Craig James Willy
Journaliste européen et conseiller en communication
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2013

The Economist constate l’hégémonie allemande

Craig James Willy
Journaliste européen et conseiller en communication
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juste un petit billet car c’est quand même un événement notable et le résumé de Presseurop est trop court.

En France, à chaque fois qu’un intellectuel ou un politicien se met à critiquer l’Allemagne ou la Chancelière Angela Merkel, il y a cette levée de boucliers. Qu’il s’agisse d’Arnaud Montebourg, d’Emmanuel Todd, de Claude Bartolone, d’Harlem Désir ou même le PS en général, il y a ce même refrain pour tuer le débat : « Germanophobe ! »

Or voici l’hebdomadaire le plus prestigieux du monde, celui des élites anglo-globalisées, une publication qui ne peut être soupçonnée de francophilie, qui constate banalement « l’hégémonie » allemande en Europe. Hégémonie « réticente »*, certes, mais bon, l’Empire, comme la souveraineté, ne se divise pas. Il est vrai que les Anglo-Américains sont plutôt plain-speaking et n’on pas le goût du faux-cul diplomatique si cher aux Continentaux.

Dixit The Economist :

 [L]a puissance en Europe s’est déplacée brusquement vers Berlin. Mme Merkel est largement perçue comme le politicien le plus important du continent. À Pékin ou à Washington, la question : « Où va l’Europe ? » est devenue synonyme de : « Que veulent les Allemands ? »

Des bureaucrates à Bruxelles parlent tristement du fait que Berlin est en train de devenir capitale de l’Europe. « Quand la position allemande change sur un dossier, le kaléidoscope change avec les autres pays qui s’alignent sur eux », raconte un fonctionnaire. « C’est sans précédent dans l’histoire de l’UE. » […]

Sur de vastes domaines de politique européenne, l’Allemagne est devenue beaucoup plus qu’un primus inter pares. Et à juger de la faiblesse de la France, de l’ambivalence de la Grande-Bretagne et les problèmes de la dette d’Europe du sud, pour les prochaines années le futur de l’Europe continuera à être disproportionnellement « Made in Germany ».

Je sais bien que le constat de l’hégémonie allemande frappe de trop près l’orgueil français pour qu’il soit reconnu. Je comprends que le « couple franco-allemand » est une orthodoxie, souvent une chimère, trop importante pour l’image-de-soi de l’élite française. Mais, après tout, soyons lucide.

* Je tiens personnellement à souligner que l’Allemagne n’a pas recherché cette position hégémonique. Mais c’est une simple conséquence de l’Union monétaire, construction « ordolibérale » mais qui avant tout est un projet français, qui n’est appropriée que pour l’économie allemande. L'oeuvre de Français passionnément idéologues et économiquement incultes, comme l'expliquait Raymond Aron, « enclins à transfigurer des débats économiques, sociaux ou techniques en conflits idéologiques ». Pour l'Allemagne, c’est un « empire accidentel ».

Aujourd’hui l’Allemagne se comporte comme un pays normal, c'est-à-dire qui poursuit ses intérêts, l’égoïsme « normal » de la Realpolitik entre États. Berlin, très sereinement, bloque les réformes nécessaires de la zone euro parce qu’elle bénéficie de la situation actuelle et que ces réformes présenteraient des risques financiers pour l’Allemagne. La politique de Merkel, c’est un peu une sorte de « politique de la chaise vide » permanente. Quand de Gaulle l’a fait, ça a bloqué l’européisme pendant deux décennies et a permis à grand soutien à l’agriculture française. Avec Merkel, parce qu’on a européanisé un pouvoir régalien, la monnaie, les conséquences du blocage sont beaucoup plus dramatique. C’est la démocratie, le social et l’économie – sans parler d’une génération trahie de jeunes européens – qui payent la note.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche