Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

333 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2023

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Fleur de Retama (traduction d'une chanson de Duo Retama)

Flor de Retama est une chanson dont les paroles sont d'abord écrites par Ricardo Dolorier et publiée en 1970. Nous traduisons ici la version de Duo Retama.

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Flor de Retama*

.

.

Joven pacha runakuna

Llaqtanchikman yaycuramunku

Cholo conchatumadre niwaspanku

Manchakuyllataña chejerachispa

Llaqtamasinchiqta chejeranchinku  

Imachaycunatapas suaspa tukuramunku

.

[Jóvenes hombres de esa tierra

Entraron a mi pueblo llamándonos

Cholos conchatumadre

Implantaron el miedo

Esparcieron mi pueblo

Terminaron robando todo lo que teníamos]

.

Vengan hermanos a ver

¡Ay, vamos a ver!

Vengan todos a ver

¡Ay, vamos a ver!

En la Plazuela de Huanta,

Amarillito flor de retama,

Amarillito, amarillando

Flor de retama.

En la Plazuela de Huanta,

Amarillito flor de retama,

Amarillito, amarillando

Flor de retama.

.

Por Cinco Esquinas están,

Los Sinchis entrando están.

En la plazuela de Huanta

Los Sinchis rodeando están.

Van a matar estudiantes

Huantinos de corazón,

Amarillito, amarillando

Flor de retama;

Van a matar campesinos

Huantinos de corazón,

Amarillito, amarillando

Flor de retama.

.

Cuando la vida

Se hace mas fría que la muerte misma

Tayta Inti arde indignado

Las grandes nieves se descongelan

Y los lagos empiezan a colmarse

El gran aluvión, esta por llegar

Para sepultar, mundos que oprimen

Y sobre la tierra nueva, florecerá la retama

Si o no Ricardo Dolorier (por mi Ayacucho querido)

.

Donde la sangre del pueblo,

Ahí, se derrama;

Donde la sangre del pueblo,

Ahí, se derrama;

Allí mismito florece

Amarillito flor de retama,

Amarillito, amarillando

Flor de retama.

Allí mismito florece

Amarillito flor de retama,

Amarillito, amarillando

Flor de retama.

.

La sangre del pueblo

Tiene rico perfume;

La sangre del pueblo

Tiene rico perfume;

Huele a jazmines, violetas,

Geranios y margaritas;

A pólvora y dinamita.

Huele a jazmines, violetas,

Geranios y margaritas;

A pólvora y dinamita.

.

¡Carajo!

¡A pólvora y dinamita!

¡Carajo!

¡A pólvora y dinamita!

.

Viva la Patria japarcachaspa 

Wañuyllataña aparamunku

Chayna musiasun chulla uchkupi pampaycusqa 

Wawachanchikpas wakchalla puricamunja

.

¡Los Sinchis, los Sinchis, los Sinchis!

.

[Un triste Viva la Patria van gritando

Pero solo trajeron la muerte

Para los que presintieron acabar en un mismo hoyo

Nuestros niños caminarán pobres

.

¡Los Sinchas, los Sinchis, los Sinchis!]

.

.

             Fleur de Retama

.

.

[En quechua:]

.

De jeunes hommes du pays

Sont entrés au village pour nous appeler

Cholos enfoiré d’ta race

Ils ont instillé la peur

Ils ont dispersé mon peuple

Ils ont fini par voler tout ce que nous avions

.

[En espagnol:]

.

Venez frères pour voir

Ay, on va voir!

Venez tous pour voir

Ay, on va voir!

Sur la place petite de Huanta,

Petite jaunette fleur de retama,

Petite jaunette, triste jaunissant

Fleur de retama.

Sur la place petite de Huanta,

Petite jaunette fleur de retama,

Petite jaunette, triste jaunissant

Fleur de retama.

.

Par Cinq Avenues sont venus

Les Sinchis pour entrer sont venus

Sur la place petite de Huanta

Les Sinchis sont en train de rôder.

Ils vont tuer des étudiants

De ceux dont le coeur est à Huanta

Petite jaunette, triste jaunissant

Fleur de retama;

Ils vont tuer des paysans

De ceux dont le coeur est à Huanta

Petite jaunette, triste jaunissant

Fleur de retama.

.

Quand la vie

Se fait plus froide que la mort elle-même

Tayta Inti brûle d’indignation

Les neiges immenses commencent à fondre

Et les lacs débordent peu à peu

Le grand déluge est sur le point d’arriver

Pour enfouir, des mondes qui oppriment

Et sur la terre nouvelle, fleurira la retama

Oui ou non Ricardo Dolorier (pour ma chère Ayacucho)

.

Où le sang du peuple,

Ici-bas, s’écoule;

Où le sang du peuple,

Ici-bas, s’écoule;

Ici-même fleurit

Petite jaunette fleur de retama,

Petite jaunette, triste jaunissant

Fleur de retama.

.

Ici-même fleurit

Petite jaunette fleur de retama,

Petite jaunette, triste jaunissant

Fleur de retama.

.

Le sang du peuple

Est d’un riche parfum;

Le sang du peuple

Est d’un riche parfum;

D’une senteur de jasmins, de violettes

De géraniums et de marguerites;

Senteur de poudre et dynamite

D’une senteur de jasmins, de violettes

De géraniums et de marguerites;

Senteur de poudre et dynamite.

.

Bordel!

D’une senteur de poudre et dynamite!

Bordel!

D’une senteur de poudre et dynamite!

.

[En quechua:]

.

Un triste Vive la Patrie ils vont hurlant

Mais n’ont apporté que la mort

Pour ceux qui savaient qu’ils finiraient ensemble

Nos enfants dorénavant marcheront pauvres

.

Les Sinchis, los Sinchis, los Sinchis!

.

.

.

.

.

.

.

.

*Flor de retama: Il s’agit d’un huayno de Ayacucho écrit et composé par Ricardo Dolorier. Nous traduisons ici la version de Duo Retama. Les paroles sont un hommage aux 20 étudiant.e.s ou plus tué.e.s lors de l’événement connu comme « la Rébellion de Huanta » de 1969 qui visait, contre le gouvernement militaire de Juan Velasco Alvarado, la gratuité de l’enseignement. Les « Sinchis » sont au sens populaire, les gens armés, milice ou armée. D’un sens plus ancien nous vient l’idée d’un « valeureux » ou d’un « brave guerrier » du Tawatinsuyo. Ici où les fantasmagories idéalisées sur l’empire des Incas sont moins prégnantes que vers le Cusco c’est le sens premier de gens d’armes qu’il faut retenir, et que les propres habitants de Huanta retiennent. Nous ne traduisons pas. « Retama », dérive d'un terme hébraïque biblique, רותם (Rotem, retem, retam, ratama), qui désigne un arbrisseau commun en Israël. Nous ne traduisons pas non plus cholo. Mot complexe dont déjà à l’époque de l’inca Garcilaso de la Vega (1539 - 1616) on discutait la provenance, l’origine, l’étymologie. Lui-même affirmait que le mot provenait des Îles du Vent (dans les Petites Antilles) et qu’il signifiait à la base « chien ». Selon Garcilaso, on l’a utilisé pour désigner les métisses des Andes et les indiens acculturés de manière péjorative. À Ayacucho le terme n'a pas ce caractère insultant. Il sert principalement à désigner l’habitant métissé au fil des siècles mais dont « prévalent » les traits « indiens ». Tayta Inti peut se traduire par Père Soleil… Nous ne le traduisons pas. Cinco Esquinas, soit « Cinq Avenues » est aussi un nom générique. Huamanga a aussi sa Cinco Esquinas près de Puente Nuevo.

.

.

*

* * *

*

Le fichier pdf:

(pdf, 88.8 kB) © Salha

.

.


Duo Retama - Flor de Retama © Duo Retama

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte