Quelques somaris (traduction de poèmes de Gustavo Pereira)

Ces somaris de Gustavo Pereira, auteur vénézuélien, sont extraits de son anthologie Los cuatros horizontes del cielo y otros poemas.

1.

El pájaro posado en la boya

El pájaro posado en la boya otea el agua

                                              con una inclinación de cabeza

Sé que me ve cuando me acerco a nado

Silencioso bate las alas y se aleja.

L’oiseau posé sur la bouée

L’oiseau posé sur la bouée scrute l’eau

                                             avec une inclinaison de la tête

Je sais qu’il me voit quand je m’approche à la nage

Silencieux il bat des ailes et s’éloigne.

2.

El poder fatal

En mi país

                 los imbéciles

                                      hacen carrera

                      sin necesidad de otro atributo.

Le pouvoir fatal

Dans mon pays

                        les imbéciles 

                                             font carrière

                            sans avoir besoin d’autre qualité.

3.

Leyendo a Char

Leyendo a René Char me dormitaba

entre hojas con lirios o relámpagos

No era en tierra distante La inextricable realidad giraba

Bajaba yo por calles

                                apacibles y solas

                                desasidas de toda certidumbre

Y Char era el abismo

entre la vida y esa

                             misteriosa armadura

                                                              de la poesía.

En lisant Char

En lisant René Char je m’endormais

parmi des feuilles avec des lys ou des éclairs

Ce n’était pas en terre lointaine L’inextricable réalité tournait

Je descendais moi par des rues

                                                 paisibles et seules

                                                 dessaisies de toute certitude

Et Char était l’abîme

entre la vie et cette

                              mystérieuse armature

                                                                de la poésie.

4.

Somari de las dudas

O yo me vuelvo viejo o el amor cada día es más tonto

O enloquezco

                      o la vida es cada vez más chimba

O yo padezco de ceguera o todo es más oscuro.

Somari des doutes

Ou moi je deviens vieux ou l’amour est chaque jour plus idiot

Ou je deviens fou

                            ou la vie est chaque fois plus dingue

O je souffre de cécité ou tout est plus sombre.

             

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.