Cyril Leconte
Apprenti- artisan des mots / billets humoristiques
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2019

La grande librairie : de la vigilance à tout prix

Un gamin de maternelle qui pisse de trouille dès que sa maîtresse lui hurle dessus, on ne tolère plus. Ce morveux souille les terres de la République et il faudrait le consoler ? Il n’en est pas question. On reste vigilant et on ne lâche rien ! Un élève refuse de chanter la Marseillaise à la chorale ? C’est la porte avec un renvoi définitif pour incitation à la haine républicaine...

Cyril Leconte
Apprenti- artisan des mots / billets humoristiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   Cette semaine, le monde de l’édition est en ébullition. L’ancien président François Hollande a écrit un livre qui paraîtra en février 2020. L’ex-président se lance dans la littérature jeunesse avec un nouvel opus destiné avant tout aux enfants, à partir de 5 ans. L’ouvrage contient 64 pages estimées à 15 euros. C’est vrai que ça faire chère la page, mais le livre est illustré ! Hollande a l’ambition de présenter aux enfants ce qu’est un pays (son mandat de président n’a pas été suffisant), une constitution et d’évoquer les divers régimes politiques français depuis la révolution de 1789. Aucune tête ne sera épargnée. Ça va saigner...

   Cette volonté de familiariser la jeunesse avec la République servira de tremplin pour appliquer la société de vigilance attendue par Emmanuel Macron. Le locataire de l’Élysée a déclaré le 8 octobre : « La vigilance, c’est savoir repérer à l’école, au travail, dans les lieux de culte ou près de chez soi les relâchements [… ] avec les lois et valeurs de la République. » Fini de se relâcher, maintenant on se remue les fesses !

   Un gamin de maternelle qui pisse de trouille dès que sa maîtresse lui hurle dessus, on ne tolère plus. Ce morveux souille les terres de la République et il faudrait le consoler ? Et pourquoi ne pas téléphoner à ses parents pour lui apporter du linge propre ? Il n’en est pas question.

On reste vigilant et on ne lâche rien !

   Un élève refuse de chanter la Marseillaise à la chorale ? C’est la porte avec un renvoi définitif pour incitation à la haine républicaine. Seuls les joueurs de football de l’équipe de France sont exemptés de connaître ce chant. Pour parvenir à leur niveau de jeu et a une incroyable psychomotricité, il a fallu sacrifier certaines fonctions de leur cerveau. Chez certains, c’est la mémoire qui a filé en première. Un collégien pris en flagrant délit de masturbation dans une salle de la République sera flagellé 100 fois dans son plus simple appareil par le CPE. Si c’est une récidive, ce sera 200 coups sous la pluie. Dans les campings, seul le drapeau français pourra être affiché. Pas de Belges, Néerlandais ou Bretons. En cas d’exposition de drapeaux étrangers, le séjour est terminé. Les provocateurs auront l’obligation de rentrer au bercail. Puis on poursuivra le travail de vigilance avec la dissolution de toutes les associations de danse orientale. Ce sera danse classique et grand écart pour tout le monde. Pas de communautarisme dans notre République. Quant à la vente de Kebab, elle sera interdite sur le sol français. Le retour du jambon beurre et des fondamentaux de notre gastronomie retrouvera le devant de la scène. Enfin, les tatouages seront examinés afin de vérifier si les références sont d’inspirations exclusivement occidentales.

Un peu de vigilance, ça ne peut pas faire de mal…

   Au gouvernement, chacun espère que l’ouvrage de François Hollande contribuera à l’émergence de citoyens « vigilants-responsables ». Avec son livre intitulé « Leur République expliquée aux plus jeunes et moins jeunes » (titre soporifique, certes, mais ne jugeons pas trop vite) l’ex-président « normal » n’hésite pas à se mettre en danger, car les enfants sont de redoutables critiques. Il semble que Hollande soit à un tournant de son œuvre littéraire.

   Dans les années 2000, à la surprise générale, des livres jeunesse écrits par Madonna ont occupé les étagères des librairies du monde entier. Or, on ne peut pas dire que le premier adjectif qui nous vient à l’esprit en pensant à la chanteuse soit celui de « normale ». Une artiste à la tenue très légère qui simule de se masturber sur scène à chaque « Like A Virgin... » ou donnant un baiser fougueux à Britney Spears, ça inspire plutôt de la méfiance. Notre République ne peut pas ignorer ses frasques. Même si Madonna n’est pas l’autrice de l’album « Tous à poil » qui avait scandalisé Jean-François Copé. Le boycott de ses livres jeunesse et de sa musique est un premier pas vers notre nouveau modèle de vivre-ensemble. Plus de « Like A Virgin » en passant l’aspirateur ou un coup de balai. Nous ne sommes plus au milieu des années 2000 ! Désormais, des mamans accompagnent des classes en sortie avec un voile sur les cheveux ! Il paraîtrait même que des profs barbus s'occupent de nos gosses. S'ils veulent enseigner en Arabie-Saoudite, on ne les retient pas. Monarchie ou République, il faut choisir !

   L’heure est grave. N’oubliez pas que la menace communautariste encercle le pays. Surveillez vos enfants, amis et collègues. Les individus les plus dangereux sont souvent ceux qu’on croit connaître le mieux. C’est une règle immuable de criminologie : toutes les séries télévisées le prouvent. Au moindre écart, le loup entrera dans la bergerie. Alors, restez sur vos gardes... La survie de la République ne dépend que de vous. Méfiez-vous également de vos propres fantômes. Ce sont les pires farceurs. N’est-ce pas Casper ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux