CoVivons
Citoyen, recyclé, pédagogie, communication
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2021

CoVivons
Citoyen, recyclé, pédagogie, communication
Abonné·e de Mediapart

Bienvenue en Absurdie !

Comment sortir de l’absurdité, de politiques cupides et étroitement intéressées ? Comment vivre à nouveau paisiblement et convivialement ? Malgré la présence d’un virus qui peut provoquer une maladie respiratoire sévère, trop souvent mortelle. Le coronavirus n’est pas le seul, et il ne disparaitra ni pas par magie, ni par un autoritarisme vide de (bon) sens et d’empathie.

CoVivons
Citoyen, recyclé, pédagogie, communication
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue en Absurdie ! 

C’est trop bien connu, l’administration peut être bête… 

Ce samedi 7 aout, je souhaitais voir l'expo ''Voyage sur la route de Kisokaido''
dont c'est l'avant dernier jour, au Musée Cernuschi.

Peu avant midi, smartphone en main, je présente mon attestation de vaccination, achevée en mai 2021. L'appareil du musée ne peut lire les QR code de mes 2 documents, français et européen. Je produis également une version papier dont, hélas, le QR n'est pas de bonne qualité.
Les vigiles ne veulent pas prendre en compte les indications écrites : "Le Préfet de Police exige une lecture du QR code" !

Ils me proposent donc d’aller dans une pharmacie pour obtenir une attestation papier à partir de ma carte vitale, ou de me faire faire un test sérologique (ce que je refuserais, évidemment !).

Me voilà donc reparti, sous la pluie, pour la pharmacie la plus proche, la pharmacie Villiers, près du métro éponyme. Là, on m’explique qu’ils ne peuvent imprimer une attestation car « je ne suis pas leur client » ! Normal, pour une boutique !!!

Retour au Boulevard Malesherbes où la pharmacie est fermée. De même dans la rue adjacente… Je décide de faire le tour du pâté de maisons, via le Boulevard Haussmann. Une pharmacie ouverte me reçoit comme un patient, bien qu’inconnu, et m’imprime une attestation en une minute. Merci beaucoup.

De retour au musée, par curiosité, je présente, via mon smartphone, une attestation.pdf que j’ai retrouvée grâce à un mél qui m’a été envoyé par mon médecin traitant.
Après 4 essais, pour éviter les reflets, le fameux QR code est enfin reconnu ! Ouff !

Contrôler une attestation est un acte technique. C’est également un acte citoyen…

Soulagé, je me présente à l’accueil avec ma carte professionnelle ICOM. Comme je n’ai pu réserver via Internet, l’entrée m’est refusée. Sauf si, à l’entrée de l’exposition, les vigiles acceptaient. Nouveau refus, catégorique.

Petit tour au Parc Monceau pour évacuer la pression.

Comme je repasse devant le musée, je tente une nouvelle fois au cas où un visiteur ayant réservé ne se soit pas présenté. Échec !

Or, les visiteurs ne sont pas comptés à l’entrée, ni à la sortie évidemment.
L’administration sait être aveugle.

Du point de vue sanitaire, quelle rationalité accorder à une jauge alors que les visiteurs sont vaccinés ou témoignent d’un test PCR négatif ? Et que, de plus chacun, porte un masque ?

Pour être respectée, cette jauge nécessiterait un comptage des personnes présentes sur site !
Ainsi, lors de grandes expositions où se presse une foule, les visiteurs sont comptés à l’entrée et à la sortie, afin qu’un nombre maximal soit respecté pour le confort et la sécurité.

Rien de cela ici : une règle restrictive et policière qui n’a aucun fondement sanitaire.

Pourtant, il nous faut apprendre à vivre avec le coronavirus. Nous devons retrouver la démocratie, tuée par une ‘’déclaration de guerre’’ du 16 mars 2020 !
Nous devons renouer avec l’intelligence et la convivialité.

Je précise que je suis pro-vaccination et que je ne suis pas choqué par le principe d’un passe-sanitaire. Nous devons agir collectivement pour enrayer cette pandémie.
C’est une condition pour notre santé et notre liberté.

Dans un billet précédent, j’ai expliqué comment ce gouvernement n’a pas adopté les bonnes mesures pour faire face à la pandémie Covid 19. « Triste, déroutante, inquiétante et redoutable situation… »
Il a perdu toute crédibilité citoyenne.

 En ce temps de jeux Olympiques, j’hésite à décerner, ironiquement, des palmes de mauvais augures : l’or à la cupidité (marchande et financière), l’argent au pouvoir (autoritaire), le bronze aux contraintes (policières)…

Hélas, un gouvernement peut être méchant ! Et, en même temps, pervers !!!

Comment, après tant d’atermoiements, comment remettre à plat ce que nous savons scientifiquement et médicalement des épidémies, d’un virus et d’une maladie ?
Comment utiliser au mieux les outils de protection dont nous disposons ?
Comment pouvons-nous contribuer à la vaccination de tous les humains, ici et partout ? A la seule exception des contre-indications médicales, évidemment.

Comment sortir de l’absurdité, de politiques cupides et étroitement intéressées ?  Comment vivre à nouveau paisiblement et convivialement ?
Malgré la présence d’un virus qui peut provoquer une maladie respiratoire sévère, trop souvent mortelle. Le coronavirus n’est pas le seul, et il ne disparaitra ni pas par magie, ni par un autoritarisme vide de (bon) sens et d’empathie.

Vivons en bonne intelligence,
CoVivons.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin