Debout (traduction d'un poème de Gustavo Pereira)

En pie est un poème de Gustavo Pereira, auteur vénézuélien, extrait de son recueil Vivir contra morir (1988).

En pie

 

Conozco de tristezas

Sé de puertas cerradas

Sé de la espalda expuesta al látigo y al odio

Sé de lejanos difuntos cubiertos

    de ceniza (sonajeros solitarios

                                       abandonados en cunas sin nadie)

Sé de incertidumbres y sobrecogimientos

 

Imperativos como la desgracia dejaron en mis bolsillos

    sólo este

    retrato macilento

y apenas en mi pecho polvo amargo del desamor

 

Conozco de tristezas

 

Sobre mi nuca cuatro siglos de pólvora y de dogma

    hincaron los

   pulgares ensangrentados del desprecio y la humillación

Por sentirme humano dejé extirpar en mí las costumbres

    de mis antepasados

y la leche pisoteada de sus heridas

Así inicié mi aprendizaje occidental

 

    pues

            de  tristezas

 

¿Pero hasta cuándo las tristezas?

 

¡Ya no más tristezas en la casa que habito

En el plato que tiendo

No más llaves siniestras ni disparos en la noche ni golpes

    en la

    puerta en lo alto del sueño

cuando ato al alma pliegues de este amanecer

                                    ganado a porrazo y a mordisco!

 

Debout

 

J’ai connaissance des tristesses

Je sais de portes fermées

Je sais d'épaules exposées au fouet et à la haine

Je sais de lointains défunts recouverts

    de cendre (hochets solitaires

                                     abandonnés dans des berceaux sans personne)

Je sais d'incertitudes et de sursauts

 

Des impératifs comme le malheur ont laissé dans mes poches

    juste ce

    portrait hâve

et à peine dans ma poitrine l’amère poussière du désamour

 

J’ai connaissance des tristesses

 

Sur ma nuque quatre siècles de poudre et de dogme

    Ont planté les

   doigts ensanglantés du mépris et de l’humiliation

Pour me sentir humain j’ai laissé extirper en moi les coutumes

    de mes ancêtres

et le lait piétiné de leurs blessures

Ainsi j’ai débuté mon apprentissage occidental

 

Je sais

          bien

                des tristesses

 

Mais jusque quand les tristesses?

 

Dorénavant pas davantage de tristesses dans la maison que j’habite

Dans l’assiette que je tends

Pas davantage de clés sinistres ni tirs de pistolet dans la nuit ni coups

     dans la

     porte au sommet du rêve

quand j’attache à l’âme des plis de ce lever du jour

                                               gagné à coups de poing et de dent!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.