Cyril Mouquet
Adhérent à Nouvelle Donne.
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2022

Cyril Mouquet
Adhérent à Nouvelle Donne.
Abonné·e de Mediapart

Petit dictionnaire personnel portatif : P... comme Populisme

Quelques entrées d'un dictionnaire politique personnel, histoire de d’éclaircir, à commencer pour moi-même, ce que je conçois en politique...

Cyril Mouquet
Adhérent à Nouvelle Donne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu’il soit revendiqué ou qu’il serve d’insulte envers un adversaire politique, le terme populisme est rarement défini par ses auteurs. Il suppose soit une proximité privilégiée au peuple (pour ses thuriféraires), soit une expression démagogique du discours et de la tenue politiques (pour ceux qui s'en méfient, dont je suis). Je considère le populisme comme un dévoiement de la démocratie. Est populiste toute personne, tout groupe, tout parti qui prétend représenter à lui seul « le peuple ». Le peuple est une abstraction juridique que (et qui) justifie le recours à des dispositifs électoraux (élections, référendums) : en démocratie, personne, par ses origines, son genre, sa classe sociale etc. ne peut en être exclu. S’accaparer ce terme de « peuple » est une facilité qui permet un glissement sémantique vers l’exclusion de groupes auxquels on ne reconnaît pas une légitimité à en faire partie. La recherche du bouc-émissaire, alors, n’est jamais loin. Le populisme est donc une paresse de l’esprit qui s’oppose à la recherche du bien commun en positionnant le programme politique en termes de luttes de classes uniquement ou, pire, de races. En République, l’exclusion n’est pas un programme, il en est la négation de ses idéaux. Un programme politique, si on ne veut pas de contradiction dans les termes, doit relever le défi de l’inclusion de chaque partie constitutive du peuple. La République démocratique, à chacun de ses moments, surmonte les réflexes primaires du groupe et du repli identitaire. En cela, elle est une victoire - toujours fragile et toujours à recommencer – sur les expressions spontanées et immédiates des candidates et candidats à un siège. Tout démocrate rejette les projets populistes, car il y voit la fin de son monde.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte