L'Ariane: quartier prioritaire et pharmacien extra-ordinaire

L'Ariane à Nice. Le quartier le plus au Nord-Est, le plus excentré, quartier prioritaire de la politique de la ville, zone de sécurité prioritaire, zone urbaine sensible. Tant de noms, tant de sigles, tant de problèmes d'insécurité supposés. - Tu vas où ce soir ? - A l'inauguration de la Pharmacie de l'Ariane. - A la tombée de la nuit???!!!"

Où s'arrête la "promo" et où commence l'information ?

J'aurai du poser la question à Hélène avant de commencer à écrire. Pour une fois que je connais des journalistes qui connaissent le quartier... mais pas le temps.

J'ai promis de rendre compte ce soir même d'une des invitations les plus curieuses, et pourtant des plus délicieuses, à laquelle j'ai répondu.

Idée étrange que d'aller un jeudi soir à l'inauguration d'une pharmacie déjà existante depuis des années.

D'autant plus étrange que c'est en soirée et que le quartier est réputé périlleux.

L'Ariane, à Nice, c'est ce coin de terre ancien où l'on a décidé, à la fin du siècle dernier, de faire pousser une ville nouvelle, un quartier neuf de la cinquième ville de France. Un de ces quartiers dont la réputation va progressivement se dégrader jusqu'à en faire aux dires de certains la "pire" des Zones Urbaines Sensibles des Alpes Maritimes.

Un quartier paradoxal, car comme me l'a dit en diverses occasions un officier de police féminin avec qui j'ai eu le plaisir d'y oeuvrer: "C'est sans doute un endroit complexe à apprécier, mais c'est aussi un de ces endroits où l'on a plaisir à travailler". Commentaire étonnant de la part d'une capitaine de Police, qui voit une âme, là où d'autres ne voient qu'une cité, des murs de béton, et divers trafics.

C'est dans ce quartier que ce soir j'ai été invité, par des gens que j'ai côtoyé là depuis plus de dix ans. Depuis le principal intéressé, jusqu'à d'autres invités qui m'ont recontacté pour s'assurer que oui, bien sûr, "je serai là, tu seras là?".

Je vais borner tout de suite mon propos pour ne pas donner un caractère publicitaire à mon propos, et faire rire un peu les lecteurs du quartier.

Je vais refuser de vous donner le nom du propriétaire, juste son prénom, Erwan. Et puis je ne vais pas vous donner plus de précision sur cette pharmacie qu'en la nommant "Pharmacie de l'Ariane". Certes c'est son nom, mais comme il y a plusieurs pharmacies à l'Ariane, nous allons faire semblant de croire que vous aurez du mal à la retrouver.

Pharmacie de l'Ariane © Didier CODANI Pharmacie de l'Ariane © Didier CODANI

En réalité, tout le quartier connait Erwan et sa pharmacie. Oui, effectivement, il a des concurrents. Mais aucun dans le domaine où il exerce son génie en sus de ses qualités professionnelles, le design et l'événementiel.

Car dans ce décor très ordinaire d'un quartier périphérique d'une grande ville, nous sommes devant un pharmacien et une pharmacie qui sont véritablement extra-ordinaires.

Erwan est un pharmacien, avec les mêmes compétences et diplômes que ses confrères, mais avec cette originalité qui le distingue, et qui le pousse à traduire son sens esthétique dans le style architectural de l'officine qu'il dirige.

Pharmacie, oui, et pharmacie ultra-moderne. Sécurisée, automatisée avec ce qui se fait de plus moderne afin de satisfaire le client le plus exigeant en préparation magistrale comme en para-pharmacie.

Robot de récupération des médicaments en enceinte sécurisée © Didier CODANI Robot de récupération des médicaments en enceinte sécurisée © Didier CODANI

Erwan aurait pu - ou aurait du même - comme 99,99% de ses confrères, s'arrêter là.

Tous ses confrères sont d'ailleurs bien loin d'avoir un système aussi sécurisé, rapide et précis pour accéder aux médicaments de leur stock. C'est que nous sommes - ne l'oublions pas - dans un quartier réputé "difficile" où il est donc important de délivrer vite et bien le bon médicament à la bonne personne, en limitant aussi au maximum le risque de "braquage" par un stockage hors d'accès du public.

Mais franchement, cette vue de l'intérieur de la machinerie avec son absence totale de fantaisie et sa rigueur géométrique... c'est d'une tristesse absolue.

Alors, et c'est là une des facettes du génie d'Erwan, il a fait appel à un architecte pour repenser tout l'intérieur de son établissement avec un look unique, une allure "industrielle" mais chic. Et là encore, là où la plupart des établissements se contentent d'un habillage minimal pour les yeux de la clientèle, lui voudra que ce design aille jusque dans l'arrière boutique. Là où travaille l'équipe qui l'entoure dans cette pharmacie.

C'est ce travail de relooking enfin terminé, que ce soir il voulait célébrer.

Il n'y a pas eu de "flyers" ou d'affiches pour cette soirée. Le bouche à oreille, le "téléphone arabe", cela a suffit. Une méthode que les vieux Arianencs, les habitants les plus anciens du quartier, affectionnent autant que les derniers arrivants. Et à l'Ariane, il arrive du monde tous les jours. C'est un quartier vivant, en mouvement, c'est l'une de ses caractéristiques.

