D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2022

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Quelques lignes au second degré sur la doctrine Russe en Ukraine et la neutralité

Brillant article de Me Régis DE CASTELNAU et de M. Sylvain FERREIRA paru ce jour sur le site "Vu du droit". Voici quelques lignes de commentaires, en lettre ouverte, que j'avais envie de vous écrire concernant cette forme moderne de "neutralité" où se trouve embarquée la France.

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brillant article de Me Régis DE CASTELNAU et de M. Sylvain FERREIRA paru ce jour sur le site "Vu du droit".

https://www.vududroit.com/2022/05/guerre-en-ukraine-quelle-est-la-doctrine-russe/#comment-20640

Voici quelques lignes de commentaires, en lettre ouverte, que j'avais envie de vous écrire concernant cette forme moderne de "neutralité" où se trouve embarquée la France.

Pour la clarté de l'exposé dont la lumière pourrait blesser les yeux de petits esprits je tiens à préciser que dès le début de ce conflit j'ai adopté et soutenu totalement la définition qu'en donne le Ministère des Armées en France:

L’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine est l’une des plus graves violations de l’ordre de sécurité européen depuis des décennies. Par cette décision, la Russie bafoue le droit international et en particulier la Charte des Nations unies.

https://www.defense.gouv.fr/ukraine-point-situation

Point de situation Ukraine grand public du Ministère des Armées au 4 mai 2022 © Ministère des Armées de la République Française

Ceci m'inspire les modestes réflexions spontanées qui suivent à l'aimable attention de Me Régis DE CASTELNAU et de M. Sylvain FERREIRA

Votre commentaire est surprenant alors que chacun sait que la France et l’Europe sont neutres dans ce conflit.
Simplement le vocabulaire français change si vite que l’Académie Française n’a plus le temps de suivre.

De nos jours, il est devenu évident qu’être neutre permet d’être "neutre" en fournissant des armes et des munitions à l’Ukraine, et en saisissant les biens de citoyens Russes.

En France nous sommes également neutres dans les commentaires.
Les Russes sont pour nos médias occidentaux des bandits de grand chemin, des crapules, des criminels, des lâches et des déserteurs. La moindre suspicion de méfait devient instantanément crime de guerre avéré dès lors que cela aurait pu se passer dans une zone où se trouvent - ou se trouvaient - des Russes.

Normal: Depuis deux siècles on avait l’humiliation de Napoléon dans la retraite de Russie à venger.
Alors systématiquement tout article concernant l’Ukraine se doit d’être accablant pour les Russes.

Oublié, le fait que dans la campagne de Russie, les premiers à avoir battu en retraite, sur des distances considérables, ont été les Russes… qui ont gagné à la fin.
Oublié le fait que sur le "front de l’Est" ce sont les Russes qui ont le plus reculé devant les Allemands jusqu’à… reprendre l’offensive et aller planter le drapeau rouge sur Berlin et gagner, encore une fois, à la fin.

Oublié, le prix du sang que la Russie a payé pour sa liberté et celle de l’Europe.
Oublié aussi que dans ces batailles historiques, le positionnement de l’Ukraine est d’une gloire discutable.

En résumé, nous sommes neutres; mais toutes les exactions Ukrainiennes de 2012 à 2022 sont oubliées et pardonnées, alors que tout ce qu’ont fait les Russes provoque des convulsions d’horreur.


Nos propres erreurs sont naturellement lavées de tous soupçons.
Nous sommes – avec les Ukrainiens – dans le camp du bien.


Les Russes, c’est mal. Ils violent, ils tuent, et dans pas longtemps ils feront cuire à la broche les petits enfants (Ukrainiens), si on en arrivait à manquer d’arguments.

Mais bon, pas de folie. On ne s’emballe pas. L’Occident est neutre.

C’est meilleur pour les affaires.


De fait, nous avons vidé les soutes à munitions (neutres) de l’occident au profit de l’Ukraine.
Ensuite nous avons renouvelé les stocks (la faute aux Russes, évidemment) pour nous protéger.
Maintenant, nos généreux grands alliés anglo-saxons équipent les pays de l’Est Européens avec des systèmes d’armes « Made in USA ».

Pour l’avenir. Par pure charité, bien entendu.

Nos grands alliés, que dis-je, nos amis anglo-saxons, n’ont jamais osé imaginer que cela puisse leur rapporter structurellement un centime; c’est pour la liberté et la démocratie de l’Ukraine, dont on connait le niveau de corruption et l’absence de toute influence d’oligarques dans les élections.

Les oligarques, c’est Russe. L’auriez-vous oublié?


Il n’y a en Ukraine que d’honnêtes commençants.
Quant aux élus ils sont tous admirables d’intégrité, à commencer par le président.
Un homme d’un patriotisme inébranlable; qui est un peu le seul au monde à savoir jouer l’hymne national de son pays au piano sans utiliser ses mains.
Il doit même se forcer à ne pas utiliser ses talents professionnels pour ne pas jouer la comédie quand il communique, ce qui pour un acteur professionnel frise l’héroïsme (moral).

Venir, comme vous le faites, laisser sous-entendre que la vérité pourrait éclater, que la réalité pourrait refaire surface, est – je vous le dis – contraire à la neutralité à la Française.
"Tout le monde", des USA à la Grande Bretagne en passant par les médias anglo-saxon et quasiment tous les médias occidentaux rachetés par de grands financiers intelligents, dit le contraire de ce que vous écrivez.

La preuve c’est que nous ne sommes qu’une poignée à vous lire.
Je me demande même si – outre les noms de ceux qui écrivent comme vous – les noms de ceux qui vous lisent ne sont pas enregistrés.

Par précaution, entraînez-vous à baisser la tête en prenant un air désolé.

Vous pourriez aussi mettre en ligne un didacticiel à usage des lecteurs pour leur apprendre à faire leur autocritique le jour où l’Ukraine ayant pris Moscou après avoir coulé le bateau du même nom, on viendra les arrêter.

Heureusement, quelque chose me dit que ce n’est pas demain la veille…

Ce que vous avez rédigé n’est qu’une goutte d’information bénévole dans un océan de propagande bien financée.
C’est peut-être ce qui reste de la morale en politique et en information de nos jours.


Qui sait?

Didier CODANI

A Nice, ce 4 mai 2022

N.B.: Je rappelle que le fait d’être un anticommuniste primaire n’interdit pas d’écrire au second degré.
De temps en temps. :)

P.S.: J'ai été obligé de changer un peu le titre 24h après la mise en ligne du billet, sinon aucun commentaire ne pouvait être publié.

Aucune volonté de censure me concernant ou concernant Médiapart. Simplement tel qu'il était rédigé, le titre créait un bug qui renvoyait sur un message d'erreur. J'espère que ça va mieux maintenant, et que vous pouvez commenter si vous en avez envie.

Sinon ce billet existe là: https://www.cdr.tf/post/commentaires-sur-la-doctrine-russe-en-ukraine-et-la-neutralité

Et pour commenter, en haut à droite de votre écran vous avez depuis là accès à mes pages Twitter, Facebook, et LinkedIn en cliquant sur les logos de ces réseaux sociaux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise