culturenature71
Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2021

L'insoutenable légèreté de l'inaction

Je me suis questionné comme beaucoup d'entre nous sur l'insoutenable légèreté de l'inaction. Et, je commence à trouver des pistes, assez loin de ce qui est jusqu'alors admis.

culturenature71
Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me suis questionné comme beaucoup d'entre nous sur l'insoutenable légèreté de l'inaction (!). Et, je commence à trouver des pistes, assez loin de ce qui est jusqu'alors admis.


Il n'y a finalement pas de trop de mauvaise volonté; mais beaucoup d'indifférence, non voulue, non comprise consciemment...

Pour la plupart des gens l'avenir est incompréhensible... Mais le présent est lui-même étranger. Pour sans doute un tas de raisons... que la situation pandémique n'a fait qu'accentuer.

J'en ai identifié quelques-unes:

- la dégradation du lien social: on ne sent rend vraiment compte, que lorsqu'on le subit vraiment de plein fouet. Pourtant on pourrait s'en rendre compte, si on y réfléchissait un peu plus, même dans sa propre vie,

-  la dégradation de la biodiversité, c' est la même chose. Avec en plus le fait qu'on n'est très rarement impacté directement personnellement, car la très très grande majorité d'entre nous sommes très éloignés (d'abord physiquement, mais aussi dans notre esprit) de toute réalité de cette biodiversité,

- pour les gens qui décident, tout va (encore) très bien (et parfois même de mieux en mieux) car ils profitent du système, et qu'ils sont aux commandes pour en profiter,

- pour les forcer à regarder la situation, il faut un mouvement d'opinion publique extrêmement fort. Mais lui-même est encore un peu limité par les deux premiers points (inconscience de la dégradation du lien social et de la biodiversité).

Pour être conscient de la dégradation du lien social, ça commence par la relation qu'on entretient avec soi-même. Pour cela il faut sortir du premier niveau de conscience, celui qui nous fait "fonctionner". Il faut s'interroger sur l'existence... Ça peut mettre du temps, ou pas.

Pour être conscient de la dégradation de la biodiversité, ça commence par l'observer (au moins ce qu'il en reste), par la côtoyer consciemment là où on se trouve (même en ville) Il y a des gens qui peuvent nous y aider (donc, ça à avoir aussi avec le lien social)

Là, seulement, quand nous serons assez nombreux à avoir une expérience concrète de la dégradation du lien social et de celle de la biodiversité (qui sont les deux faces d'une même médaille). Là, il y aura un mouvement suffisamment fort et continu pour forcer les décideurs. Car ils n'auront plus le choix: ils quitteront leur fonction ou ils se consacreront au problème.

Nicolas Hulot était au Gouvernement sans cette poussée forte de l'opinion publique. Il a été contraint de démissionner. Il a eu le courage moral de le faire...

Donc, pour sortir de l'indifférence, non voulue, non comprise consciemment, il est possible d'abord de renouer avec le vivant, le sauvage (ce qu'on a été totalement dévalué, qu'on ne regarde même plus...) que nous côtoyons, à l’extérieur de nous et en nous...

Toutes les actions dans ce sens auront un fort effet levier. Ça commence par le fait de mettre en évidence les initiatives dans ce sens, trouver le moyen de concerner des personnes qui ne se sentent pas concernées d’emblée.

Trouver l'angle approprié !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet