L’Irlande du Nord a toujours été « différente »

Cet article de Laurent Colantonio a été publié pour la première fois sur le site du CVUH le 7 décembre 2018

Après deux décennies d’apaisement, le Brexit, et en particulier la question de la frontière irlandaise, menace de raviver les tensions qui ont si longtemps marqué les relations entre la Grande-Bretagne et l’Irlande.

Parmi les incertitudes qui planent ces jours-ci sur la ratification britannique de l’accord de retrait de l’Union européenne, la possible défection du Parti unioniste démocrate (DUP) pourrait peser lourd. Le DUP, première formation politique à l’Assemblée d’Irlande du Nord, compte aussi dix députés à la Chambre des Communes. Depuis 2017, ces derniers ont négocié une alliance parlementaire de circonstance avec le parti conservateur, nécessaire à Theresa May pour se maintenir au pouvoir. Le DUP, très à droite sur l’échiquier britannique, est le seul parti nord-irlandais à avoir appelé à voter en faveur du Brexit en 2016, quand la province s’est prononcée à près de 56 % pour rester dans l’UE. Il menace aujourd’hui de voter contre le « traité de retrait » au motif que celui-ci accorderait un statut spécial à l’Ulster : la province resterait au sein de l’union douanière, à titre temporaire. Ceci afin d’éviter le rétablissement de la frontière entre les deux Irlande, susceptible de mettre en péril le processus de paix dont on a célébré le vingtième anniversaire au printemps dernier. « No specific arrangments », martèle depuis quelques jours le DUP, au nom de l’identité britannique de la province et de la sauvegarde de l’intégrité du Royaume-Uni. 

L’argument avancé mérite un éclairage sur le passé pour être correctement évalué. En 1921, après la guerre d’indépendance, l’île d’Irlande est divisée en deux entités politiques distinctes : la plus grande s’émancipe de la tutelle britannique pour former l’État Libre (devenu République d’Irlande en 1949) tandis que les six comtés du nord-est restent au sein du Royaume-Uni, conformément au vœu de la majorité de ses habitants. Dès lors, sur ce petit territoire qui dispose d’institutions autonomes (un exécutif et un Parlement) se met en place un « État protestant », unioniste, doté de pouvoirs coercitifs spéciaux, qui organise la subordination légale d’un tiers de sa population. Les catholiques/républicains (favorables à la réunification de l’île) subissent des discriminations à l’emploi et au logement, tandis que les pratiques électorales et le découpage inique des circonscriptions (gerrymandering) contreviennent aux règles les plus élémentaires de la démocratie politique. Le rejet de ce système aboutit à la formation d’un mouvement de contestation pacifique pour la reconnaissance des droits civiques des catholiques. Sa violente répression en 1968-69 est à l’origine de la guerre civile qui dévaste la société nord-irlandaise pendant trois décennies. En 1971, au cœur des « Troubles », le pasteur fondamentaliste Ian Paisley fonde le DUP qui regroupe les plus intransigeants parmi les unionistes nord-irlandais. Ces années sont ponctuées par les combats de rues, les attentats commis par les paramilitaires des deux camps, les lois d’exception et les internements sans jugement, les brutalités policières et les « bavures » militaires, jusqu’à la signature de l’accord de Belfast, le 10 avril 1998, qui marque la fin de ce conflit au lourd bilan humain (3 500 morts). Depuis, la frontière physique a disparu et la paix, sans véritable réconciliation, est respectée. Les institutions provinciales, suspendues en 1972, ont été réinventées. Elles reposent sur le principe du partage du pouvoir et de la cogestion – un gouvernement « mixte » et une Assemblée nord-irlandaise démocratiquement élus – créant ainsi une situation unique en Europe, où la coopération et le dialogue sont renforcés entre Belfast, Londres et Dublin.

Ainsi, depuis sa création par les ancêtres politiques du DUP, l’Irlande du Nord a toujours connu une trajectoire à part au sein du Royaume-Uni. Longtemps, l’histoire a d’ailleurs été mobilisée par les unionistes pour souligner la spécificité de ce territoire et justifier leur domination. Depuis les années 1970, le parti fondé par Paisley a largement contribué à maintenir en place le statut spécial de l’Ulster. Aujourd’hui, alors que les institutions de la province sont paralysées depuis bientôt deux ans – la formation du prochain exécutif « mixte » achoppe notamment sur la question du statut de la langue gaélique – il est assez incongru de constater que le DUP a choisi d’oublier le passé. En Irlande du Nord, l’avenir, envisagé comme possiblement partagé, reste décidément très incertain.

Laurent Colantonio, pour le CVUH

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.