Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

639 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2022

Elon Musk, roi-soleil de l’autocratie numérique

Elon Musk cherche à nous rendre libre. Si, si ! La preuve : c’est pour ça qu’il a racheté Twitter, ce réseau social de 330 millions d’abonnés. Pour délivrer notre parole, nous faire jouir sans entrave du pouvoir de dire n’importe quoi et le pire du pire. « Je suis un absolutiste de la liberté d’expression » proclame le milliardaire, côté face. Mais côté pile, c’est surtout un sacré censeur.

Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Tony Marchand

Absolutiste, il l’est assurément en matière d’autocratie. Ce génie des affaires au flair de labrador – qui a toujours un coup d’avance sur ses concurrents – est présent dans l’espace, l’intelligence artificielle, l’automobile électrique, hier encore la banque en ligne. Aujourd’hui, le voilà propriétaire de la totalité des parts de Twitter. Il cherche à sortir sa nouvelle société des cotations bancaires et de leurs règles afin d’en faire sa chose, sans partage.

La politique passe par Tweeter

S’il n’est pas le réseau social le plus important sur le plan quantitatif, Twitter tient un rôle majeur dans le monde politique. C’est par ce truchement que moult grands dirigeants de la planète communiquent. Il est donc guetté comme le lait sur le feu par les journalistes. La politique passe par Tweeter, qu’on s’en loue ou qu’on le déplore.

Musk se pare des plumes du paon libertarien en affirmant instaurer la parole la plus libre sur Twitter « afin de renforcer la démocratie ». Il veut, entre autres, donner la possibilité aux utilisateurs d’éliminer les algorithmes de modération de contenu. Trump, qui avait finalement été interdit de Twitter – après de nombreuses années vouées à l’infox – risque fort d’y revenir grâce à Musk. Qui, d’ailleurs, a figuré parmi les conseillers de l’ancien président, jusqu’à sa démission (annoncée par Twitter) le 1er juin 2017, Donald Trump ayant sorti les Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. C’en était trop pour Musk et ses discours style « greenwashing » (écoblanchiment).

La liberté de l’égorgeur virtuel

Lâché en état de liberté « absolue », Twitter risque fort de charrier – encore plus que maintenant, ce n’est pas peu dire – des flots de haine, de mensonges, de manipulations mentales.

La liberté selon Elon Musk est celle de l’égorgeur virtuel rôdant sur les écrans multiformes.

Le milliardaire prétend rendre accessible aux utilisateurs de Twitter les algorithmes de classement et de sélection des contenus. Les promesses rendent les fous joyeux, dit-on dans la bonne ville de Carouge. On voit mal comment, dans les faits, Musk s’y prendra pour passer du verbe à l’action.

En fait, seul propriétaire, sans cautèle des autorités boursières, le milliardaire pourra faire ce qu’il veut des algorithmes et les manipuler en fonction de ses intérêts et de ses caprices, en vrai autocrate aussi absolu que numérique.

Le libertarien censeur

La sincérité d’Elon Musk quant à sa passion de la libre expression est d’autant plus sujette à caution qu’il s’est plusieurs fois mué en censeur, lorsque lui-même était mis en cause.

  • Il y a deux ans, l’étatsunien Robert Reich (Parti démocrate), ancien secrétaire d’Etat au Travail de Bill Clinton, lance un tweet critiquant le traitement que Musk fait subir aux salariés de Tesla. Résultat : le milliardaire le bloque sur le réseau social (lire ici)
  • Un étudiant avait ouvert un compte twitter pour suivre les déplacements du milliardaire en jet privé. Elon Musk a tenté d’acheter l’étudiant puis a tout fait pour le censurer.
  • Un ancien employé de Tesla s’était plaint des conditions de travail au sein de l’entreprise de Musk. Il a été victime de la part de ce dernier « d’une campagne pour ternir sa réputation » selon le site The Verge, cité par France24 (lire ici).
  • L’avocate étatsunienne Jessica J. Gonzalez, co-présidente de Free-Press, association de défense des journalistes, a lancé quelques missiles de croisière contre le despote libertarien : Elon Musk lui-même a utilisé Twitter et d'autres plateformes pour attaquer et faire taire efficacement d'autres orateurs. Il s'est tourné vers les médias sociaux pour répandre la désinformation sur le COVID-19 et les vaccins. Il a utilisé Twitter pour manipuler les marchés et augmenter sa richesse déjà considérable. Et il a fait tout cela en s'appuyant sur une foule en ligne d'adeptes fidèles pour lancer des attaques contre quiconque n'est pas d'accord avec lui (lire ici).

Voilà donc cet autocrate numérique seul aux commandes de cette puissance de feu médiatique. La société payera peut-être un jour très cher son incapacité à trouver le bon curseur pour préserver la liberté d’expression tout en régulant les réseaux sociaux.

Jean-Noël Cuénod

Article paru vendredi 6 mai 2022 dans le magazine numérique suisse BON POUR LA TÊTE – Le Média indocile https://bonpourlatete.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse