APL et HLM Parlons-en en vrai

Je soutiens, à titre personnel et sans aucune pression hiérarchique (surtout un dimanche) cette campagne POUR les plus défavorisés de nos compatriotes. Cette frappe sur les APL c'est un coup d'arrêt sur l'entretien des logement sociaux, c'est l'arrêt des achats de terrains, l'arrêt de la construction des logements sociaux. C'est ensuite des plans sociaux...

Je soutiens, à titre personnel et sans aucune pression hiérarchique (surtout un dimanche) cette campagne POUR les plus défavorisés de nos compatriotes.
Cette frappe sur les APL c'est un coup d'arrêt sur l'entretien des logement sociaux, c'est l'arrêt des achats de terrains, l'arrêt de la construction des logements sociaux.
C'est ensuite des plans sociaux dans toutes les entreprises qui travaillent avec les HLM pour maintenir ou améliorer le cadre de vie des locataires.
Ce seront enfin des pans entiers des offices HLM qui seront détruits par la "réduction de la masse salariale" nom poli du licenciement économique.
Immeubles mal entretenus ou pas entretenus, surpeuplés, squattés, avec de moins en moins d'agents sur le terrain ce sera enfin notre sécurité intérieure qui sera mise en cause.

Campagne nationale pour les APL © Union Sociale pour l'Habitat Campagne nationale pour les APL © Union Sociale pour l'Habitat

Il ne s’agit pas de "distribuer de l'argent" ou "acheter la paix sociale".
Ce qui est envisagé c'est de priver les Offices de leurs ressources de façon démagogique.
Là où je travaille, une "simple" baisse de 5 Euros sur 20000 logements c'est 100000 Euros en moins par mois. 1,2 million d'Euros par an.
Ce qui est envisagé c'est 50 Euros de moins par mois. Dix fois plus.
Quelle entreprise peut tenir si du jour au lendemain on la prive de 12 millions d'euros par an?
Aucune.

Le logement social c'est ma vie, et celle de la quarantaine d'encadrants et agents sous mes ordres, au service des locataires.
Des agents qui ne seront plus remplacés en partant à la retraite, jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus.
Des services de terrain, ceux qui sont les plus visibles pour les gens, qui vont devenir de moins en moins présents au cœur des cités.
Jusqu'à devoir tout déléguer à des entreprises qui - elles-mêmes - auront de moins en moins de missions payées, faute d'argent.
C'est une vraie ruine que l'on organise autour de nos grandes villes et dans nos campagnes avec l'illusion de faire gagner 50 Euros par mois.

Nous sommes déjà peu - voire mal - payés.
Notre environnement de travail est peu attractif, voire hostile.
Qui "tiendra" demain ce terrain s'il n'y a plus les réparations indispensables?
Qui empêchera les dérives quand le cadre de vie sera détruit?

En 12 ans dans les cités j'ai vu une fois un magistrat y venir pour autre chose qu'une "visite organisée".
Une fois sans aucun préavis, le 13 novembre 2016 à midi pour être précis, j'ai vu un Sous-Préfet tout seul, un vrai, à qui j'ai fait visiter une cité et une "salle de prière".
Sur l'ensemble des élus du département concernés (tous sont concernés) je peux compter sur mes doigts ceux qui viennent sans "escorte" et sans "préparation de visite".
Jamais je n'ai vu de Ministre visiter un quartier sans que tout ait été récuré au préalable un ou deux jours avant.

Nous qui arpentons tous les jours les allées, les cours, les caves, les couloirs des HLM nous savons que l'entretien, la réparation, la construction, sont des actes essentiels.
Quand nous ne serons plus là, faute de moyens, qui nous remplacera?
Ceux qui auront voté cette baisse drastique des APL?
NON. Eux ils seront à Paris, et au centre-ville encore...

Alors le minimum c'est de signer la pétition et de partager ce message.
Que chacun soit bien conscient que cette branche que l'on scie va poser problème.
Pour ceux qui sont assis dessus, et pour ceux qui en-dessous vont la recevoir sur la tête quand elle tombera.
Et ça va faire mal.

Didier CODANI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.