Aux commentateurs, aux gauchistes, aux autres

Cela fait des mois que me peinent les invectives, de part et d'autre, que je lis dans les commentaires ici, sans jamais trouver les mots pour répondre... J'ai écrit ça quelque part, dans un fil, je le republie là...

Ce qui est intéressant au fil des commentaires, qui finissent quand même par se répéter, c'est qu'on voit bien que les Mélenchonistes croient -sincèrement- représenter toute la gauche... À partir de là, on comprend bien que celles et ceux qui ne rejoignent pas leur mouvement leur paraissent disons louches...

Je voudrais quand même soulever deux points...

Le premier, c'est qu'il y a de nombreuses cultures à gauche et historiquement qui plus est, avec des priorités différentes, des façons différentes... Il y a des gens qui peuvent ne pas se retrouver dans l'Étatisme de Mélenchon, il y a des gens plus démocrates que républicains (et on sait tous à quel point Mélenchon est républicain), certains qui sont attachés au projet européen quasiment quel qu'en soit le prix, etc.

La façon brillante avec laquelle Mélenchon a embranché le communisme et l'environnement, peu avant la précédente présidentielle, ne convaincra pas des écolos avec une culture autogestionnaire... Le souci scrupuleux qu'il attache à l'égalité républicaine tracassera les partisans d'une décentralisation plus ambitieuse...Les anticapitalistes trouveront toujours le projet de Mélenchon trop disons "gazellement pudique"... Etc.

Et puis, il y a des stratégies qui diffèrent : Est-il utile de rouvrir le débat sur l'avortement en l'inscrivant comme un droit constitutionnel quand on a vu la violence et la brutalité avec laquelle le mariage pour tous à été accueilli par certains ? Veut-on vraiment faire payer l'impôt sur le revenu à tout le monde, y compris des gens qui sont à 3 euros prêt ? Oui, sur le principe -républicain-, bien sûr... Mais quelles sanctions prévoit-on ? Au risque de les désocialiser encore plus ? Et puis, bien sûr, l'inquiétude qui persiste pour certain.es sur les parti-pris internationaux du mouvement dit insoumis qu'il ne sert à rien d'ignorer...

Le deuxième point que je voudrais noter, c'est une impression bizarre... Ainsi, les Mélenchonistes, du moins dans ces fils de commentaires, vous n'avez vraiment aucun doute ? Vous êtes certains, par exemple, que les plans A et B européens de votre mouvement vont s'avérer efficaces ? Eh bien, de mon côté, je ne sais pas, je regarde les propositions d'Hamon sur le projet européen, celles de Mélenchon, aucune des deux ne m'apporte de conviction ou de certitudes définitives... Je continue à ne pas être satisfait et à vouloir qu'on en discute encore, qu'on aille plus loin, qu'on se pousse chacun dans nos retranchements (le débat Généreux-Piketty m'a grandement laissé sur ma faim)...

Ils se sont divisés aussi, les Communeux, au cours des quelques semaines où ils se sont retrouvés au pouvoir, avec une violence qui revient tellement dans l'histoire de la Gauche, qu'on devrait aussi s'interroger sur ce qui la sécrète... Ils avaient tort, tellement tort, ne serait-ce que parce que le projet de Gauche n'est pas complet sans toutes ses composantes, que les Étatistes viendront toujours avec des solutions plus efficaces sur l'Égalité mais avec la Liberté en angle mort, que les Libertaires viendront questionner... La question sociale nécessite l'efficacité des un.es tout autant que le scrupule démocratique des autres...

Et puisqu'on vient se chercher là où l'approche de l'autre trouve sa limite, puisqu'on a tellement intérêt à se questionner avec bienveillance les un.es les autres pour dépasser nos angles morts et nos limites, je ne peux pas dire à quel point ces querelles et ces invectives me peinent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.