D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2020

Vers une nouvelle « affaire des fiches » ?

C'est paru au Journal Officiel de la République Française ce vendredi 4 décembre 2020. En clair, en France, depuis hier, on va - par exemple - pouvoir ficher les Juifs et les Francs-Maçons en tant que tels. Ce qui n'était plus permis depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trois beaux décrets viennent de sortir dans un silence assourdissant en cette fin de semaine.

C'est sans doute là que je me différencie d'une partie de la droite, et évidemment de l'extrême-droite française.

Gens qui ne disent trop rien, en voyant passer ces trois décrets publiés ce weekend:

Décrets 1510, 1511, et 1512 parus le 2 décembre 2020.

A chaque fois le même panel très (TRES) large d'éléments fichés.

Et à noter en particulier l'article 3 des décrets 2020-1511 et 2020-1512 (texte identique) ouvrant le fichage:

« A des opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses ou une appartenance syndicale ».

C'est paru au Journal Officiel de la République Française ce vendredi 4 décembre 2020.

En clair, en France, depuis hier, on va - par exemple - pouvoir ficher les Juifs et les Francs-Maçons en tant que tels.

Ce qui n'était plus permis depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Je pensais (peut-être naïvement) que l'on ne reviendrait pas, même de façon insidieuse, sur l'Ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine sur le territoire continental.

Et voilà, en décembre 2020 les "fichiers TULARD", du nom du haut fonctionnaire français qui les avait créés pour ficher les Juifs de région parisienne en 1940, sont de retour sous une nouvelle forme.

Avec l'avis de la CNIL, s'il vous plait.

Les génies qui nous gouvernent sont-ils si sûrs que cela de ne pas finir tous en Haute Cour?

Je me pose la question.

Le général Philippe PETAIN inspectant la troupe en 1916 © Domaine public

Je me souviens en cet instant d'une anecdote, attribuée avant-guerre au Maréchal PETAIN, alors simplement colonel du régiment où servait le futur général De GAULLE.

La Sécurité Militaire lui avait demandé lesquels de ses officiers allaient à la Messe le dimanche.

Alors que de notoriété publique il n'y allait jamais, il donna la réponse suivante:

"Je ne saurais vous le dire car je suis au premier rang et je n'ai pas coutume de me retourner pour regarder derrière moi pendant l'Office".

Après quoi le colonel PETAIN avait été si mal noté qu'il aurait dû quitter les armées... s'il n'y avait eu le début de la guerre en 1914, et s'il ne s'y était pas si brillamment illustré à Verdun; ce qui lui valut ses étoiles de général puis sa dignité de Maréchal de France.

La suite on la connait, elle fait partie de l'Histoire.

Gare aux délégués. Illustration du 11 décembre 1904 © Domaine public

Que l'on revienne en catimini aux "fiches" du "petit père COMBES" et à "l'affaire des fiches" ensuite est proprement scandaleux.

Que l'on y ajoute les francs-maçons (les « convictions philosophiques » de cet article 3 des décrets du 2 décembre 2020) est sans doute une forme d'humour historique.

Qui sait? Qui se souvient qu'en 1904 c'est au Grand Orient que l'on avait demandé de rédiger?

Affaire des fiches à la Chambre des Députés. © Domaine Public

Pour cela, à l'époque, on avait changé de gouvernement.

Qu'en sera-t-il cette année?

Avec le courage politique qui caractérise nos bons députés?

Ma source ; le Journal Officiel de la République Française :

Décret 1510 https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607266

Décret 1511 https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607323

Décret 1512 https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042607387

Tous signés du Premier Ministre, du Ministre de l’Intérieur et du Ministre des Outremers.

Au fait, qu’en pensent ceux qui vont être fichés ?

Sont-ils seulement au courant ?

La seule dont j’ai la réaction (assez estomaquée, d’ailleurs) c’est un médecin urgentiste de « La France Insoumise » Sabina ALI BENALI (Sabrina AURORA, auteur de « La révolte d’une interne ») https://twitter.com/DrSabrinaaurora/status/1335514511596515336

Juste trois lettres : « WTF… ? »

Sabrina ALI BENALI Médecin urgentiste devant son livre © Sabrina ALI BENALI

La grande force de ces trois décrets en veille de weekend, c’est que c’est tellement énorme qu’on peine à y croire ; mais ne vous y trompez pas ; entre la « Loi sur la Sécurité Globale » et le retour des fiches TULARD, la démocrature est bel et bien « En Marche ».

Pour ma part, je pose la question à quelques personnalités en forme de lettre ouverte.

Jean LASSALLE, https://resistons-france.fr/ bien sûr, pour l’aspect politique.

Régis De CASTELNAU, https://www.vududroit.com/ pour l’aspect juridique :

Allons-nous, encore une fois, laisser passer ?

Pour celles et ceux de mes amis qui sont Juifs (je sais, je sais, je prends des risques en le disant mais j’assume. J’ai des amis Juifs.) c’est la préparation de Hanoukka.

Un enfant devant une hanoukkia brillant de tous ses feux à Zot Hanoucca (8e jour). © Domaine Public

Savez-vous ce que représente Hanoukka, « la fête des lumières » ?

Il y a le sens religieux, sur lequel je ne m’étendrai pas, et il y a le sens historique et politique.

C’est une grande victoire militaire des Maccabées, les Juifs de Judée, et le symbole de la résistance spirituelle du peuple Juif à l'assimilation Grecque, en décembre, 164 ans avant Jésus-Christ. Le retour de leur droit à célébrer leur culte à Jérusalem, sur leur terre.

La révolte débute par la mise à mort d’une Mère (Hanna) et de ses sept fils par le roi de Syrie, pour avoir refusé de renier leur foi. C’est le combat d’un petit peuple, face à un empire et même à une civilisation réputée « meilleure ».

Comment ne pas comparer le combat inégal, et pourtant victorieux de ces Juifs de Judée face à la « civilisation » Grecque, avec la « mondialisation » actuelle qui vient mette « en fiche » ceux qui ne sont pas encore dans ses fichiers de clientèle ?

Comment oublier la façon dont les mêmes fiches furent utilisées dans un passé récent, au siècle dernier, pour écarter les officiers catholiques des responsabilités, ou nier même à des généraux dont les faits d’armes le justifiaient, l’accès à la dignité de Maréchal en 1918.

Et non, n’en déplaise à mes amis Juifs, ou aux Francs-Maçons que je connais, je n’irai pas en prime évoquer la mort et la déportation que ces fiches pouvaient si bien faciliter durant la seconde guerre mondiale. Parce que nous le savons tous. Parce que cette mémoire est vive.

Alors je suis surpris que ces décrets aient été rédigés et publiés. Mais vous savez, « …ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît ».

Bises aux dames, salut aux messieurs,

Didier CODANI

A Nice, ce dimanche 6 décembre 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé