Le Capitalo-fascisme sonne le glas pour la Vème République !

En déclarant la guerre à un virus invisible et le confinement (partiel) de la population française, M. Macron a réussi un ‘’coup d’état sanitaire’’. Nos droits à la santé, nos droits à la sécurité et la dignité, nos droits à l’égalité, la liberté et la fraternité, sont universels et indivisibles !!!

Le Capitalo-fascisme sonne le glas pour la Vème République !

En déclarant la guerre à un virus invisible et le confinement (partiel) de la population française, M. Macron a réussi un ‘’coup d’Etat sanitaire’’.

De fait, celui-ci marque l’entrée de la France dans un régime de capitalo-fascisme. Ainsi, Macron rejoint le clan des Trump, Bolsonaro, Erdogan, Orban, Poutine, Modi, Xi Jinping…

Avec les patrons des patrons, ils pouvaient ainsi renoncer (temporairement) aux réformes en cours sur la retraite et le chômage… Ils frappaient plus fort et plus loin…

Observons bien, en plus de l’évidente restriction des libertés, les ordonnances prises au lendemain de ce coup d’État. Et les mesures qui persistent toujours aujourd’hui alors qu’un lent déconfinement est amorcé.
Les deux Chambres Parlementaires se sont couchées devant l’injonction du gouvernement. Aussi, les patrons ont-ils la main encore plus serrée sur l’emploi, donc la force de travail et le système de production. Nombre de conquis sociaux ont été rognés !
Tandis que la menace d’un nouveau confinement plane encore…

Y avait-il nécessité de confinement pour répondre à la menace de la pandémie ?
Non ! Assurément, non ! Pas sous cette forme du moins…
Les attitudes de prudence sanitaire étaient suffisantes : garder ses distances, se laver les mains et ne pas les porter au visage.

Au lieu de cela, des ‘’gestes barrières’’ pour une guerre invisible.
La ‘’distanciation sociale’’ c’est-à-dire mettre à distance les forces sociales. Un coup politique et médiatique réussi, hélas !

Alors que le moment nécessitait le rassemblement des forces citoyennes, une solidarité de ‘’discipline’’, les patrons-Macron ont écarté les élus du peuple. Tandis que leur consigne ‘’Restez chez vous !’’ résonnait du son très martial de l’occupation…
Comme si, chez soi (pour celles et ceux qui en ont un) le coronavirus ne pouvait sévir ! Au risque de faire des foyers familiaux des ‘’clusters’’ (foyers) de contamination !!!

De même, quelle nécessité (sanitaire) d’interdire les promenades, souvent solitaires, sur les plages, en forêts, en mer, dans les parcs ?

Quant à l’exemple de la Suède, penserez-vous ? La Suède n’a pas confiné, mais sans imposer de règles fermes de distance entre les personnes, ni de port d’un masque.

En France, est-ce le confinement ou bien les contraventions élevées pour non-respect des distances qui ont été efficaces dans le maintien d’un pic de la pandémie ?
Nous ne le saurons jamais !

En revanche, nous savons les dramatiques effets du confinement et de consignes biaisées.
Aujourd’hui, comme hier, trop de Français-ses n’ont pas intégré les attitudes de précaution face à la pandémie Covid-19. Nous le paierons cher, demain encore.

Car, il convient de bien distinguer ce qui relève du coronavirus, et qui intéresse en premier les chercheurs et les médecins pour mettre au point protocoles de soins et vaccin.
Ce qui relève de la pandémie, et donc de la transmission du virus par les contacts humains, c’est une responsabilité collective, sociétale. Elle implique compréhension et adhésion.
Et par ailleurs, ce qui relève de la stratégie politique du confinement (qui a pris exemple sur celle de la Chine autoritaire). Elle a fait l’opportunisme politicien de patrons archaïques qui fourbissent, depuis le Conseil de la Résistance, des armes pour détricoter les conquis sociaux (pour eux, ouvrier = esclave !).

Une pseudo cellule de ‘’Conseil scientifique’’ n’a pas lieu d’être à l’Élysée !
D'ailleurs, en quoi ses avis publiés sont-ils ‘’scientifiques’’ ?
Pourtant, les Académies de Médecine, des Sciences… ont, elles, fourni ces avis très documentés et rigoureux.
Dans notre ancienne Vème République, la traduction des analyses scientifiques en action politique, aurait dû être l’œuvre des chambres parlementaires et du gouvernement !
De plus, il existe un Conseil Économique, Social et Environnemental dont ce devrait être la fonction. Or, dans le dispositif représentatif, le CESE n’est pas reconnu et ne peut assurer pleinement son rôle…

Tournant le dos à la démocratie, les patrons-Macron d’un autre âge sont passés en force…
Macron est considéré comme un président jeune. Il l’est en âge et en expérience. Il porte en revanche, les vieilles idées du clan Reagan-Tchater dont nous connaissons les conséquences dramatiques via un capitalisme financier dérégulé, nommé pudiquement ‘’néo-libéralisme’’.

L’analyse rend nécessaire d’identifier et de nommer les événements (pas les paroles !), pour les comprendre et réagir.
Le macronisme visait à faire entrer totalement la France dans la mouvance économiste anglo-saxonne : l’argent et l’entreprise d’abord !

Comme dans de trop nombreux pays, le mouvement actuel, parce qu’il est la seule voie de sauvegarde d’un capitalisme sauvage et prédateur, c’est le capitalo-fascisme.
Les forces d’État, de police et d’armée, sont détournées pour la défense du capital et la captation des plus-values telles que concentrées actuellement.

Pourquoi les Français et les Françaises n’ont-iels pas réagi ?
Parce qu’ils ont eu très peur !
Une peur entretenue à longueurs de palabres médiatiques, d’informations contradictoires et de bulletins mortifères… Une peur rendue possible par défaut de culture scientifique !

Ceux qui ont réagi, ce sont les communautés brimées des USA, en proclamant ‘’Black Lives Matter’’.
Elles ont été suivies partout dans le monde… Cette solidarité anti-raciste est aussi une solidarité de classe, celle des exploités.

Malgré la mobilisation des forces de police, le fascisme ne passera pas… longtemps ! « Poor Lives Matter » !

Nos droits à la santé, nos droits à la sécurité et la dignité, nos droits à l’égalité, la liberté et la fraternité, sont universels et indivisibles !!!

Il est impératif de changer de système politique et de (re)trouver une démocratie active, participative, implicative...

Esperanza21, association à laquelle je participe, propose 7 exigences pour que la santé devienne l’objectif politique majeur. http://esperanza21.org/sites/default/files/Edito%2073%20SANTE%2C%20droits%20et%20devoirs%20%2822%20avril%202020%29.pdf

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.