Si c'est un homme - Si c'est un livre

J'ai essayé de trouver en numérique un vieux livre, aux droits d'auteur expirés, à l'auteur mort par suicide ou accident... Ce livre, c'est l'un des seuls que je tiens pour vrai concernant ce que l'on nomme "holocauste".

J'ai essayé de trouver en numérique un vieux livre, aux droits d'auteur expirés, à l'auteur mort par suicide ou accident...

Ce livre, c'est l'un des seuls que je tiens pour vrai concernant ce que l'on nomme "holocauste". Il relate la vie et la survie d'un jeune chimiste Juif italien dans un enfer organisé par des hommes pour exterminer d'autres hommes en raison de leur religion, de leurs opinions, ou de leur choix de vie.

Ce livre c'est "Si c'est un homme" de Primo LEVI.

 

Je pensais bêtement le trouver gratuitement ou à faible prix sur Internet, et j'ai essayé LE plus grand moteur de recherche actuel, à savoir la branche "Livres" de Google.

J'ai eu sept réponses. De 2,99 € à 6,99€

AUCUNE de ces réponses ne me permet de lire le livre que je veux relire.

TOUTES ces réponses sont des "analyses de l’œuvre" et autres "fiches de lecture".

 

Pourquoi?

Parce que l’œuvre originale qui date de 1947 ne "vaut" rien les droits d'auteur n'étant pas éternels.

Alors, "on" ne nous propose plus en accès rapide et facile que des "relectures" et autres "analyses" comme si nous ne pouvions plus lire et penser de nous-mêmes.

 

Oui, à la fin, j'ai trouvé.

J'ai trouvé une édition gratuite au format PDF, sans commentaires, sans analyse.

Mais tout de même, c'est ça le progrès? L'accès à "la culture pour tous"?

 

« Wenn ich Kultur höre… entsichere ich meinen Browning ! » (Schlageter, Acte 1, scène 1) C'est un auteur SS moyen, Hans JOHST, et non un haut dirigeant nazi qui l'a écrit.

« Quand j'entends le mot Kulture, je sors mon révolver ». C'est sous cette forme que cette phrase a traversé les ans.

Et à ce jour, 3 août 2019 je ne vois en première offre que la lecture par les yeux d'un ou d'une autre...

 

La "police de la pensée" elle n'est pas encore là, nous arrivons encore à contourner le "mur de l'argent" pour retrouver la vérité de ce que nous voulons lire, mais nous n'en sommes guère loin. Tout doucement, sans faire de bruit.

 

Lisez "Si c'est un homme", relisez-le si vous l'avez déjà lu.

Votre culture générale de femme du monde ou d'homme du monde en sortira grandie. Votre connaissance de l'holocauste aussi.

Vous ferez des découvertes.

 

Vous le trouverez gratuitement là:

http://palimpsestes.fr/textes_philo/primo-levi/si-cest-un-homme.pdf

 

C'est la description sans concessions d'un jeune homme qui n'avait plus rien à perdre, de ce qu'était en 1944 un vrai régime fasciste. Et là, je ne vais pas mettre de guillemets à ce mot car ce n'est pas du concept grotesque et fourre-tout de nos gauchistes tiers-mondistes, révolutionnaires à la mie de pain que je parle, c'est du vrai fascisme, celui de Benito MUSSOLINI qui a conduit tant d'Italiens à l'exil. Le vrai fascisme, celui qui tuait pour un mot, pour une idée déviante.

Ce fascisme italien, et le nazisme allemand, Primo LEVI est l'un des très rares rescapés des camps qui ait su les décrire dans toute leur abjection.

 

Primo LEVI est en outre un des seuls à avoir aussi décrit la veulerie, la lâcheté, de ses coreligionnaires Juifs, des Italiens non-fascistes, des Allemands non-nazis. Veulerie et lâchetés qui ont permis aux fascistes et nationaux-socialistes de progresser et de dominer l'Italie puis l'Allemagne.

Primo LEVI est l'un de ceux (il y en a eu d'autres, dont quelques parents devant lesquels je m'incline) qui se sont dressés contre le fascisme et le nazisme, au péril de leur vie.

Lui est ressorti vivant de la guerre et des camps.

 

Son témoignage est terrible car cru et brut, sans aucunes concessions ni parti-pris.

 

Il n'est plus là pour en parler.

Il parait qu'il se serait suicidé en se jetant du haut d'un escalier.

Il est possible aussi qu'il ait fait un malaise en raison de médicaments qu'il prenait.

Il ne parlera plus, mais son livre est là.

Il reste gratuit, si vous cherchez bien.

Ses idées, son regard, son vécu. Pas ceux d'un intello.

 

Ce n'est certainement pas le best-seller de cet été.

Normal, vu qu'il est gratuit...

 

Bises aux dames, salut aux messieurs,

 

Didier CODANI

Nice, 3 août 2019

 

Si c'est un homme. Récit de Primo LEVI © Primo LEVI Si c'est un homme. Récit de Primo LEVI © Primo LEVI

"Vous qui vivez en toute quiétude

Bien au chaud dans vos maisons,

Vous qui trouvez le soir en rentrant

La table mise et des visages amis,

Considérez si c’est un homme

Que celui qui peine dans la boue,

Qui ne connaît pas de repos,

Qui se bat pour un quignon de pain,

Qui meurt pour un oui pour un non.

Considérez si c'est une femme

Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux

Et jusqu'à la force de se souvenir,

Les yeux vides et le sein froid

Comme une grenouille en hiver.

N'oubliez pas que cela fut,

Non, ne l'oubliez pas :

Gravez ces mots dans votre cœur.

Pensez-y chez vous, dans la rue,

En vous couchant, en vous levant

Répétez-les à vos enfants.

Ou que votre maison s'écroule,

Que la maladie vous accable,

Que vos enfants se détournent de vous."

Turin, janvier 1947, Primo LEVI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.