D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2019

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Les migrants et ceux qui en vivent

Un message posté il y a une année, que Facebook me remet en mémoire. Une dénonciation de ce gigantesque trafic d'être humains dans la misère. Je ne change pas une ligne, j'en ajoute juste quelques-unes de plus.

D. CODANI
Auditeur interne et contrôle de gestion HLM. Responsable de projets.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Coke sans stock © X

#Aquarius
Pour une fois je vais utiliser la "remise en mémoire" de Facebook pour une publication d'il y a exactement un an.
Parce que les choses n'ont pas changé.
Parce que l'on ment au grand public avec autant d'application un an après.

Parce que le rhume des foins me fait plus pleurer que la perte de bénéfices des groupes criminels organisés qui exploitent à mort la misère de ces pauvres migrants (l'essentiel ne sont pas des terroristes dormants, mais juste des miséreux qui crèvent de faim dans des pays encore bien plus corrompus que les nôtres).

Pareil pour ces associations faussement humanitaires et si bien politisées qui crient "no borders" en empochant le maximum de subventions pour faire en réalité un approvisionnement hôtelier à bon marché en locataires peu exigeants, sans souci des conséquences.

Ce que j'écrivais il y a un an était vérifiable et n'a jamais été démenti.
Quant au droit maritime si spécieusement invoqué par les trafiquants de cette nouvelle "Coke en Stock" il n'a pas changé, et les "humanitaires" que l'Italie bloque... ont toujours autant de mal à justifier leur façon de l'interpréter.

C'est l'état de notre relation Nord Sud que ce flux migratoire continu interpelle.
C'est notre façon de concevoir l'aide aux pays en voie de développement.
Arrêtons de fustiger notre absence de charité Chrétienne.
Elle est où la Zakat de l'Islam?
C'est quoi cette interprétation des cinq piliers de l'Islam où l'on occulte systématiquement l'un des plus importants en pratique?

Pourquoi est-ce en Europe que se précipitent ces malheureux? Pourquoi ne vont-ils pas - pour ceux d'entre eux qui sont de bons Musulmans - en profiter pour faire le Hajj en Arabie Saoudite ou dans les pays plus proches qui auraient les moyens de les recevoir? le Qatar, les Émirats arabes Unis...???

Je ne pousserai pas jusqu'à la Turquie. Des gens qui ne savent pas chanter la Marseillaise et qui se contentent de la siffler ne méritent pas tant de considération.

Bonne journée, bon dimanche de "fête des pères", bonne réflexion.

Didier CODANI

Une chance pour la France...

Facebook, 16 juin 2018

J'ai reçu quelques (le terme est faible) messages me demandant d'être un peu plus précis après l'affaire #Aquarius qui montre bien comment fonctionne ce "système naval".
En fait, rien n'est caché, et nous sommes réellement pris pour des imbéciles.

Je vous joins deux cartes qui prouvent que tout simplement le droit du sauvetage maritime est détourné pour en faire une sorte de compagnie de "ferry" entre les trafiquants Libyens et les associations dites humanitaires Européennes.

Détournement du droit maritime © D. CODANI

Un bateau-pirate part d'un petit port de Libye avec des migrants et des canots de sauvetage. Il parcourt 8 miles nautiques en moyenne, en direction d'un point de rendez-vous dans les eaux territoriales Libyennes (ce qui est illégal, mais mal surveillé) et il met à l'eau les canots remplis de migrants.
A 10-12 miles de la côte libyenne (donc à 4 miles maximum des canots mis à la mer) se trouvent les bateaux des "sauveteurs".
Il suffit dans ces canots surchargés d'arriver à faire 2 à 4 miles, et les migrants sont "sauvés" par des associations Européennes.

Afrique Italie en capture d'écran © D. CODANI

Normalement, les "sauveteurs" devraient les déposer au port le plus proche, et il y en a un en Tunisie à 60 miles environ.
En réalité, ils les transportaient soit à Malte, soit en Italie à 275 miles plus au Nord, afin de les débarquer en Europe.

A cette cadence, on peut pratiquement parler de "ferry" mais avec tous les dangers d'un transbordement en mer, de jour et surtout de nuit et le risque de "louper" le point de "rendez-vous" avec nos gentils "humanitaires" qui les attendent.

C'est de cette organisation criminelle quasi-industrielle que les Italiens ont assez, et franchement on peut les comprendre.

Je vous joins deux cartes explicatives.
Vous avez le droit de ne pas me croire et vous pouvez vérifier en direct, par exemple là: https://www.marinetraffic.com/…/centerx…/centery:33.3/zoom:8

Didier CODANI

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy