Veille de "Black Friday"

Mais pourquoi avons-nous des "gilets jaunes" qui sont apparus? Peut-être parce que la France est en train de prendre la pente qui conduit à devenir à terme un pays de plus en plus proche du tiers monde. Déjà, moins puissant mondialement que l'Inde. Par exemple.

Mais pourquoi avons-nous des "gilets jaunes" qui sont apparus?

Peut-être parce que la France est en train de prendre la pente qui conduit à devenir à terme un pays de plus en plus proche du tiers monde.
Déjà, moins puissant mondialement que l'Inde. Par exemple.

Vendeur à la sauvette sur un quai de tramway à Pont Michel © Didier CODANI Vendeur à la sauvette sur un quai de tramway à Pont Michel © Didier CODANI

La preuve par l'image.
« Pont-Michel » cet après-midi. Assis au bord du quai du tramway.
 A vendre... n'importe quoi trouvé dans les poubelles et lavé dans l'eau du Paillon, le fleuve voisin.
Pour un Euro, tout se négocie.

Pont Michel à Nice (06300) Le vendeur sur le quai du tramway © Didier CODANI Pont Michel à Nice (06300) Le vendeur sur le quai du tramway © Didier CODANI

L'agrandissement montre les objets proposés.
C'est vraiment la misère, noire.

C’est un cas isolé? Une exception?
C'est sans doute ce que l'on dira à la presse.

En vérité c'est pratiquement tous les jours, et en particulier le mercredi et le samedi matin.
En même temps que les "vrais" marchés.

Un combat sans relâche pour faire respecter notre espace public face à des hommes et des femmes qui se l’approprient, pour améliorer la simple survie que leur offre notre système social.

C'est  un symptôme de ce que devient notre société française depuis deux ans.
Les très riches ça va très bien ; les riches ça passe encore ; les cadres moyens commencent à réduire leurs dépenses… La "classe moyenne inférieure" se fournit chez LIDL pour arriver à survivre.
En dessous, dans les "classes populaires", on fait feu de tout bois.

C'est la misère. La vraie. Elle arrive, elle est là.


Ce sont eux les plus nombreux.
Simples travailleurs, souvent pauvres. Sans oublier les chômeurs. Notre peuple de France.

C'est eux le cœur des "gilets jaunes". Ceux qui n’ont presque plus rien, ou si peu, à perdre.

Alors, on peut toujours plastronner sur tous les médias pour le "Black Friday".
Concept inventé par les américains des années cinquante au lendemain du thanksgiving.

« Vendredi noir »… Le jour où leurs comptes quittent le rouge pour devenir « en noir » créditeurs.


Chez nous en 2018 c'est juste la misère qui est noire... Et pas besoin d'attendre le vendredi.

Didier CODANI

22 novembre 2018

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.