culturenature71
Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2019

La belle au bois dormait

La société d'après guerres, tombée totalement sous le charme des sirènes de la consommation, s'est mollement assoupie socialement et politiquement, durant près de soixante dix ans. Une période bénite pour les progrès du néolibéralisme et de la religion de l'argent!

culturenature71
Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Belle au Bois dormait...

Qui aurait pu prédire que son prince charmant porterait une tenue jaune fluo, aussi excentrique?

Bien qu'il ait buté sur le piège politique de la confrontation violente et le manque de représentativité sociale dans son programme politique, le mouvement des Gilets Jaunes, tant imprévisible que spectaculaire, marque un renouveau de la vie sociale et politique inédit depuis soixante dix ans.

Contrairement au mouvement de mai 68, qui part de revendications générales pour aboutir sur des revendications particulières, le mouvement des Gilets Jaunes n'a cessé d'ouvrir le champ de ses propositions, certes de façon un peu trop improvisée. Il constitue de ce fait un ferment beaucoup plus actif de remise en question politique et économique, dans la durée.Le mouvement de sympathie spontané s'est émoussé dans les sondages; mais le travail de fond des esprits est clairement entrepris.

Il s'agit d'une remise en cause générale; y compris des propres revendications de départ des protagonistes! Il n'est guère envisageable que la société qui s'est assoupi à la faveur des Trente Glorieuses, ne retombe dans les limbes, tellement les motifs de rester en éveil sont nombreux. L’idyllique société de consommation n'est pas prête de retourner à son soumission insouciante et béate.

Personne ne sait quelle forme cela prendra exactement; c'est pourquoi j'évoque seulement celles auxquelles je pense. Certaines sont déjà en place en matière d'écologie, qui n'est pas du tout, au départ, dans le faisceau des revendications primordiales des Gilets Jaunes. Cependant le mouvement concomitant des Marches pour le Climat, a montré que ces revendications n'étaient pas antagonistes, même si certaines contradictions restent à lever...

Document 1: Gilets Jaunes, mouvement phénoménal  Source La Sociale

Document 2La marche pour le climat, “un mouvement qui se pérennise” Source France 24

Extrait: "Une marche a finalement été autorisée (le 1er mai), de la place d’Italie à Montparnasse entre 11 heures et midi, juste avant les défilés des syndicats et des Gilets jaunes. “Il est globalement dommage que le rassemblement initial ait été interdit, estime Martin Breton. C’est aussi une stratégie politique d’éviter que les différents mouvements se parlent et se rassemblent”, poursuit le militant du mouvement Youth For Climate," interviewé par Jean-Luc Mounier.

Document 3: Une action intelligente et coordonnée donnant du crédit aux discours écologiques Source Mediapart

Annexe 1: Commentaires des propositions des "Gilets Jaunes" actualisée en février 2019 Source Dossier dans Marianne: Les propositions du "vrai débat" 22-28 mars et 19 et 25 avril 2019

Je voudrais d'abord relever le fait qu'assez peu de participants ont contribué à une enquête menée, à l’initiative du mouvement, sur une hiérarchisation des propositions faites. De plus cet échantillon, certes non négligeable (plusieurs dizaine de milliers de personnes), ne pourrait être considéré représentatif, d'un point de vue statistique.

Ce qui me marque, ensuite, c'est la prédominance des propositions relevant du changement de fonctionnement des institutions. Ce sont les premières propositions des opposants à un pouvoir en place: modifier les conditions d'assise de ce pouvoir. Ce parait évident et indispensable... Mais, à mon sens, cela peut manquer de profondeur de champ. En effet, en changeant le mode possible participation, on ne parvient pas forcément à une participation meilleure et effective; pour preuve la faible participation à cette enquête, pourtant interne au mouvement.

Le changement des institutions est symbolique, et sans doute non durable, s'il n'est pas accompagné d'une demande effective de changements de politique, qui ne peut être porté dans l'état actuel verrouillé - et, par certains aspects, décadant - des institutions. C'est pourquoi, j'ai regardé de près les autres propositions. Elles relèvent de propositions économiques et sociales, fiscales et écologiques, toutes assez partielles, mais néanmoins pour certaines, assez significatives.

Le refus de réponse du pouvoir actuel a ces propositions constructives est encore plus éclairante. Je ne parle, évidemment, pas du refus de prise en compte des réformes institutionnelles; comme celle de la prise en compte du vote blanc - qui de l’avoue même du Garde des Sceaux aurait un impact trop fort sur "la légitimité des élus". Ou encore, la réduction du train de vie des élus.... (L'affaire de Rugy, parmi d'autres, a montré la pertinence du sujet.)

J'ai surtout relevé le refus de la nationalisation des autoroutes et du secteur des énergies; le refus d'aider les agriculteurs en production biologique et de l'interdiction du glyphosate; et, surtout, en vingtième -et dernière- proposition: la fin du libre-échange. Je commenterais seulement cette dernière mesure, qui appliquée immédiatement, changerait d'une manière tellement radical les biens et services accessibles, sans parler des répercutions globales sur l'économie, que je doute qu'elle soit même acceptée par le plus intransigeant des militants... Pourtant, l'agriculture biologique ne pourra se développer vraiment sans être à l’abri de la concurrence déloyal - et déplorable - de agro-industrie mondialisée.

Il s'agit, avant tout d'évaluer ce que les personnes qui revendiquent sont prêtes réellement à porter. Le conscience d'une souveraineté commune qui est progressivement confisquée - par les gouvernements de Gauche et de Droite - au profit des intérêts privés est un axe très fort, sur lequel il est possible de s'appuyer. Les domaines agricoles, ceux de l'énergie et des infrastructures sont chers à notre population. Ce sont des priorités. Et, si l'on regarde, ce qui, dans les institutions bloque la mise en oeuvre des mesures attendues, pourtant, par une grande majorité des personnes, il y a certes un état d'esprit des élites politiques et leur accointance avec les meneurs du jeu économique; mais aussi, dans le cas le l'agriculture , un "syndicat" qui se dit majoritaire, mais n'est plus du tout représentatif.

Ce sont les faux-semblants de consensus et de démocratie, qu'il convient de faire éclater, à partir de remises en cause et propositions précises et authentiques, comme celles précédemment exposées, avec une meilleure priorisation et compréhension de leur imbrication. Le mouvement des Gilets Jaunes a largement amorcé cette voie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l'extrême droite s'offre trois jours de célébration de l’Algérie française
A quelques jours des 60 ans de l'indépendance de l'Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l'honneur l’Organisation de l'armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d'autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan