent circuler librement. Jusqu’où tiendra le consentement sociétal ?

De plus, les consignes étant brouillées entre la nécessité sanitaire et l’objectif politique, une grande partie de la population, victime de la méconnaissance et en conséquence de la peur, ne sait quel comportement adopter.
L’incohérence conduit à ne pas respecter, en privé le plus souvent, la prudence d’une distance minimale entre personnes. Et la pandémie se développe.

Pourtant, nous devons nous organiser en présence d’un virus qui vivra au moins aussi longtemps que l’humanité. Nous organiser maintenant, pour plusieurs mois sans médicaments ciblés et sans vaccin pour nous protéger. Mais aussi pour après.
Et les citoyen-nes savent le faire. Aussi bien dans les services de soins étranglés par des austérités budgétaires successives que dans la vie quotidienne ! A preuve les dispositifs, d’ailleurs souvent surdimensionnés, pour éviter les contaminations dans la quasi-totalité des lieux de vie publique.

Réunions, séminaires, colloques… sont interdit-es sans scrupules. Non pas contre la pandémie, mais parce qu’iels permettent de faire vivre les idées et les analyses démocratiques !

Là est le complot… Ce gouvernement fait preuve d’une monstrueuse et inacceptable cohérence au seul profit des plus riches.

[1] https://blogs.mediapart.fr/covivons/blog/291020/pas-pris-pas-appris?userid=b237ed4f-ba41-443e-bf29-30eb4eaff64a

 [2] https://blogs.mediapart.fr/maumauf/blog/180520/cette-crise-un-systeme-de-ou-en-crises?userid=04a56952-f3e8-4a6c-b259-29e96e8a0c6b

[3] https://blogs.mediapart.fr/covivons/blog/270920/oui-nous-devons-arreter-de-parler?userid=c2c6dd79-30bd-4ded-9f52-3dd8713e9b21

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.