Du sang, de la sueur, et des larmes

Nice vit cette fin de semaine au son du glas. Sous le soleil brûlant de juillet, ce sont les obsèques qui se succèdent. "Du sang, de la sueur et des larmes" Dans ma bibliothèque, l'image m'a frappé. J'ai ouvert ce petit livre; il y a plus de soixante-dix ans c'était déjà ça.

Du sang, de la sueur et des larmes. Discours de Winston CHURCHILL en mai et juin 1940 © Winston CHURCHILL, Premier Ministre de Grande Bretagne, en 1940 Du sang, de la sueur et des larmes. Discours de Winston CHURCHILL en mai et juin 1940 © Winston CHURCHILL, Premier Ministre de Grande Bretagne, en 1940

Nice vit cette fin de semaine au son du glas.
Sous le soleil brûlant de juillet, ce sont les obsèques qui se succèdent.
"Du sang, de la sueur et des larmes"
Dans ma bibliothèque, l'image m'a frappé.
J'ai ouvert ce petit livre; il y a plus de soixante-dix ans c'était déjà ça.

J'ai cherché - en vain - le passage où ce Premier Ministre (d'un pays ami), dit à son peuple qui est en guerre, que les banques n'y perdront pas un centime, et que la guerre c'est juste l'affaire des militaires.
Je ne l'ai jamais trouvé ce passage, ni en Français, ni en Anglais.

En revanche, mon livre d'histoire m'a appris que cet homme était assis à une table, du côté de Yalta pour partager le monde à la fin de la guerre quelque années et 61 millions de morts plus tard.

Alors, dans ce deuil terrible de près de 90 morts qui nous frappe une fois de plus, prenons conscience qu'il serait temps de s'y mettre.
Cela va coûter cher.
Nous allons tous y perdre de l'argent, des parents, des amis.
Mais c'est le prix à payer. Comme dans toutes les guerres.

Condoléances pour les défunts et leurs familles.
Courage et force pour les blessés et leurs proches.

Didier CODANI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.