Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

640 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2019

A quand la Révolution ?

Où que l’on porte son regard sur les paysages politiques de la planète, c’est le vide. Voilà qui n’est pas pour rien dans la déprime générale qui accable les peuples.

Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le grand saut dans le vide du peintre Yves Klein


Passons sur les Etats-Unis englués dans Trump-la-Mélasse, sur la Grande-Bretagne qui a poussé le surréalisme parlementaire dans ses profondeurs les plus abyssales, sur l’Italie agitée par ses fâcheux clowns fachos, sur la France et ses émeutes sans fin et son président sans frein, sur la Russie qui gonfle ses muscles politiques pour mieux cacher sa débilité économique, sur la Turquie et son insultant Sultan. L’Espagne reste fragilisée par la question catalane et l’apparition de Vox, parti inspiré par le franquisme. L’Allemagne est en panne de propositions politiques pour l’Europe. Bref, voilà le monde sans pilote. Ou presque.

Certes, il reste, entre autres, la Chine gouvernée à la trique par un président Xi-Jinping qui a bien compris les enjeux du contexte géopolitique actuel. Mais enfin, il s’agit d’un pays qui conjugue deux fléaux, l’hypercapitalisme assoiffé et la tyrannie stalinienne. Comme toutes les contradictions, celle-ci est appelée à mourir. Dans la douleur ?

Quelques rares petits pays s’en sortent mieux : les Scandinaves, comme d’habitude, malgré les tensions xénophobes ; le Portugal qui vit, selon les médias, « un miracle économique et social » grâce à son gouvernement socialiste (ce qui devrait faire réfléchir le PS français qui fait porter ses échecs sur le compte d’une crise générale de la social-démocratie) ; la Suisse qui doit moins sa situation enviable – du moins, en comparaison avec ses voisins – aux qualités de ses gouvernants qu’à sa démocratie semi-directe obligeant le parlement et le gouvernement fédéral à réfléchir avant de décider. Sans doute, ici ou là, trouvera-t-on encore quelques îlots de gouvernance correcte. Mais cela n’éclaircit pas le sombre tableau du monde présent.

Si les dirigeants ne sont pas à la hauteur de la situation, c’est que leurs peuples n’ont pas trouvé en eux les forces nécessaires pour faire émerger des pilotes efficaces. En France, la crise des « Gilets Jaunes » constitue à cet égard un exemple très évocateur. En sept mois d’émeutes hebdomadaires, d’une part, le président Macron et son gouvernement se sont montrés incapables de donner des réponses convaincantes mais d’autres part, les émeutiers du samedi n’ont pas réussi à mettre de l’ordre dans leurs revendications contradictoires, ni à faire naître un mouvement politique et social cohérent.

 Le monde serait-il devenu trop complexe pour être compris et donc trop compliqué pour être dirigé ? Dans une société qui favorise l’image et l’émotion plutôt que l’écrit et la raison, les qualités requises pour parvenir au pouvoir deviennent des défauts lorsqu’il s’agit de l’exercer. Il en résulte ce grand vide politique, angoissant et désespérant.

Désormais, ce grand vide tend à être rempli par les groupes économiques issus du capitalisme financier et des nouvelles technologies, les intouchables GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) qui vont de plus en plus dicter leurs lois en fonction, non pas de notre liberté, mais de leurs seuls intérêts. C’est une nouvelle forme de dictature qui tend à s’imposer, par le doux truchement du crétinisme généralisé.

Cela dit, rien n’est jamais écrit de façon définitive. Toute force qui tend vers son zénith sécrète une force opposée qui, en fin de compte, peut la renverser. Aujourd’hui, un thème semble dominer partout dans le monde : la transition vers une économie respectueuse de l’environnement. Sur cette base peuvent s’articuler de nouveaux mouvements politiques et sociaux propres à résister à l’ordre GAFAM,       voire à le renverser.

Car c’est bien la question d’une révolution qui se pose. Personne ne peut en dessiner les contours, ni même affirmer avec certitude son avènement. Mais les choses ne peuvent en rester là. Les choses, d’ailleurs, n’en restent jamais là ! Autant commencer à faire sa révolution personnelle en résistant à l’info-spectacle afin de subvertir la tyrannie médiatique des GAFAM, en tendant l’oreille aux murmures de la nature, en participant à la préservation de l’environnement, en demeurant attentif à tout ce qui bouge contre les aliénations. En trois mots : se tenir prêt.

Jean-Noël Cuénod

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois