Cyrille M
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2020

Cyrille M
Abonné·e de Mediapart

Alinéa : victime économique des gilets jaunes et du Covid-19 ?

Dans les colonnes du journal La Provence du 16 mai 2019, à la sortie du confinement, Alexis Mulliez annonce le dépôt de bilan de l'enseigne Alinéa. Selon lui la cause de cette fermeture est due aux gilets jaunes, aux manifestations contre la réforme des retraites et au Covid-19. Pour autant n'y aurait-il pas d'autres raisons à cette faillite et les coupables sont-ils ceux que l'on nous désigne ?

Cyrille M
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'enseigne d'ameublement Alinéa comptait en 2018 plus de 2 000 employés pour un chiffre d'affaire de 273 Millions d'euros. Depuis de nombreuses crises semblent avoir eu raison de cette enseigne. Pour autant n'y aurait-il pas d'autres raisons à cette faillite et les coupables sont-ils ceux que l'on nous désigne ?

Créée en 1989, l'enseigne Alinéa fait partie du paysage Français avec 32 magasins et entrepôts en France pour un chiffre d'affaire en 2018 s'élevant à 273 millionsi . Coup de tonnerre le 16 mai 2020 lorsque le directeur général de l'enseigne Alexis Mulliez annonce le dépôt de bilanii. Il avance quelques explications pour désigner les responsables : "Alors que la démarche commençait à porter ses fruits, nous avons eu coup sur coup les gilets jaunes fin 2018 et les manifestations contre les retraites fin 2019. Et maintenant le Covid-19 qui nous a obligés à cesser notre activité durant presque deux mois.iii" Ce grand groupe se déclare victime, et dénonce ses bourreaux, ces inconscients qui manifeste et fragilise l'économie de grands groupes irréprochables. Et maintenant cette crise sanitaire, qui vient porter le coup de grâce... Mais cette déclaration évoque également une certaine "démarche" qui avait été mise en place auparavant.

En effet les problèmes économiques d'Alinéa ne datent pas d'hier. Les gilets jaunes dont le mouvement débute fin 2018 et la dernière mobilisation contre la énième réforme des retraites débute fin 2019. Le déficit d'Alinéa en 2014 était déjà de -26 millionsiv. Depuis le chiffre d'affaire s'est écroulé passant de 427 millions en 2014 à 273 millions en 2018, le déficit s'est donc également accru passant sur la même période de -26 millions à - 67 millions en 2019 après une stabilisation du déficit aux alentours de 2016 et 2017. Il y a eu effectivement une accélération du déficit en 2018 qui correspond à l'année des gilets jaunes. Ces mobilisations ont débuté à partir du 17 novembre 2018, perturbant les achats de noël et privant les commerçants d'une partie de cette recette importante.


Pour autant les responsables sont-ils ceux que l'on condamne ouvertement dans la presse ? Ces gérants n'auraient-ils pas une part de responsabilité ?

Alinéa est détenu par le groupe AFM, l'Association Familiale Mulliez, contribuant aux intérêts économiques de la famille Mulliez, cinquième plus grande fortune de France avec 38 milliards d'euros en 2019 selon le classement challengev derrière Hermès, Bettencourt, Channel et Arnault. Le groupe subi une baisse significative de son capital en perdant 6 milliards entre 2018 et 2019.

Pour autant si les responsables étaient ceux que l'on prétend, les concurrents d'Alinéa auraient dû subir des pertes similaires. Maison du mondevi et Casa Francevii, deux concurrents d' Alinéa, n'ont pourtant pas subit un tel revers sur le plan économique sur cette période même si pour ce dernier la situation a été maintenu a l'équilibre notamment en supprimant près de 200 postes. Il ne faut pas le nier le marché du meubleviii, souffre et subi les conséquences des crises cycliques du marché immobilierix.

Certaines enseignes sont frappées violemment par des difficultés économiques comme Fly placé en redressement judiciaire en 2014x ou encore Conforama en crise depuis 2017.

« En 2014, le groupe Fly avait été placé en redressement judiciaire. Après un semblant de redécollage de la marque, Fly perd de l’altitude dans un secteur de l’ameublement en pleines turbulences. Selon, le secrétaire général de la FNAEM, le marché du meuble en juillet a reculé de 9,3 %. » Dans cet article datant de septembre 2018, on y apprend donc que l'année 2018 n'est pas plombée uniquement par les mouvements sociaux de fin d'année puisque les problèmes sont antérieurs au début de la mobilisation des gilets jaunes avec un recul de 9,3% dès juillet 2018.

Concernant Conforama la situation est plus cocasse car l'enseigne annonce en juillet 2017xi la fermeture de 42 magasins et la suppression de 1900 postes pour faire face au « recul des ventes dans un marché en pleine mutation sous l'essor notamment du commerce en ligne. » Mais il est utile de préciser également que les 5 milliards de malversation comptable de la maison mère Steinhoff ont largement fragilisé l'enseigne. Depuis, comme le révèle l'Humanitéxii, "Confo" est la proie de nombreux scandales financier afin que les créanciers qui tiennent désormais l'enseigne à la gorge puissent engranger des bénéfices et ont tout intérêt à ce que l'enseigne fasse faillite. Ce dossier complexe et rocambolesque, qualifié par le député FI d'Ariège Michel Larive de « scandale financier d'ampleur internationale » ne concerne en rien Alinéa mais nous donne un aperçu des coulisses du monde merveilleux de l'ultralibéralisme.

Les problèmes économiques d'Alinéa ne peuvent donc pas être attribué exclusivement aux mouvements sociaux mais sont la conséquence d'un marché en crise depuis de nombreuses années à cause du développement du commerce en ligne mais aussi à cause des bulles spéculatives du marché de l'immobilier qui se répercute sur le marché de l'ameublement.


De plus le groupe AFM est-il si irréprochable du point de vue de sa gestion pour prétendre se poser en victime ?

Le groupe AFM possède des parts entre autres chez la banque accord, Boulanger, Flunch, Leroy merlin et est l'actionnaire majoritaire de nombreux groupes très connus comme Decathlon, Saint Maclou et Auchan. Cette dernière enseigne a fait l'actualité en 2018 en annonçant une perte d'exploitation de 155 millions d'euros et 50 milliards de dépréciations d'actifs. La France représentant 1/3 du chiffre d'affaire d'Auchan retail subi un recul de 1,3%. Pour expliquer cette baisse les gilets jaunes sont encore pointés du doigtxiii, décidément une sorte d'automatisme de langage chez les Mulliez, pour ne pas dire une obsession... Pour autant les pertes ne sont pas uniquement une exception Française puisque Auchan en Italie enregistre sa huitième année consécutive de perte et décide alors de vendre la quasi-totalité de ses magasins au groupe Italien Conadxiv. Auchan décide également de vendre 18 magasins au Vietnam et son chiffre d'affaire recule de 7,8% en Russiexv. Cette dynamique défavorable pourrait éventuellement s'expliquer par la crise économique de 2018 mais de nouveau aucun reproche n'est fait aux spéculations du monde de la finance et ses spéculations outrancières pourtant responsable de cette crise. Non le marché est notre ami contrairement aux feignants de prolos qui se plaigne tout le temps et manifeste au lieu de bosser.

Cette dynamique défavorable du groupe Auchan à l'internationale ne peut pas s'expliquer par la faute des mouvements sociaux et en particulier des gilets jaunes qui font figure dans cette histoire de bouc-émissaires pour justifier les pertes du groupe.


De plus avant de condamner les autres, encore faut-il être irréprochable du point de vue moral.

Auparavant Auchan avait déjà fait l'actualité mais dans la sphère judiciaire. « En juin 2017, l'enquête des Malta Files conduit le site Mediapart à révéler que de 2014 à 2016, le groupe Auchan, via sa filiale maltaise Oney, aurait économisé 21 millions d'euros d'impôts. La pratique est légale : par un mécanisme d'optimisation fiscale, elle permet de faire transiter à Malte les revenus des activités d'assurance du groupe — ils y sont soumis à un taux d'imposition effectif très inférieur au taux français. Contacté, le groupe Auchan s'est contenté de répondre que ces opérations s'effectuent dans le strict respect des conventions internationalesxvi.» On pourrait nous expliquer éventuellement que cette manœuvre légale d'optimisation fiscale a pour but de préserver les finances du groupe pour maintenir des emplois en France mais il semble plutôt que l'optimisation fiscale fasse parti des habitus, de la famille Mulliez tout comme le déni de ses responsabilités habillement projetés sur le dos des ouvriers revendicatifs.

Cette famille originaire du Nord de la France réside en Belgique, une rue porte même leur nom de manière officieuse et symbolique comme le confie le fonctionnaire au ministère des finances Belges Marco Van Hees : « A Néchin, la rue de la Reine--Astrid compte tellement de Mulliez exilés que les riverains l’ont rebaptisée à leur nomxviiUne passion pour la Belgique ? Non puisque comme nous l'apprend cet article, d'autres membres du clan Mulliez ont préférés la Suisse ou le Luxembourg. On y apprend également certaines méthodes employées pour contourner l'impôt sur la fortune et sur les biens...

Je ne suis pas expert-comptable ni journaliste, mais je me permets de rédiger cet article qui s'appuie sur des sources journalistiques fiables citées ci-dessous et qui offre l'opportunité de prendre un peu de recul sur les effets d'annonces sensationnalistes liés au dépôt de bilan de nombreuses sociétés dont Alinéa. Nous avons été préparés voir conditionnés pour affronter les conséquences sociales à venir comme suite logique de la crise sanitaire, néanmoins il ne faut pas considérer toutes ces fermetures comme si elles étaient logiques et rester vigilant sur ces grands groupes qui ont l'habitude de saisir la moindre opportunité pour en tirer un profit économique et symbolique pour sortir par la grande porte.

Effectivement le groupe Alinéa, a essuyé des pertes importantes justifiant probablement son dépôt de bilan mais ces pertes étaient déjà importantes avant les mouvements sociaux de 2018 à qui ont fait porter le chapeau. Le groupe AFM, 5ième plus grande fortune de France en 2019 avec 32 milliards n'est pas au plus mal même si il a subi des pertes. La fermeture d'Alinéa était probablement inévitable car plus rentable dans un secteur très concurrentiel, encore plus depuis la généralisation des achats en ligne, et qui a souffert des nombreuses crises successives et rapprochées. De plus comme de nombreuses entreprises qui n'ont pas pu continuer leurs activités pendant le confinement, elle a du probablement faire face à des problèmes de trésoreries pour continuer à payer ses charges sans nouvelles rentrées d'argent. Néanmoins attribuer ces mauvais résultats aux mouvements sociaux et à la crise du Covid-19 n'est-ce pas de l'opportunisme ? Une façon de se déresponsabiliser, se placer en victime d'une injustice en attribuant ses pertes à des éléments extérieurs et en omettant de pointer du doigt les vrais responsables de ces problèmes économiques, à savoir la spéculation immobilière du marché et peut-être aussi une gestion défaillante de son groupe depuis de nombreuses années ?

L'injustice ne serait-ce pas plutôt que ceux qui ont tout s'en prennent systématiquement à ceux qui n'ont pour seul moyen de subsistance que leur force de travail qu'ils sont contraint de vendre aux propriétaires des moyens de productions dont vous faites partie ? Ne sont-ce pas de potentiels gilets jaunes qui travaillent dans vos enseignes dans lesquelles s'applique la division du travail, aliénation de l'humain en échange d'un salaire minimum qui vous permette de garder votre statut de possédant et une place au chaud dans le top 5 des plus grandes fortunes Française ? L'humilité et le respect de vos employés ne devraient-ils pas vous amenez à plus de mesures dans vos propos sans oublier qu'un ouvrier qui manifeste, défend ses droits de manière légale contrairement à vous qui bafouez l'article 1741 du Code Général des Impôts à travers vos diverses manières de contourner l'impôt et en vous domiciliant à l'étranger. Avant d'être méprisant envers les ouvriers auxquelles vous devez beaucoup il serait préférable de commencer par être irréprochable et honnête tant dans vos actes que dans vos paroles.

i  https://fr.wikipedia.org/wiki/Alin%C3%A9a_(enseigne)

ii  https://www.capital.fr/entreprises-marches/alinea-depose-le-bilan-1370255

iii  ibid

iv  op. citae (1)

v https://www.challenges.fr/classements/fortune/

vi  https://www.verif.com/bilans-gratuits/MAISONS-DU-MONDE-FRANCE-383196656/

vii  https://www.verif.com/bilans-gratuits/CASA-FRANCE-613650373/

viii  https://www.capital.fr/economie-politique/but-conforama-ikea-comment-la-bande-des-trois-reagit-a-la-crise-du-marche-du-meuble-1004379

ix  https://www.latribune.fr/vos-finances/immobilier/20140506trib000828623/1990-2007-deux-crises-immobilieres-provoquees-par-l-innovation-financiere.html

x  https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/pourquoi-les-magasins-fly-ferment-les-uns-apres-les-autres-5978442

xi  https://www.la-croix.com/Economie/France/Conforama-sombre-crise-2019-07-02-1201032832

xii  https://www.humanite.fr/revelation-conforama-un-hold-700-millions-deuros-676599

xiii  https://www.lsa-conso.fr/une-annee-2018-noire-pour-auchan-qui-declenche-un-programme-d-austerite,312916

xiv  https://www.capital.fr/entreprises-marches/auchan-accule-financierement-vend-ses-magasins-en-italie-1338198

xv  https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/auchan-cherche-a-rebondir-en-russie-146311

xvi  https://fr.wikipedia.org/wiki/Auchan#Direction

xvii  https://www.capital.fr/entreprises-marches/les-petits-secrets-des-proprietaires-de-decathlon-auchan-kiabi-la-famille-mulliez-609576

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — France
L’indécente rémunération versée à la ministre des sports par la Fédération française de tennis
Dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Amélie Oudéa-Castéra révèle qu’elle percevait plus de 35 000 euros nets par mois du temps où elle était directrice générale de la FFT. Un salaire digne du CAC 40 qui est révélateur du basculement de cette fédération dans le tennis business.
par Laurent Mauduit
Journal — Justice
Barbouzes du PSG : la police sur la piste d’une tentative de chantage à 100 millions d’euros
Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane, détenu à Doha en 2020 après avoir obtenu des documents confidentiels appartenant au patron du Paris Saint-Germain, aurait souhaité par la suite réclamer 100 millions d’euros à l’émirat du Qatar, propriétaire du club, selon un document confidentiel. Il dément formellement.
par Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant