La métamorphose du nouveau kamikaze du PS

Voici le portrait humoristique de Raphaël Glucksmann, candidat aux européennes et nouveau Don Quichotte du parti socialiste. N'hésitez pas à consulter nos articles humoristiques sur le site du journal numérique et humoristique du "Connard enchaîné". De bonnes lectures et des rires...

  Après les 6 % du PS aux présidentielles, c’est peut dire que le parti redoute l’échéance des Européennes. Le « syndrome Hamon » a dissuadé les ténors socialistes de se présenter. Quitter Solférino et presque 40 ans de souvenirs a été une épreuve douloureuse. Le PS végète désormais en soin palliatif sous perfusion de puissants antalgiques. L’acharnement thérapeutique devient insoutenable. Aucun médecin n’ose débrancher le mammouth. Martine Aubry surveille l’hôpital de Lille comme une lionne sa progéniture. L’indomptable pachyderme ne se gêne pas pour exprimer son dégoût aux vautours du gouvernement Macron pénétrant dans son hospice.

  Le salut vient des ondes. Vendredi 15 mars, un philosophe essayiste de 39 ans, Raphaël Glucksmann, propose à la radio d’être la tête de liste du mouvement « Place publique » en compagnie du PS. Le lendemain, les éléphants meurtris par le dernier scrutin n’éprouvent pas le besoin d’une grande concertation pour adouber ce messie. Les socialistes tiennent leur tête de gondole qui fera aussi office de tête de Turque.

  Cette candidature introduit un second philosophe parmi les têtes de liste. Raphaël est souvent caricaturé en bobo urbain. Tout le monde n’a pas la chance de naître dans les choux ! C’est un luxe de venir au monde dans des conditions 100 % bio. On se moque aussi de la lenteur de son débit verbal alors qu’il est né à Boulogne-Billancourt. Autrement dit, loin de l’Alsace ou de la Suisse. Mais un philosophe cherche ses mots dès qu’il discute. Chaque son est pensé, au contraire de la majorité des gens regrettant de ne pas pouvoir revenir sur leurs mots. Concédons néanmoins que c’est un candidat un poil deux de tension. On peut parier qu’avaler un comprimé de ritaline, le traitement quotidien de nombreux enfants hyperactifs, le priverait de récréation et qu’il ronflerait peut-être même encore au moment de la cantine.

La suite en suivant le lien ci-dessous ou en allant sur le site du journal du  "Connard enchaîné". Merci de l'intérêt porté à nos textes.

lien : clic ou recopier, suspens...

https://leconnardenchaine.fr/europeennes-2019/glucksmann-la-metamorphose-du-nouveau-kamikaze-du-parti-socialiste

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.