CVUH
Association d'historien.n.e.s et d'enseignant.e.s créée en 2005 contre la loi du 23 février 2005 sur l'enseignement du "rôle positif" de la colonisation
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2021

Billet d'humeur: ce que le Rwanda a (enfin) appris aux historiens...

Nul est besoin de commission. Seuls les travaux de chercheur.e.s indépendant.e.s – à condition qu’on leur en donne les moyens en finançant leurs projets – sont à même de s’émanciper du politique.

CVUH
Association d'historien.n.e.s et d'enseignant.e.s créée en 2005 contre la loi du 23 février 2005 sur l'enseignement du "rôle positif" de la colonisation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n’est pas du contenu du rapport Duclert dont il sera ici question, d’autres plus compétents que moi ont fait l’analyse de ses avancées et de ses manquements au plan de la connaissance historique, mais de ce que des historiens interrogés, notamment dans Mediapart le 25 mars 2021, ont admis :

- Premièrement, que les historiens devaient écouter les témoins. Cela semble tomber sous le sens en histoire contemporaine, histoire qu’on pourrait définir précisément comme l’histoire dont il reste des témoins – mais ça ne l’était pas. Il n’y a pas si longtemps on les entendait pour certains (il s’agissait essentiellement d’hommes) dénoncer ce qu’ils appelaient « la dictature du témoignage »[1]. Je me souviens de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, alors présidente de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR), rappelant à l’un d’entre eux, qu’elle était désolée, mais qu’il allait encore devoir attendre un peu pour pouvoir écrire l’histoire comme il l’entendait… Cet historien avait eu l’inélégance de dire devant elle et ses compagnes qu’il en avait assez d’écrire l’histoire avec des témoins contrôlant par-dessus son épaule. En voix off ces mêmes collègues considéraient l’histoire orale, qui commençait à être (tardivement) admise en France, comme un gadget pour… historiennes.

- Deuxièmement, que les archives devaient être ouvertes à tous et à toutes et sans restriction. Pendant longtemps - n’insistons pas d’avantage car j’imagine qu’ils (il s’agissait encore une fois d’hommes) rougissent aujourd’hui des propos qu’ils ont pu tenir autrefois, lorsqu’un système antidémocratique appelé « dérogation » leur permettait l’accès à des dossiers refusés à d’autres et qu’ils trouvaient cela… légitime. L’un d’eux, ah la langue me brûle de dire son nom mais je ne lui ferai pas cet honneur, devait même se moquer ouvertement de Rita Thalmann, qui fut la première historienne à dénoncer publiquement ce système. Désormais logés à la même enseigne par une mesure régressive concernant l’accès aux archives, les voilà contraints de demander le respect de la démocratie. Tant mieux, car c’est ainsi que les choses peut-être avanceront.

- Troisièmement, avons-nous également appris ces derniers temps, le récit historique ne serait pas le domaine réservé des seul.e.s historien.ne.s (entendez ici, ceux et celles muni.e.s du titre scolaire agrégation et/ou thèse). Ce sont en effet un physicien (François Graner) et un journaliste (Patrick de Saint-Exupéry), ainsi que d’autres non-historiens aux côtés d’historien.ne.s qui ont impulsé la recherche sur le rôle de la France au Rwanda. Récemment un général alors en poste pendant le génocide disait à quel point il ne savait rien sur le pays où on l’avait expédié. C’étaient des journalistes qui l’avaient informé. La première écriture de l’histoire en train de se faire, nous autres historien.ne.s professionnel.le.s. du contemporain, nous la devons aux témoins et aux journalistes. En attendant l’ouverture des archives, ce sont nos sources.

Mais, par-delà la controverse sur la constitution de la commission Duclert, un autre enseignement est à tirer de cette implication de non-historiens. C’est celui du rôle joué par une association comme Survie et par la presse : anticipant le résultat final de ladite commission dont le rapport intermédiaire laissait fortement à désirer – même Le Monde en date du 7 avril 2020 écrivait qu’« il blanchissait déjà discrètement les autorités françaises de certaines accusations » – la presse et notamment Mediapart, a clairement mis en garde contre la raison d’État qui pourrait conduire à épargner la France. Sans doute piquée au vif, la commission a en partie, semble-t-il, mais c’est déjà ça, redressé le tir. Elle s’est cependant contentée d’éviter de cibler les responsabilités. Plus exactement, elle a accablé le défunt Président Mitterrand (mais non son fils). Les autres, bien vivants, – et la France (responsable mais non complice tout en l’étant, on ne comprend pas trop) – finalement ne s’en tirent pas trop mal.

En définitive, il convient de le répéter, nul est besoin de commission. Seuls les travaux de chercheur.e.s indépendant.e.s – à condition qu’on leur en donne les moyens en finançant leurs projets – sont à même de s’émanciper du politique.

Sonia Combe

[1] Cf. Stéphane Audouin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18 Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 52.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é