Bienvenue en Absurdie !

Comment sortir de l’absurdité, de politiques cupides et étroitement intéressées ? Comment vivre à nouveau paisiblement et convivialement ? Malgré la présence d’un virus qui peut provoquer une maladie respiratoire sévère, trop souvent mortelle. Le coronavirus n’est pas le seul, et il ne disparaitra ni pas par magie, ni par un autoritarisme vide de (bon) sens et d’empathie.

Bienvenue en Absurdie ! 

C’est trop bien connu, l’administration peut être bête… 

Ce samedi 7 aout, je souhaitais voir l'expo ''Voyage sur la route de Kisokaido''
dont c'est l'avant dernier jour, au Musée Cernuschi.

Peu avant midi, smartphone en main, je présente mon attestation de vaccination, achevée en mai 2021. L'appareil du musée ne peut lire les QR code de mes 2 documents, français et européen. Je produis également une version papier dont, hélas, le QR n'est pas de bonne qualité.
Les vigiles ne veulent pas prendre en compte les indications écrites : "Le Préfet de Police exige une lecture du QR code" !

Ils me proposent donc d’aller dans une pharmacie pour obtenir une attestation papier à partir de ma carte vitale, ou de me faire faire un test sérologique (ce que je refuserais, évidemment !).

Me voilà donc reparti, sous la pluie, pour la pharmacie la plus proche, la pharmacie Villiers, près du métro éponyme. Là, on m’explique qu’ils ne peuvent imprimer une attestation car « je ne suis pas leur client » ! Normal, pour une boutique !!!

Retour au Boulevard Malesherbes où la pharmacie est fermée. De même dans la rue adjacente… Je décide de faire le tour du pâté de maisons, via le Boulevard Haussmann. Une pharmacie ouverte me reçoit comme un patient, bien qu’inconnu, et m’imprime une attestation en une minute. Merci beaucoup.

De retour au musée, par curiosité, je présente, via mon smartphone, une attestation.pdf que j’ai retrouvée grâce à un mél qui m’a été envoyé par mon médecin traitant.
Après 4 essais, pour éviter les reflets, le fameux QR code est enfin reconnu ! Ouff !

Contrôler une attestation est un acte technique. C’est également un acte citoyen…

Soulagé, je me présente à l’accueil avec ma carte professionnelle ICOM. Comme je n’ai pu réserver via Internet, l’entrée m’est refusée. Sauf si, à l’entrée de l’exposition, les vigiles acceptaient. Nouveau refus, catégorique.

Petit tour au Parc Monceau pour évacuer la pression.

Comme je repasse devant le musée, je tente une nouvelle fois au cas où un visiteur ayant réservé ne se soit pas présenté. Échec !

Or, les visiteurs ne sont pas comptés à l’entrée, ni à la sortie évidemment.
L’administration sait être aveugle.

Du point de vue sanitaire, quelle rationalité accorder à une jauge alors que les visiteurs sont vaccinés ou témoignent d’un test PCR négatif ? Et que, de plus chacun, porte un masque ?

Pour être respectée, cette jauge nécessiterait un comptage des personnes présentes sur site !
Ainsi, lors de grandes expositions où se presse une foule, les visiteurs sont comptés à l’entrée et à la sortie, afin qu’un nombre maximal soit respecté pour le confort et la sécurité.

Rien de cela ici : une règle restrictive et policière qui n’a aucun fondement sanitaire.

Pourtant, il nous faut apprendre à vivre avec le coronavirus. Nous devons retrouver la démocratie, tuée par une ‘’déclaration de guerre’’ du 16 mars 2020 !
Nous devons renouer avec l’intelligence et la convivialité.

Je précise que je suis pro-vaccination et que je ne suis pas choqué par le principe d’un passe-sanitaire. Nous devons agir collectivement pour enrayer cette pandémie.
C’est une condition pour notre santé et notre liberté.

Dans un billet précédent, j’ai expliqué comment ce gouvernement n’a pas adopté les bonnes mesures pour faire face à la pandémie Covid 19. « Triste, déroutante, inquiétante et redoutable situation… »
Il a perdu toute crédibilité citoyenne.

 En ce temps de jeux Olympiques, j’hésite à décerner, ironiquement, des palmes de mauvais augures : l’or à la cupidité (marchande et financière), l’argent au pouvoir (autoritaire), le bronze aux contraintes (policières)…

Hélas, un gouvernement peut être méchant ! Et, en même temps, pervers !!!

Comment, après tant d’atermoiements, comment remettre à plat ce que nous savons scientifiquement et médicalement des épidémies, d’un virus et d’une maladie ?
Comment utiliser au mieux les outils de protection dont nous disposons ?
Comment pouvons-nous contribuer à la vaccination de tous les humains, ici et partout ? A la seule exception des contre-indications médicales, évidemment.

Comment sortir de l’absurdité, de politiques cupides et étroitement intéressées ?  Comment vivre à nouveau paisiblement et convivialement ?
Malgré la présence d’un virus qui peut provoquer une maladie respiratoire sévère, trop souvent mortelle. Le coronavirus n’est pas le seul, et il ne disparaitra ni pas par magie, ni par un autoritarisme vide de (bon) sens et d’empathie.

Vivons en bonne intelligence,
CoVivons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.