Attention, le torchon brûle !

Macron fait la Une de l’hebdomadaire réactionnaire « Valeurs actuelles ». Le titre de la couverture est « Tête à tête avec Macron ». On imagine un bon dîner aux chandelles pour se confier à un journal qui tend l’oreille à la crème des islamophobes. Or, c’est dans l’avion du chef d’État, au retour de sa visite à la Réunion qu’a eu lieu l’interview-choc. Ça a même réveillé le Piton de la Fournaise…

   Ce jeudi 31 octobre, Macron fait la Une de l’hebdomadaire très réactionnaire « Valeurs actuelles ». L’ouverture de la chasse macroniste pour garder les clés de l’Élysée en 2022 a débuté peu après celle des animaux. Le titre de la couverture est « Tête à tête avec Macron ». On imagine un bon dîner aux chandelles pour se confier à un journal qui tend l’oreille à la crème des islamophobes. Or, c’est dans l’avion du chef d’État, au retour de sa visite à la Réunion qu’a eu lieu l’interview-choc. Ça a même réveillé le Piton de la Fournaise…

   Des politiciens de gauche s’indignent de ce racolage envers de potentiels électeurs de l’extrême droite. Surtout que le délit de racolage a été abrogé en 2016 sous la présidence Hollande.

   Du côté du gouvernement, on défend l’idée de parler à tous les Français et de ne pas laisser le sujet de l’immigration à l’extrême droite. Le président s’aventure courageusement en terre inconnue et il faudrait s’offenser ? Peut-être que les prochains qui auront l’honneur de relater ses confidences seront les révolutionnaires de « Lutte ouvrière » (LO) ? Le journal militant ne demande qu’à se faire connaître du grand public et de sortir des soins palliatifs de l’invisibilité médiatique. La visite de Macron à LO serait une porte ouverte formidable pour les trotskistes, espèce en voie de disparition. Saloperie de réchauffement climatique !

   Motivé par cette volonté de parler à tous les Français, on peut aussi espérer la venue du couple présidentiel à la prochaine fête de l’humanité. Manu et Brigitte pourront se trémousser au milieu d’un public de sans-dents. Cette foule, dépourvue du sens de la cordée mais pas du rythme, aime se laisser guider par les rifts de guitares et les paroles de Trust ou d’Iggy Pop.Puis avec l’âge avancé de la plupart des militants du PC, la première dame de France sera dans son élément. Comme chacun sait, le PC est la plus grosse maison de retraite du pays et la plus animée. Puis ce n’est pas cher du tout. Donc si vous avez dans votre famille un vieux à placer, foncez !

   Parmi les Marcheurs, même si Cédric Villani boude toujours, on sait encore compter. Le RN est l’ adversaire numéro 1 aux prochaines présidentielles. Leurs électeurs représentent une partie non négligeable de la population (beaucoup plus que les électeurs de LO et du PC réunis). Ce qui explique la priorité à un organe de presse d’extrême droite. Mais la gauche ne doit pas cesser d’espérer une visite providentielle. Après tout, Macron a bien effectué quelques aller-retours au ministère de l’économie sous la présidence socialiste. Il a même déjà tutoyé des éléphants.

   Dans ce dernier numéro de « Valeurs actuelles », 12 pages sont consacrées au président ! Immigration, islam, intégration… Le menu de l’hebdomadaire ne change pas. Aucune inquiétude pour les inconditionnels. Et pour découvrir la restitution de l’entretien, il vous en coûtera 4, 90 euros au magasin.

   Le même mois, le journal a proposé un numéro numérique supplémentaire et gratuit exclusivement sur Éric Zemmour (super Z). Le portrait de l’idéologue raciste a nécessité 25 pages. Elles sont à disposition de tous et en quelques clics ! On ne lâche rien sur les fondamentaux de la boutique. En plus d’apaiser les habitués sur la continuité de la ligne éditoriale du canard, il s’agit de mener une opération de prosélytisme afin de gagner de nouveaux fidèles… La religion pullule dans cet hebdomadaire, même où on ne l’attend pas.

   Pour revenir à super Z, dès qu’il s’exprime 2 minutes, il réussit l’exploit de tenir des propos condamnés pour incitation à la haine raciale ou provocation à la haine religieuse. Le groupe Canal + a désormais décidé de lui interdire le direct dans l’émission de C news où il intervient afin de ne pas exploser le budget « justice » de l’entreprise. La hiérarchie a tellement la trouille de ce qui sortira de la bouche du trublion qu’il a fallu s’adapter pour le maîtriser. Le licenciement n’était pas envisageable car la présence du polémiste et de ses commentaires assure une telle audience que Canal + ne peut s’offrir le luxe de l’éjecter.

   Alors avec 25 pages dédiées à sa personne dans « Valeurs actuelles », c’est le festival du racisme. Maître Collard ou Jordan Bardella font figure de petites bites de la fachosphère en comparaison des réflexions de super Z. Pour ne citer qu’un exemple, le polémiste estime idiot de diaboliser Pétain et compare le Maréchal au De Gaulle de 1940. Les Historiens apprécieront… Puis « Valeurs actuelles » ne manque pas d’accentuer la légende du personnage en le présentant comme un « Insoumis » face au pouvoir de l’élite et à un « authentique révolutionnaire ». Le torchon brûlant de tous les côtés donne l’impression de se recycler dans la biographie de figures historiques. Sauf que super Z est on ne peut plus contemporain. Et sa popularité représente plutôt un signe d’excellente santé du racisme en France.

   Si le contenu des propos du président retranscrits dans « Valeurs actuelles » ne porte pas à polémique, après une rapide lecture de cette presse, il semble de très mauvais goût qu’un chef d’État contribue à une entreprise reposant sur l’intolérance et l’incitation à la haine de l’autre. Si des traders jouent les « gagneuses » pour leurs supérieurs, Macron n’hésite pas à adopter une attitude similaire, à la différence que ce dernier agit en auto-entrepreneur. Cela manque un peu de collectif pour le représentant de plus de 67 millions d’habitants...




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.