Tous ensemble, autour de la table du labo © Didier CODANI Tous ensemble, autour de la table du labo © Didier CODANI

C'est aussi un pari que cette inauguration si occidentale, entre deux lieux de prière et une population si largement diversifiée. On pourrait croire le pari fou, mais il n'en est rien, car cette population si variée dans ses origines et ses croyances, le pharmacien la connait, la soigne et place à sa portée des produits d'une qualité souvent supérieure à celle du centre-ville. Plus d'ailleurs que le médicament, c'est le conseil qui fait le pharmacien, et c'est là encore ce qui va permettre un "retour" inattendu pour cette réception.

Autour de la table, avec celles qui ont fait le menu © Didier CODANI Autour de la table, avec celles qui ont fait le menu © Didier CODANI

Si tous les classiques d'un événementiel réussi sont réunis avec un champagne de la meilleure qualité et des spécialités fines du Sud-Ouest de la France, ce sont ses clients qui ont "fait maison" une grande partie des plats servis. Nous sommes loin, avec la "pastilla" par exemple, des petits fours qui rythment les réceptions officielles. Et ce soir les clients sont dans l'arrière-boutique. C'est facile, puisque tout ce qui est "sensible" est à l'abri hors de portée. Cela donne à la soirée un caractère unique. Chacun peut l'espace d'un soir s'approprier ce petit univers et y évoluer de la porte d'entrée jusqu'au dernier rayonnage.

Hugo dans ses oeuvres... Champagne à la plonge © Didier CODANI Hugo dans ses oeuvres... Champagne à la plonge © Didier CODANI

L'ambiance est tout sauf morose. La plupart des invités ne consomment aucun alcool, mais aucun alcool n'est nécessaire quant on a la joie d'expliquer aux autres ce que l'on a soi-même préparé pour eux, pour l'ami qui a installé sa pharmacie là et qui a permis de trouver le meilleur remède. Car la pharmacie c'est normalement la première étape après le médecin, mais à l'Ariane, c'est souvent aussi la première étape avant le médecin. Sans empiéter sur les domaines de compétence des uns et des autres "l'homme - médecine" est souvent rencontré avant le "docteur".

Le Docteur et l'homme-médecine © Didier CODANI Le Docteur et l'homme-médecine © Didier CODANI

Alors, cette inauguration n'avait pas de discours, pas de vedettes, pas d'autre tête d'affiche qu'un simple pharmacien de quartier.

A coté de tout grand homme il y a une grande femme © Didier CODANI A coté de tout grand homme il y a une grande femme © Didier CODANI

Mais pourtant, tous ceux qui comptent en élus, présidents d'associations, personnalités locales y sont passés. On vous dira que ce sont des "petits" élus. Il n'y a pas de petit grade pour bien servir son pays.

Erwan avec Jean-Paul DAVID et Mohammed FERNANE. Elu local, élu départemental, personnalité... Amis d'abord © Didier CODANI Erwan avec Jean-Paul DAVID et Mohammed FERNANE. Elu local, élu départemental, personnalité... Amis d'abord © Didier CODANI

Ceux qui étaient là ce soir sont venus saluer un ami, un de ceux qui sans chercher la tête d'affiche font de leur mieux, avec l'argent qu'ils gagnent à la sueur de leur front, pour améliorer la vie de ceux qui les entourent.

Fatima KHALDI-BOUOUGHROUM, Adjoint au Maire et élue de proximité, avec le sourire © Didier CODANI Fatima KHALDI-BOUOUGHROUM, Adjoint au Maire et élue de proximité, avec le sourire © Didier CODANI

Ami(e)s, élu(e)s, représentants de culte, confrères pharmaciens, médecins, infirmiers, et nombre de professionnels para-médicaux n'étaient pas venus juste boire un verre en écoutant des discours. Il n'y a pas eu de discours. Ils étaient venus échanger, ils étaient venus attester.

Avec Alain MEINARDI, chef d'entreprise ancien de l'Ariane © Didier CODANI Avec Alain MEINARDI, chef d'entreprise ancien de l'Ariane © Didier CODANI

Ils attestent que dans le soi-disant "pire" des quartiers du département il peut faire bon vivre, et que l'on peut à la tombée de la nuit s'y retrouver pour rire et blaguer entre amis, en célébrant le succès d'une petite officine, et le génie créatif de celui qui l'anime.

Là, pour sourire et partager © Didier CODANI Là, pour sourire et partager © Didier CODANI

Pas de grande leçon de morale. Juste une tranche de quotidien. Juste le plaisir de s'être retrouvés dans la meilleure des ambiances celle de la fraternité.

Erwan et ses amis © Didier CODANI Erwan et ses amis © Didier CODANI

Bravo Erwan.

La France manque de gens qui savent créer cette ambiance unique que l'on peut trouver à l'Ariane.

Celle qui fait traverser la ville pour dire aux ami(e)s: "Je suis là, avec vous".

Didier CODANI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.