Le coût de la vie : 33.000 Euros

"Protégez-vous, restez chez vous" ... mais pas trop, quand même, allez aussi vous sacrifier pour le profit du système capitaliste. Il ne faudrait surtout pas que la machine à faire du fric sur le dos des travailleurs tombe en panne. Mais à quel prix ? "Quel qu'en soit le prix" ? Pas si sûr. Un calcul à la portée d'un élève de 10 ans va nous éclairer.

"Protégez-vous, restez chez vous" ... mais pas trop, quand même, allez aussi vous sacrifier pour le profit du système capitaliste. Il ne faudrait surtout pas que la machine à faire du fric sur le dos des travailleurs tombe en panne. Mais à quel prix ? "Quel qu'en soit le prix", comme l'a martelé le Président des très très riches dans sa première déclaration de guerre au virus ? Pas si sûr. Voyons donc quel est en réalité ce prix, le coût la vie (la vôtre), avec un calcul à la portée d'un élève de 10 ans ...

Il y a d'abord la première hypothèse de calcul, comme on dit en maths : pour vous encourager, vous montrer combien il vous estime, "je vous salue oh vous qui allez sauver le système au péril de votre vie", le gouvernement a trouvé la solution : il suggère aux patrons de vous verser une prime de 1000 Euros.

Deuxième hypothèse (pas hypothétique mais très réelle), vous ne serez pas protégés :

  • Pas de masques : "Des masques ? Ça ne sert à rien si vous n'êtres pas malade du Covid-19", c'est ce que disent Macron et son gouvernement. Les mêmes qui paradent à Mulhouse un masque sur le visage. Tiens, ils seraient malades, notre poudré et ses valets ?
  • Pas de tests : "C'est pas que ça serait tout à fait inutile, mais on n'en n'a pas assez".
  • Pas de droit de retrait : "Le virus n'est pas un danger grave et imminent à la fois".

Aller au boulot dans ces conditions, c'est donc comme si vous étiez exposé au virus sans aucune mesure particulière (avant le confinement, quoi).

La troisième hypothèse de calcul nous est donnée par l'OMS. Selon cette dernière, puisque vous n'êtes pas protégé, vous avez 3% de "chance" d'y rester. Ce qui veut dire que pour 100 candidats au casse-pipe, le patronat met 100.000 Euros sur la table (s'il veut bien se plier à la délicate injonction présidentielle). Sachant que statistiquement 3 de ces candidats vont mourir, ça fait 33.000 Euros par victime.

Je ne connais pas le prix d'un contrat sur la tête de ces traîtres qui prétendent nous gouverner. J'attends encore un ou deux devis, mais j'hésite à passer commande à un tueur à gage. Ce n'est pas très civilisé, certes, mais surtout ce serait dommage de faire des nos bourreaux des martyrs.

Revenons-en au résultat de notre calcul : il nous donne le coût de la vie (la vôtre et la mienne) aux yeux de Macron : 33.000. Ça vous fait tousser, ce chiffre ? Appelez un médecin, il ne vous demandera même pas de dire 33 !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.