Anticléricalisme violent et Assomption

Tout part le plus simplement du monde d'un billet, et même moins, d'un tweet de Stéphanie GASIGLIA. Stéphanie GASIGLIA est journaliste. Presse écrite régionale. Nice-Matin. Et elle rédige sur Twitter un petit mot sur l'Assomption à Nice, au port de Nice pour être précis.

Tout part le plus simplement du monde d'un billet, et même moins, d'un tweet de Stéphanie GASIGLIA.

Stéphanie GASIGLIA est journaliste.

Presse écrite régionale. Nice-Matin.

Et elle rédige sur Twitter un petit mot sur l'Assomption à Nice, au port de Nice pour être précis.

Un billet gentil, avec la petite pointe d'ironie ("Certains ont même vu la vierge #Marie #apparition ").

Un peu d'ironie, car il y a en photo (non reconnaissable, sauf pour ceux qui la connaissent) une élue de Nice à genoux.

Assomption au port de Nice © Stéphanie GASIGLIA Assomption au port de Nice © Stéphanie GASIGLIA

Jusque là, tout va bien.

Malheureusement, cette jeune femme (eh oui, elle n'a pas encore 50 ans...!) est connue, suivie, engagée dans la défense de son métier, et donc entre ceux qui vont la critiquer pour son métier, pour ses engagements, et pour tacler le Maire de Nice, elle provoque des réactions.

Je ne discuterai pas de la défense de son métier. Il est bien connu que pire qu'une journaliste c'est deux journalistes... Et heureusement qu'elle n'est ni Corse ni Libanaise...

J'entends d'ici ceux qui diront: "Pourquoi les Libanais?"; et ceux qui demanderont: "Pourquoi les Corses?" C'est juste parce que j'ai des ami(e)s dans les deux camps. Voilà, vous savez tout. J'ai des ami(e)s journalistes, et même des Corses, et même des Libanais. Je suis donc suspect. Du coup, je ne parle pas des journalistes, pour ne vexer personne.

Cela tombe bien, car mon billet de blog ne vise pas à tuer le messager, mais à parler du message.

Traversée du port par la statue de la Sainte Vierge le 15 août à Nice © Collectif Citoyen 06 Traversée du port par la statue de la Sainte Vierge le 15 août à Nice © Collectif Citoyen 06

Le message au fond, c'est juste une petite pique sur la mise en scène de certaines cérémonies, non par les autorités religieuses, mais par les personnalités politiques qui y assistent.

C'est un peu dommage car la personne à genoux, je la connais en vrai, "ITRL", c'est même la douzième adjointe au Maire de Nice.

Dommage pour l'image que l'on essaie de donner d'elle, car pour ce que j'en sais la concernant, cette Foi, sa Foi, n'est pas feinte.

Ce n'est pas un artifice de communicant. Elle habite à deux pas de chez moi, dans la même paroisse. Parfois (car je suis un très mauvais paroissien, mon curé vous le dira...) quand on se trouve à la Messe, ce n'est pas au premier rang qu'elle se place. Elle ne vient pas là pour cela. Elle sait quand on est debout, assis, et quand il convient de se mettre à genoux.

Si elle le fait, ce n'est pas pour se donner en spectacle. C'est sa conviction religieuse. C'est son droit. Même dans une République de jours en jours bien plus sectaire que laïque.

Peut-être a-t-elle vu la Vierge, peut-être pas. Pour moi, cette expression c'est - à la limite - de l'humour. C'est aussi beaucoup de respect pour une élue qui a le courage de ses convictions, dans un monde sans Foi ni Loi où - bien sûr - quand il s’agit de taper sur les Catholiques personne n'est en retard.

Je ne la félicite pas, car dans la Bible même Saint Matthieu rapportait déjà (Mathieu 6:5) que ce n'est pas la bonne attitude; mais je le vois comme marque de dévotion vraie bien plus que comme une ostentation. Parce que je l'ai vue ailleurs, maintes fois, et que je la sais sincère.

Tu étais trop en vue Catherine. Rien de plus, et surtout, rien de mal.

