D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2022

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Une clef pour un emploi

Le monde du travail est fermé par une porte blindée. Même si vous offrez la clef de cette porte, tout le monde ne la prendra pas. Faites-le quand même. Vous aurez au moins essayé...

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis en vacances, et je vois passer un message d'une amie politique pour aider une jeune qui trime depuis au moins un an en recherche d'emploi.

S'intéresser aux messages sur Linkedin, alors que je suis en vacances, est une forme de folie.

J'en conviens, et je l'assume.

J'ai regardé le CV de la dame, et immédiatement je vois un souci; alors que la dame est souriante avec un beau regard et - surtout - un bon CV de débutante qui veut réussir.

J'ai fait l'erreur de croire que je pourrais peut-être l'aider, et j'ai écrit à la dame, en privé. Erreur que je referai sans doute demain pour un autre ou une autre, car je crois qu'il fallait le faire.

Finalement, en changeant les identités pour que vous ne puissiez pas reconnaître les personnes, je crois que le mieux à faire c'est de vous laisser juger en vous donnant copie de mon courrier à son attention.

Attention, c'est écrit franchement. Dans le monde professionnel vous n'avez pas tous l'habitude. Il se peut que je choque des lectrices de "Madame Figaro" ou des lecteurs de "Jours de France". Je vous prie par avance de m'en excuser.

Souvenir d'intervention après incendie avec les Sapeurs-Pompiers et la Police Nationale © Didier CODANI

Voilà le message:

"Bonjour,

J'ai eu le point de contact par LinkedIn.

Merci d'avoir pensé à mettre votre adresse de messagerie.

Ainsi, je peux vous répondre en privé sans que cela vous désavantage en rien.

Je suis auditeur interne et responsable de projets à Nice (06) dans un Office HLM où nous recrutons des personnes de tous milieux et toutes origines.

J'ai 40 ans de vie professionnelle, dont 38 ans d'encadrement. Quinze ans dans "les cités" ZUS/ZSP/QPV...

Votre profil est intéressant pour nombre d'entreprises, mais vous avez créé toute seule un énorme blocage avec votre photo de profil.

Personne apparemment n'ose vous le dire.

Je vous l'écris.

C'est un peu comme si vous aviez les cheveux en vert fluo, avec un os jaune dans le nez, pour un poste dans une banque en Suisse.

On ne prend même pas le temps de lire votre CV. Il part direct à la poubelle.

Ce message est personnel, de vous à moi.

Il n'est pas là pour vous humilier ou discuter de vos convictions.

Fatima qui m'a fait suivre votre CV est une amie.

Elle l'a fait pour vous aider, et ce n'est évidemment pas le symbole confessionnel qui a pu la déranger.

Ceci dit, vous portez l'abaya sur votre photo.

Ce que des mécréants vont nommer hijab voire niqab (ce qui est faux puisque vous ne couvrez pas votre visage) pour ne pas dire burqa.

En un mot vous portez ouvertement un signe distinctif d'une communauté religieuse.

Toujours en un mot, vous vous privez ainsi immédiatement de toute réponse positive de la part de toute administration et de toute entreprise publique.

Cela fait énormément de monde en France.

Vous pouvez avoir tous les talents de la terre, avec une telle photo, vous êtes instantanément "hors jeu" pour le service public.

Dans le privé vous avez le droit. Mais qui va examiner le cas d'une jeune femme voilée?

Même pour un poste de caissière dans un supermarché, tout chef d'entreprise, tout DRH, qui a une image neutre du personnel dans ses directives va vous refuser.

Ils ne vous diront rien.

Ils ne vous en parleront même pas. En supposant que vous ayez eu la chance d'avoir un entretien en réponse.

Et puis "malheureusement" ils trouveront mieux que vous, même pour un simple stage.

C'est certainement injuste, mais c'est ainsi.

Alors je prends le temps de vous l'écrire tranquillement, de vous à moi, sans aucune condescendance et sans aucun mépris:

- Virez tout de suite cette photo-là.

- Excluez tout signe religieux ou apparemment religieux de votre CV.

Vous multiplierez vos chances d'entretien par deux.

Vous avez le droit de ne pas me croire.

Vous avez le droit de trouver cela profondément injuste.

Vous avez le droit d'en pleurer, de crier... dans votre vie privée vous avez tous ces droits.

Maintenant, vous entrez dans le monde public, le monde du travail.

Le "dress code" ce n'est pas une blague.

Un homme, dans une banque, n'aura jamais un poste de direction en venant travailler avec un T-shirt et des baskets usagées.

Avec un signe si distinctif de religion sur la tête, vous bloquez toutes les administrations, toutes les entreprises publiques, et vous effrayez nombre de DRH des entreprises privées.

S'il vous plait, avec tout le respect qui est dû à vos convictions religieuses, réfléchissez-y objectivement.

Une image neutre.

C'est que qu'il faut au minimum.

Personne ne vous demande d'aller postuler avec une minijupe.

D'ailleurs, je vous le déconseille fortement.

Déjà, sur la photo du CV ça ne se voit pas... Et si vous avez un entretien, ce serait une catastrophe. Jamais de jupe au-dessus du genou.

