Assises à Nice

Un mois quasiment d'arrêt-maladie pour ce que le chirurgien a qualifié aimablement "entorse sévère". Un mois pratiquement sans pouvoir bouger, et où mes horaires de sorties autorisées c'était pour faire joli sur le certificat médical, vu que sortir sur un seul pied... ce n'est pas facile. Comme par hasard, c'est à ce moment-là qu'un ami décide de sortir son troisième roman policier.

Un mois quasiment d'arrêt-maladie pour ce que le chirurgien a qualifié aimablement "entorse sévère". Un mois pratiquement sans pouvoir bouger, et où mes horaires de sorties autorisées c'était pour faire joli sur le certificat médical, vu que sortir sur un seul pied... ce n'est pas facile.

Ce mois fut donc aussi le temps de lire et de relire.

Comme par hasard, c'est à ce moment-là qu'un ami décide de sortir son troisième roman policier.

L'ami en question, c'est le commandant de Police Michel TOURSCHER, qui a longtemps commandé un commissariat dans l'Est de Nice, à l'Ariane.

Une Zone de Sécurité Prioritaire où nous avons pu nous rencontrer et dont nous connaissons bien les acteurs.

Alors bien entendu j'ai acheté son livre...

Assises à Nice, édité... à Nice-Est, 8 chemin de la Lauvette, par un éditeur local, Baie des Anges Editions le mois dernier.

Assises à Nice par Michel TOURSCHER © Michel TOURSCHER Assises à Nice par Michel TOURSCHER © Michel TOURSCHER

Ayant du temps, j'ai fini par le lire.

C'est un très beau travail qu'il signe, après "Flics requiem" qui était lauréat des lecteurs VSD dans la catégorie roman policier il y a quelques années.

 

Travail original par le décor du Tribunal de Nice, que je connais bien y ayant été magistrat consulaire durant quelques années, et celui des squats, où il m'arrive actuellement de passer voir... au travers de l'habitat social.

Aide aux SDF qui n'est pas oubliée, avec une association qui existe réellement et à laquelle je participe, l'association Mir, dont le remarquable président, le père Patrick, n'est autre que le vrai Curé de l'Ariane.

 

Autant vous dire que je vous recommande ce titre qui ne vous ruinera pas (8,50 Euros) et qui vous passionnera - je l'espère -  au fil de ses 235 pages format (grande) poche.

Vous le trouverez dans toutes les grandes librairies de Nice (Jean JAURES, MASSENA...) ou sur internet. Vous avez les liens pour commander sur ces deux librairies facilement.

 

J'ai fini de le lire... ce jour même, au coeur de la nuit.

Fin de lecture à 0h15. Et non, ce n'est pas un poisson d'avril.

Ce polar, passé la centième page, on ne le lâche plus.
On veut la fin de l'histoire.
Et non, seconde dénégation de ma part, la fin de l'histoire je ne vous la donnerai pas.
Disons qu'elle est "comme dans la vraie vie" et c'est tout.

Car ce roman est vrai.
Vrai travail sur les personnages. Je n'en ai donné que deux que je connaissais, Hugo et le père Patrick. Il y en a d'autres et non des moindres, que je connais / reconnais bien.

Il y a réellement un vrai travail sur les personnages.
Le principal, le commandant Gabriel LAVILLA, en premier. Sa vie de policier, sa vie de famille ou ce qu'il en reste, sa vie sentimentale ou ce qu'elle devient.
Ce ne sont souvent que des détails périphériques dans les romans policiers, là c'est traité en profondeur. C'est touchant.

Sans faire la galerie des portraits, le premier juré, ses convictions initiales, ses doutes, son vécu du procès, c'est également une belle peinture.
Le père d'une des victimes, le journaliste "audiencier", l'habitué du Tribunal qui y vient comme à un spectacle gratuit offert par la Justice, tous ont leur relief. Même les acteurs judiciaires les plus humbles ne sont pas oubliés.

Oui, c'est un polar, mais c'est un polar dans le Tribunal de Nice.
C'est bien un roman, mais c'est le roman d'une session des Assises, pas celui d'une simple enquête, c'est plus que juste une enquête.
C'est une semaine de la vie d'un policier, avec ses convictions et ses doutes.
C'est la PJ à Nice, où le soleil ne change pas le crime.
C'est le contact avec le monde des SDF, des squats (bien localisés) et aussi de ceux qui luttent pour changer ce monde.
C'est la Justice en France, quant elle est rendue "dans un délai raisonnable, par une décision équitable de juges impartiaux" comme le disait une formule parait-il périmée.

Nous allons en ouvrant ce livre et en le lisant, participer à bien des choses:
- La vie de l'enquêteur principal, jusque dans son intimité et dans l'arrière-cour de son quotidien le plus simple, voire le plus sordide;
- L'enquête, la traque, menée par toute une équipe avec sa volonté de bien faire comme avec toutes ses imperfections;
- Le parcours de l'accusé, énigmatique, plus complexe qu'il n'y paraît;
- La vie judiciaire tant de l'accusation que de la défense;
- L'impact du journalisme, de "la chronique judiciaire" sur l'ambiance.
Le tout avec précision, avec humanité, avec aussi une connaissance professionnelle très précise des lieux et des fonctions exercées, qui donnent toute sa force à ce "petit" (235 pages en format poche tout de même) roman policier.

On en ressort en ayant appris:
- Appris sur le Tribunal et son jeu d'ombres chinoises entre défense de l'accusé, défense des victimes, ministère public et, finalement, le siège et les jurés.
- Appris sur les policiers en tant qu'êtres humains, avec leurs doutes, leur conscience, leurs amitiés et leurs ressentiments. Bien loin des séries télévisées; encore que quelques-unes arrivent maintenant à mieux prendre en compte ces aspects.

Le crime est là, et avec lui le doute.
Ce doute qui doit toujours bénéficier à l'accusé.
L'accusé est là, sans que nous ne sachions vraiment au fil du procès si nos convictions de départ vont résister à l'avocat de la défense.
Les familles, et même la seule victime "rescapée" dont nous partageons la douleur, les douleurs, face à l'horreur de ce qu'elles ont subi et que la procédure les oblige à revivre, jusqu'à en basculer, dans un sens ou dans l'autre pour faire - involontairement - rebondir le procès.
C'est très riche d'enseignements.

Très bien écrit, pas cher, puissamment documenté, avec un final surprenant.
D'aucun en sortiront déçus. Les amateurs de "polar" linéaire... il en faut.
D'autres, dont je fais partie, en sortiront contents d'avoir eu enfin dans ce genre littéraire si particulier, le sentiment de retrouver la vraie vie des rues et des quartiers de Nice en même temps que celle de son Tribunal.

 

Assises à Nice en résumé © Michel TOURSCHER Assises à Nice en résumé © Michel TOURSCHER


A acheter, à lire.
J'aime.
Bravo.

 

Didier CODANI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.