Fin de partie (traduction d'un poème de Gustavo Pereira)

Fin de partida est un poème de Gustavo Pereira, auteur vénézuélien, extrait de son recueil Vivir contra mourir (1988).

Fin de partida

 

Partir es renacer Así declaré mi mediodía

y así deduje que avanzaba

 

Partir es encontrar otros tejados

en la helada implacable

    bajo la cual una muchacha

           aguarda un hombre que no es uno

 

Se parte de sí mismo y se naufraga

                                              entre sábanas y humo

o se parte de otros hacia otros

Yo partí de mis sesos

Conocí la más alta zozobra los declives

los bares las colmenas

las pesadumbres y sus azoteas

los amores sin alma y las penas

Y fueron mías la miel y la cadena

y la pelambre húmeda y el riesgo

                                                y la locura

 

Yo partí de mis pliegues Regresé a mis confines Rastreé por entre

    viejas soledades

Y descubrí que aún andabas por mis huesos

 

Pero todo fulgor antiguo me fue inútil

                                                            Y así lo declaro

En el polvo de mis libros la ceniza

    se acumuló como una tumba

el hastío lo invadió todo

 

Así partí otra vez

    hacia ninguna parte

    hacia donde rasguear una guitarra

        era un riesgo apacible

                                           sin vanidad

                                                         ni orgullo

                                                                      ni amargura.

 

Fin de partie

 

Partir c’est renaître Ainsi j’ai dit mon midi

et ainsi j’en ai déduit qu’il avançait

 

Partir c’est trouver d’autres toits

dans la gelée implacable

    sous laquelle une jeune fille

           attend un homme qui n’en est pas un

 

On part de soi-même et c’est le naufrage

                                                        entre draps et fumée

ou l’on part des autres jusqu’aux autres

Moi je suis parti de ma cervelle

J’ai connu le plus haut chavirement les déclins

les bars les cloches

les peines et ses demeures

les amours sans âme et les tristesses

et j’ai fait mien le miel et la chaîne

et la fourrure humide et le risque

                                              et la folie

 

Moi je suis parti de mes plis Je suis revenu à mes confins J’ai suivi la piste parmi

     de vieilles solitudes

Et j’ai découvert que tu marchais toujours sur mes os

 

Mais tout éclat ancien m’a été inutile

                                                          Et ainsi je le dis

Dans la poussière de mes livres la cendre

    s’est accumulée comme dans une tombe

l’ennui a tout envahi

 

Ainsi je suis parti à nouveau

    vers nulle part

    vers où gratter une guitare

         était un risque paisible

                                            sans vanité

                                                          ni orgueil

                                                                      ni amertume.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.