du tournage...

 

Elle est très curieuse cette période de tournage…

  J’ai le goût de m’y prendre à plusieurs fois. D’essayer des choses… De laisser passer quelques jours… De revenir… Ca me permet d’avoir peu d’attente et plutôt de m’adapter, de travailler la matière qui se présente… Je me méfie beaucoup de cette propension qu’on peut avoir à rêver le film, à venir avec des images en tête… Méfier n’est pas assez fort…

  Je fais tout pour m’empêcher de projeter quoi que ce soit sur les choses que je m’efforce de ne faire qu’observer le plus honnêtement possible… C’est du blabla, ce dernier bout de phrase… Je ne sais pas comment dire… J’essaie de mettre au point des projets dans lesquels je n’ai pas un rapport autoritaire ou capricieux aux choses… Non décidément, je ne sais pas…

  Bref… C’est le moment où ce qu’on a mis en place pour rendre possible que quelque chose arrive… arrive donc… Il s’agit d’observer et d’être capable d’en faire une matière de film…

  Ca me procure une immense joie, de filmer… Le qui vive de l’observation et la délectation d’en faire quelque chose comme son miel… J’ai un rapport sensuel et intuitif à la chose… Sans doute, si ça me procurait un peu moins de joie, je serais prêt à faire les concessions que…, mais là… Oh diantre !

  Après, je ne sais pas quel niveau de détails je dois donner… On est assez vite bavard, quand on est passionné par quelque chose… Disons que je me suis mis en difficulté en allant vers quelque chose que je n’ai pas l’habitude de faire du tout et que j’ai eu un petit temps de perplexité voire d’inquiétude… Bon… Ce ne serait pas drôle d’appliquer toujours la même recette… L’avantage de s’y prendre à plusieurs fois, cf plus haut…

  Je n’en dis pas plus. Je reviendrai expliquer le comment de notre projet plus tard…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.