La disparition du Premier ministre en France ?

L’homme au scooter rend avec un peu de retard sa contribution au « Grand Débat ». Un ancien chef d’État est souvent jugé par la population comme un sage au-dessus de la mêlée politicienne du moment. Les périodes d’impopularité et les traversées laborieuses en pédalo de l’océan médiatique ( ou de la cour de l'Elysée) sont vite oubliées.

   Dans le billet précédent, la parution en 2020 d’un livre de François Hollande expliquant la République aux enfants a été évoquée. Mais lagenda littéraire de l’ex-président accorde la priorité aux adultes avec un ouvrage déjà disponible en librairie intitulé « Répondre à la crise démocratique ». L’homme au scooter rend avec un peu de retard sa contribution au « Grand Débat ». Un ancien chef d’État est souvent jugé par la population comme un sage au-dessus de la mêlée politicienne du moment. Les périodes d’impopularité et les traversées laborieuses en pédalo de l’océan médiatique sont vite oubliées.

   Parmi les remèdes de grand-mère que l’ex-président préconise dans son livre figure la suppression du poste de Premier ministre. S’inspirant du régime présidentiel américain, Hollande voudrait faire disparaître Matignon et entourer le Président d’une garde rapprochée. En France, les Premiers ministres ont déjà tendance à disparaître dès que leur mandat s’achève. À croire qu’une malédiction s’abat sur ceux qui exercent cette fonction. Les exemples de parcours douloureux après un passage par Matignon ne manquent pas.

   Il y a d’abord eu les exilés avec Juppé et Valls. Le premier, condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs du RPR, se retire au Québec pour enseigner les relations internationales. Avec une reconversion dans le relationnel pour un homme aussi froid que sa terre d’accueil, le doute est levé sur la raison de sa venue : le politicien désire fendre la glace avec ses pairs. À défaut de se fendre la gueule avec le chiraquien, celui-ci se réapproprie son sourire perdu en classe de CP. Le réveil de ses zygomatiques, atrophiés depuis toutes ces années lui cause des douleurs épouvantables. Afin de décoincer sa mâchoire, le politicien s’oblige chaque matin à mastiquer la glace qui recouvre sa motoneige. (Il faut savoir souffrir pour avoir l'air sympathique...)

À son retour à Bordeaux en 2006, il revient avec un nouveau visage modelé par une pratique intensive de sculpture sur glace dans le Grand Nord québécois. C'est la défaite de la chirurgie esthétique contre Dame Nature. La première prise de conscience écologique de Juppé émerge au cours de cette époque. Greta Thunberg avait alors 3 ans et ne se focalisait pas encore sur le tri des déchets.    

   Concernant Valls, il a opté pour un exil politique en se lançant à la conquête de la mairie de Barcelone. Le fougueux Catalan ne doute de rien… Or, le seul Messie du territoire espagnol est un footballeur qui officie au stade du FC Barcelone. L’ex-roquet de Hollande a dû se contenter d’un poste défensif de conseiller municipal de la ville. Il présiderait la commission des jardins fleuris avec un intérêt très vif pour la botanique. Le toréador du PS serait même devenu végane et bouderait les corridas ! On finirait presque par le regretter place Beauvaux...

   Puis subsistent les Premiers ministres tombés dans l’oubli des radars médiatiques, voire historiques qu’incarne parfaitement Jean-Marc Ayrault. La population se souvient tellement peu de lui que les jurys de concours en tout genre n’hésitent pas à le sortir de l’ombre pour déstabiliser leurs candidats : dès qu’on demande à ceux-ci quel a été le Premier ministre de François Hollande en 2012, il y a comme une amnésie collective qui les empêche de répondre. Essayez ce test avec votre entourage, c’est stupéfiant.

   Il y a également un ancien locataire de Matignon qui ne quitte pas le territoire et ne parvient pas à se faire oublier : la justice s’acharne contre lui Fillon, le soldat exemplaire de Sarkozy pendant tout un quinquennat, a échoué aux présidentielles de 2017 dont il était le favori. Il a été rattrapé par son sens aigu de la famille.

   Depuis plusieurs décennies de vie politique, il a réparti le travail avec son épouse, Pénélope, et deux de ses enfants en les nommant assistants parlementaires. Quoi de plus naturel qu’un père se préoccupe de l’avenir professionnel de ses enfants et qu’il partage sa passion avec sa femme. D’autres couples s’adonnent à la danse de salon ou à la moto sans que la justice n’intervienne pour condamner les pieds écrasés ou constater la rouille des deux-roues.

   Pénélope, diplômée de droit, est une mordue de la politique française. Au cours d’échanges charnels avec François, on l’imagine jouer avec le jargon des politiciens. Peut-être même que pour inciter son mari à se mettre en position de 69, Pénélope lui susurre à l’oreille que le passage du 49.3 est accordé. Les jeux érotiques ne sont pas étrangers à la classe politique.

   Pour revenir sur un terrain moins glissant, une partie de la famille « Ingalls » a rendez-vous en février 2020 au tribunal. L’entreprise familiale Fillon & Co est soupçonnée d’emplois fictifs, de détournements de fonds publics et d’abus de biens sociaux. Doux Jésus ! Les mauvaises herbes commencent à envahir « la petite maison dans la prairie ». Et le syndrome de Matignon poursuit son œuvre...

   Le gilet rose à scooter propose d’autres mesures que supprimer le Premier ministre dans son ouvrage. L’intérêt de l’ex-président à redynamiser la démocratie en France semble résonner avec le mouvement social des gilets jaunes qui fêtera son premier anniversaire en novembre. Mais comment ce bébé d’un an grandira-t-il ? Comment sera-t-il nourri en termes sociaux, écologiques et démocratiques ? Autant de questions sérieuses qui mettent un terme à ma chronique. 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.