CVUH
Association d'historien.n.e.s et d'enseignant.e.s créée en 2005 contre la loi du 23 février 2005 sur l'enseignement du "rôle positif" de la colonisation
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 mars 2021

Billet d’humeur à propos de la loi de 2008 sur les archives

Cela devient lassant, mais on ne peut pas laisser passer sous peine de commettre à l’avenir les mêmes erreurs.

CVUH
Association d'historien.n.e.s et d'enseignant.e.s créée en 2005 contre la loi du 23 février 2005 sur l'enseignement du "rôle positif" de la colonisation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela devient lassant, mais on ne peut pas laisser passer sous peine de commettre à l’avenir les mêmes erreurs.

Contrairement à ce qu’indique un article paru dans Libération du 25 février, à propos des difficultés d’accès aux archives publiques sur tout ce qui fâche (Seconde Guerre mondiale et même avant, Guerre d’Algérie, Rwanda…), non, la loi de 2008 n’avait pas « donné un cadre qui faisait consensus » entre l’ensemble des usagers et les archivistes. Elle avait été critiquée dans la revue (en ligne) Histoire@politique par Gilles Morin (n°5, mai-août 2008) et moi-même dans le numéro suivant de la même revue et même, entre les lignes, par certains archivistes. Il y avait des avancées et… des reculs et non des moindres ! Ainsi, l’aberrante instruction générale interministérielle IG 1300, interdisant la communication de certains documents à jamais, comme aucune dictature n’avait encore osé le décréter officiellement, certains historiens la banalisant dans la très consensuelle revue L’Histoire. (voir le n° de novembre 2008) À tel point, qu’après l’avoir quelque peu contestée, on avait fini par l’oublier. Comme si elle n’avait été promulguée que pour la forme… Il est des dispositions dont il faut anticiper l’application, au lieu de temporiser, de se dire qu’elles ne pourront être appliquées. Pendant longtemps les historiens, premiers usagers des archives, se sont désintéressés de la question. Il leur suffisait pour nombre d’entre eux d’être assurés d’avoir une autorisation d’accès exceptionnel à des dossiers dits « sensibles », la fameuse dérogation, une mesure antidémocratique conservée dans la loi de 2008. Bien que des archivistes aient fait remarquer que cela alourdissait leur tâche (savoir quoi communiquer et à qui…), d’autres prétendaient qu’elle était obtenue par toute personne qui en faisait la recherche, donc pas de quoi s’alarmer. On ne critiquait la loi sur les archives que lorsqu’elle était remplacée par une autre. Alors là, on se félicitait et n’omettait pas de dire combien le travail avait été difficile sous la précédente législation ! Je rappellerai ici pour mémoire que des juristes ont eu de tout temps une critique fort sévère des différentes lois sur les archives.

Je sais que nombre de collègues étaient encore en culottes courtes lorsque les archivistes Brigitte Lainé et Philippe Grand ont été placardisés pour avoir témoigné contre Maurice Papon attaquant Jean-Luc Einaudi sur le rôle de la police le 17 octobre 1961. C’était il y a plus de 20 ans, en 1999. Notre corporation et ses représentants médiatiques ne s’étaient guère illustrés dans leur défense ! Il est bon qu’aujourd’hui la mobilisation pour défendre les conditions de travail des chercheurs et le droit au savoir des citoyens soit massive, mais apprenons des erreurs passées à ne pas baisser la garde. Non, la loi de 2008 n’est pas une loi démocratique ! Elle contenait en germe la possibilité de ce qui se passe aujourd’hui.

Sonia Combe

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77