Pour le Pape François

Un instant entre le travail du jour qui s'éloigne à l'approche de la nuit et le repos qui suivra le diner. Le moment de lire un peu les infos de la journée. Dans ces infos il y a un scoop: globalement, l’Église catholique n'est pas vraiment pour l'homosexualité.

Un instant entre le travail du jour qui s'éloigne à l'approche de la nuit et le repos qui suivra le diner. Le moment de lire un peu les infos de la journée. Dans ces infos il y a un scoop: Globalement, l’Église catholique n'est pas vraiment pour l'homosexualité.

Bon, pour ceux qui ont lu un jour la Bible, sans parler de ceux qui vont à la Messe, ça faisait un peu 2000 ans qu'on était au courant. Si en plus on ajoute les abonnés à l'Observatore Romano, on savait même que ça avait évolué en dépit de fortes réticences dogmatiques, en faveur notamment des homosexuels et des divorcés. Pour ceux qui aiment critiquer sans savoir il y a un article du 31 juillet 2013 (5 ans déjà) sur le sujet. Je crois qu’il est toujours en ligne sur le site de ce journal du Vatican.

Mais voilà, le Pape vient d'évoquer la question des "tendances homosexuelles" : "Quand cela se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire, par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C'est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans".

En fait de psychiatrie, c'est de psychologie qu'il est question, mais immédiatement tout le lobby homosexuel pousse la totalité de la grande presse à prendre position contre le Pape. Pas le temps d'attendre que l'avion entre l'Irlande et l'Italie ait atterri qu'on a déjà les premiers indignés. Ils resteront indignés sans doute même après avoir eu confirmation que c'est bien de psychologie et pas de psychiatrie qu'il est question. Grand bien leur fasse...

Sa Sainteté le Pape François, auteur de paroles Chrétiennes très Catholiques... © X Sa Sainteté le Pape François, auteur de paroles Chrétiennes très Catholiques... © X

Ce que je vois, très simplement c'est que le Pape ne doit rien aux lobbies. C'est que l’Église reste pour l'essentiel fidèle à ses fondamentaux concernant l'homosexualité, mais avec des nuances importantes concernant les personnes.

La première était de considérer les homosexuels de tous sexes non pas comme des pestiférés mais comme "des créatures de Dieu" au même titre que tout être humain. En les regardant avec la bienveillance de sa doctrine et non avec l'intransigeance que certains médias affabulent. C'est là qu'effectivement je renverrai 5 ans en arrière pour comprendre et faire comprendre qu'il y a débat dans l’Église à ce sujet, mais débat sérieux, pas débat télévisé avec présentateur au milieu, sondages avant, sondage après, et choix du vainqueur par la grande Presse.

Il n'y a nul vainqueur possible dans ce débat, il n'y a aucune "avancée" il n'y a pas de "libéralisme" ou de "progressisme" qui tienne. Depuis deux millénaires l’Église a connu des crises plus graves que la tempête orchestrée pour meubler la pauvreté de l'actualité estivale de 2018, hors canicule.

En vérité il y a une vraie question, complexe, sensible, qui est la place des homosexuels dans la plus grande communauté humaine du monde civilisé. Cette place existe, ces hommes, ces femmes, sont reconnus et il est maintenant clair que l’Église catholique ne reviendra pas sur ce point.  Ils et elles ne sont plus niés, ils existent à égalité avec les autres croyants même si ce n'est pas dans la ligne des textes ecclésiastiques. Même si c’est dans le pêché. Après tout, nous sommes tous pêcheurs, et pas qu’à la ligne.

Est-ce un bien ou un mal? Dans les croyants il y a une très forte opposition à ces "avancées" que ce soit pour les homosexuels ou pour les divorcés remariés. Ceci concerne un volume d'hommes et de femmes bien supérieur à la petite minorité (les homosexuels sont une petite minorité, c'est un fait) qui est l'objet du débat.

A titre personnel, je connais des homosexuels insupportables, et d'autres avec lesquels c'est un vrai plaisir que de déjeuner, de discuter, de dialoguer. J'en connais dans ma vie privée et dans ma vie professionnelle. J'ai vite compris que les insupportables (j'ai les noms) n'étaient guère plus insupportables que les hétérosexuels du même acabit. En clair, ce n'est pas leur homosexualité qui les rend insupportables, c'est leur mauvais caractère.

Pareil pour celles et ceux qui sont sympathiques. Rien à voir avec leur sexualité. On peut avoir pour amie ou pour collègue de travail une homosexuelle avec qui on va très bien s'entendre. Ce n'est pas une maladie contagieuse.

Il en est qui sont insupportables parce qu'ils n'assument pas leur homosexualité, c'est vrai; mais je ne crois pas que ce soit la majorité ou que cela doive entacher le regard que l'on porte sur les autres, les sympathiques qui ont simplement une sexualité différente de la nôtre. Celle de la grande majorité du monde. Elles et eux aussi j'ai les noms. Car les plus sympathiques sont celles et ceux qui s'assument.

Au fond, le plus pénible (discussion de la semaine dernière avec une collègue lesbienne) c'est quand eux/elles ont affaire à des gens "officiellement" contre toute homophobie… et qu'ils ou elles constatent que ces gens en réalité les mettent à l'écart alors que leurs compétences justifieraient une promotion ou une récompense.

Ces gens-là, ces faux dévots de l'ouverture multiculturelle, ne sont pas des Catholiques. Ils ne prétendent d'ailleurs pas au titre. Et ils ne se privent pas, en ce moment même pour dénigrer le Saint Père et toute la Chrétienté. N’en doutez pas.

Qu'ont-ils fait pour faire avancer le statut des homosexuels dans nos sociétés ces « progressistes » de papier? Ils ont juste mis un masque. Celui du « gay friendly » politiquement correct.

Le Pape François n'a pas mis de masque. Il a dit ce qu'il pensait. Au risque de choquer, de déplaire.

L’Église dont il est le Vicaire sur cette terre reste fidèle à sa tradition elle n'évolue que dans le temps de la Foi et pas dans celui des spots publicitaires.

Les homosexuels, pas uniquement les vedettes qui se sont proclamé(e)s leurs représentants, ont tout à gagner de cette évolution en profondeur des fidèles. Bien plus que par les schismes que notre société de l'immédiat, du flash et du scoop, voudrait provoquer.

Pardon d'avoir été long, et en plus je n'ai nulle certitude de détenir la vérité en la matière.

Ce que je sais, c'est que j'embrasse des femmes homosexuelles, je serre la main d'hommes homosexuels, dans ma vie privée comme dans ma vie professionnelle en les considérant pour ce qu'ils et elles sont moralement et pas sexuellement.

Si ce sont des crapules ils et elles n'ont rien à attendre de moi. Dans le cas contraire, si leurs intentions sont bonnes, ce sont des frères, des sœurs, des créatures de Dieu comme vous et moi, et je les aiderai autant que tout autre.

Ce n'est que mon point de vue. Vous avez le droit d'en avoir un autre.

Maintenant je vous en prie, fichez la paix à Sa Sainteté le Pape François. Il a un assez dur métier sans qu'on lui en rajoute.

Didier CODANI

27 août 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.