 

Après il y a tous ces magnifiques élus qui font le spectacle, et qui s'affichent là comme ils vont s'afficher demain, l'un pour la Sainte Marie, l'autre pour la Saint Roch.

Sans oublier les cas où c'est un sincère respect des traditions. Cela existe, aussi. C'est souvent le cas dans l'arrière-pays niçois.

Saint Roch à Utelle © Eric CIOTTI Saint Roch à Utelle © Eric CIOTTI

Ne vous inquiétez pas, ils seront là aussi pour l'Aïd, et pour Hanoukka, et même pour la Pâque Orthodoxe s'ils ont 5 minutes dans l'agenda...

Est-ce que c'est mieux?

Qu'est-ce qui est mieux? L'hypocrisie républicaine, ou la Foi sincère?

Je préfère la vraie Foi à une apostasie médiatisée.

C'est mon opinion, et elle n'engage que moi.

 

Ce sont surtout les réactions à ce tweet qui m'ont poussé à ressortir le clavier en ce dimanche de mi-août. Car il y en a de scandaleuses.

Je passe sur ceux qui critiquent habituellement les journalistes en général et Stéphanie GASIGLIA en particulier. Ceux-là on ne peut rien pour eux. Sauf Sainte Marie. Mais Sainte Marie, comme hôpital psychiatrique de Nice, pas comme fête religieuse à Nice.

 

Le problème c'est ceux qui écrivent "on en finit quand avec ces sectes ?" ou "Si Dieu existait il faudrait s'en débarrasser".

Je pousse même le raisonnement plus loin, car je respecte la liberté d'expression sans pour autant accepter l'outrage et la menace.

"On en finit quand" c'est une menace très claire. La "solution finale" ce n'est pas une vue de l'esprit.

Commentaire explicite... © X Commentaire explicite... © X

Que dirait-on, si en réponse j'écrivais: "on en finit quand avec ces mécréants?"

L’État Islamique, AL QUAEDA, entre autres, ont déjà donné des éléments de réponse à cette question.

A Nice même, un 14 juillet, nous avons appris ce qu'ils pensaient des "mécréants". Si vous doutez de ce que recouvre "on en finit quand" voilà une date sur laquelle méditer.

Nuit du 14 juillet 2016 sur la Promenade après l'attentat © MAXPPP Nuit du 14 juillet 2016 sur la Promenade après l'attentat © MAXPPP

Mais dans le cas présent, il n'est question que des Catholiques, alors... si on ne peut plus rigoler...

 

Voilà comment en réalité on fait naître la colère.

Voilà comment, en réalité, on entretient l'extrémisme.

Pas celui des 80 dernières années. Celui des 2020 dernières années.

Ce "on en finit quand" que personne ne sanctionnera, car "c'est de l'humour", je vous le montre du doigt.

C'est ce même "humour" sans doute qui permettra la libération de Barabbas par Ponce-Pilate à Jérusalem.

Barabbas remis en liberté et Jésus condamné par la foule © Patrick BERLIER Barabbas remis en liberté et Jésus condamné par la foule © Patrick BERLIER

Prenons bien conscience que la liberté de conscience, la liberté de religion, la liberté d'opinion, cela n'existe que dans le respect des autres. Respect des autres consciences, des autres opinions, des autres religions.

A l'instant où l'on s'en sert pour menacer de mort, c'est d'Antoine de Saint-Just (1767-1794) dont il faut se souvenir:

"Pas de liberté pour les ennemis de la liberté".

 

Ce n'est que le commentaire d'un mot d'une vraie journaliste de la Presse Quotidienne Régionale. Le commentaire du commentaire. La prise de conscience d'un commentaire.

Quelque part, c'est peut-être là le fond du métier de journaliste:

Exprimer, et faire exprimer, les opinions.

C'est ici simplement mon opinion, elle supporte la contradiction.

Faites-vous la vôtre, sans oublier le respect des autres.

 

Bises aux dames, salut aux messieurs,

Didier CODANI

 

P.S.: Ce soir, 19h00 concert des Nations Unies pour Beyrouth avec Tania KASSIS.

Ne négligez pas. Le Liban, c'est peut-être la France dans une génération.

Celle de vos enfants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.