La candidate intéressante, on ne lui demande pas d'être plus sexy que la moyenne.

On ne lui demande pas non plus d'être moche ou habillée comme un sac-poubelle.

On lui demande un sourire (toujours sourire comme si vous alliez gagner la place, que ce soit pour un stage ou pour un CDI), des vraies compétences, et une tenue adaptée à la clientèle.

Intéressez votre recruteur par votre connaissance du poste que vous aurez étudié au préalable.

Intéressez-le, mais ne le draguez jamais.

Ne cherchez pas à séduire la personne qui vous reçoit en entretien. Il/elle en aurait peur, surtout si vous êtes jolie.

Retirer ce voile de votre tête ne fera pas de vous une prostituée: " Plus de 90 % des femmes pieuses dans le monde musulman ne portent pas d’abaya."

Nous appliquons en France le Code Civil, le Code du Travail, et pas le code d'Hammourabi.

Vous avez un beau sourire, vous avez un bon profil, un CV jeune qui est plein d'avenir.

"La meilleure façon de prédire l'avenir, c'est de le créer" disait Peter DRUCKER.

Réfléchissez.

Faites votre choix sans penser au regard de votre famille ou de vos amis en premier.

Vos amis ne paieront pas votre salaire, et votre famille sera fière de vous si vous obtenez votre stage, votre emploi.

Pour une photo sans voile, votre père et votre mère, s'ils vous aiment (et ils devraient) ne vous renieront pas.

Vos amis non plus (si ce sont de vrais amis) ne vous renieront pas.

S'ils le font, n'ayez pas de regrets; ce n'étaient pas de vrais amis. Vous en trouverez d'autres.

D'autres amis, car votre père et votre mère ne peuvent se renier, ils sont là pour toute votre vie.

Changez votre photo, et avec votre nouveau CV allez frapper à cette porte:

https://www.

Qui sait?

Ce sera peut-être une bonne porte pour vous?

Bravo pour votre démarche.

Merci pour avoir pris le temps de me lire.

Que Dieu vous garde et vous éclaire.

Cordialement,

--

Didier CODANI"

Voilà le message. J'ai changé les noms et rogné les adresses.

Je n'en donne pas copie pour celles et ceux qui ne cherchent qu'à ergoter sans rien apporter de positif. J'en donne copie en "anonymisant" pour celles et ceux qui ont 20 ans et qui cherchent du travail sérieusement.

L'accès au travail en France, en 2022, est fermé par une porte blindée.

Vous frappez à cette porte. Vous frappez le plus fort que vous le pouvez, en espérant que quelqu'un va venir ouvrir au moins l’entrebâilleur (social).

Moi, ici, à 60 ans, je vous donne une clef. Au siècle dernier on disait "merci" et on prenait la clef. A 20 ans en 2022, on peut dire merci en réponse et ne pas prendre la clef. "On" continue à taper sur la porte, à coups de poing voire à coups de pied. Ce faisant on adopte parfois sans le savoir une rigidité mentale inacceptable pour un employeur.

La "génération X" voudrait que l'entreprise, l'administration, s'adapte à elle, et elle, elle veut y entrer avec ses habitudes et ses convictions. Cela, hélas, ne marche pas; ou très mal.

Il y a des entreprises qui vont faire semblant, et qui vont littéralement "exploiter" ces "juniors" qui se retrouveront dehors avec pour seul "bénéfice" une ligne de plus sur leur CV. Multiplier ce genre de lignes n'est pas bon pour leur CV; mais ils ne savent pas qu'ils se désignent comme "instables" pour des postes de responsabilité. Ils croient au contraire que cela valorise leur "expérience".

Moralité: Il n'y a pas de moralité. J'ai peut-être perdu mon temps pour une personne qui est persuadée, à 20 ans, d'en savoir plus qu'à 60 ans avec 38 ans d'expérience de cadre.

J'ai peut-être aussi, éventuellement, aidé une personne qui ne voyait pas cet aspect vestimentaire comme important dans son CV.

Il y aura aussi, évidemment, une foule de "négriers" pour lui dire que bien sûr, même repeinte en bleu avec un bonnet blanc sur la tête il y aura une place de Schtroumpf disponible chez eux.

Vous je ne sais pas, mais moi j'en doute. Alors dans le doute, j'ai préféré écrire pour essayer d'aider.

Et j'ai fais exprès de terminer par: "Que Dieu vous garde et vous éclaire."

Affaire à suivre... mais après mes vacances; vu que des cas comme celui-là il y en a des tonnes sur tous les réseaux sociaux.

Bises aux dames, salut aux messieurs.

En particulier celle et ceux qui ont compris que mettre de l'eau dans son vin permet, parfois, de voir s'ouvrir la porte blindée le temps d'un entretien, ou plus en cas de succès...

Didier CODANI

A Nice, ce vendredi 12 août 2022

Message original paru ce 12 août 2022 sur LinkedIn à cette adresse:

https://www.linkedin.com/pulse/une-clef-pour-un-emploi-d-codani/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Gérald Darmanin fanfaronne mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod