Poésie à lire et à ouïr: la part du feu

A lire et à ouïr. En cette Pentecôte, les langues de feu se délient. Nul besoin d'un traducteur autre que votre silence.

partdufeu
A LIRE

En nous

       La part du feu

       Au fond tout au fond des âges

Vers nous

      La vieille flamme

      A l’origine de la joie

En nous

       Faible éternelle

       Elle vacille s’éteint repart

Vers nous

        Ses renégats

        La trahison et les sanglots

En nous

        Vont la noyer

         L’eau précipite ses armées

Vers nous

       Corps submergés

       L’effervescence des torrents

En nous

      Sauve la flamme

      Eau de feu distillée par l’air

Vers nous

      Orage au cœur

      Les étincelles du sang vibrent

En nous

     Corps transformés

     Au-delà des âges la flamme

Vers nous

      S’est retournée

      La cendre a désormais pris corps

En nous

     Ailleurs nous sommes

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR

JNC

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.