Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 oct. 2017

Xénophobie mahoraise

Le dernier né des départements français, qui connaît d'importantes et récurrentes tensions communautaires, a franchi un pas de plus dans la xénophobie.

Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces derniers jours, la population à Mayotte n'a qu'un sujet de discussion : la feuille de route. Il s'agit d'un accord signé le 12 septembre entre le ministre français des affaires étrangères et son homologue comorien. Il vise à repenser l'attribution de visas aux ressortissants comoriens et faciliter les échanges entre les îles de l'archipel tout en assurant un meilleur contrôle. Pour cela, la demande de visa sera gratuite et le rapprochement familial facilité. A Mayotte, les tensions entre communautés sont omniprésentes et les Mahorais sont connus pour leur propension à la xénophobie (décasages1, vote FN...). Il n'en fallait donc pas plus pour que les Mahorais s'emparent de la question et inondent les réseaux sociaux d'insultes et de propos haineux (voir fin d'article). La mobilisation se met en place contre cette feuille de route qui n'est pas rendue publique et que donc personne n'a lu. Le chef-lieu Mamoudzou a été le théâtre de deux importantes manifestations, le lundi 25 et jeudi 28 septembre, chacune réunissant plusieurs milliers de personnes. Certains activistes ont même décidé de bloquer le service des étrangers de la préfecture à plusieurs reprises. A ce jour, aucun titre de séjour n'a pu être délivré.

Les politiques entrent donc en jeu. Le mardi 26 septembre, le député Mansour Kamardine (Les Républicains) prend la parole à l'Assemblée Nationale : confusion entre tsunami et cyclone pour évoquer les récents événements dans les Caraïbes, mélange dans les chiffres sur l'immigration, député scotché à sa fiche, hémicycle bruyant, absence de réponse de la part des ministres pourtant interpellés, porte-parole du gouvernement qui répond pour finalement botter en touche... La scène est assez révélatrice du peu d'intérêt apporté à Mayotte. Néanmoins, une délégation d'élus mahorais est reçue au ministère de l'outre-mer deux jours plus tard. Aucun ministre n'est présent, c'est Dominique Sorain, directeur de cabinet de la ministre qui les accueille. A l'issue de la réunion, les élus mahorais crient victoire alors que D.Sorain parle seulement de différer la mise en place de la feuille de route – et en aucun cas de l'annuler.

Les Mahorais semblent donc attachés au visa Balladur, en place depuis 1995 et qui est particulièrement inefficace puisqu'il a entraîné la mort d'environ 10.000 migrants et n'a pas empêché l'installation à Mayotte de dizaines de milliers de ressortissants comoriens2. Plutôt que de manifester contre l'absence d'investissements de la part de l’État, la population de l'île préfère s'en prendre aux étrangers et véhiculer la haine de ceux qu'ils appellent les Africains. Mais en méprisant ainsi leurs frères comoriens, leurs frères musulmans, les Mahorais ne renient-ils pas aussi leurs ancêtres ? Car qui aujourd'hui peut se prétendre être à 100% mahorais ?

1Action collective et violente visant à déloger des étrangers et détruire leur habitation.

2Chaque année les autorités procèdent à environ 20.000 reconduites à la frontière.

Aperçu des propos haineux qui se propagent ces derniers jours sur Facebook (propos postés par des utilisateurs sur différents articles de Mayot'News, entre le 19/09 et le 01/10/2017) :

-Mouzouri Hamada « Les comoriens de merde là. Ils veulent pas nous voir tranquille a mayotte. Ils nous veulent que du mal les bande d'hypocrites là. »
-Mohamed Vitta « [...] On les chasse et quelqu’un qui a hônte ne reste pas lorsqu’on le chasse. Seuls les chiens reviennent. Donc les comoriens sont des chiens »
-Djah Abdalah « Comorien de merde »
-Akimali Hatibou « Nous le mahorais on n'a marre de vous le comorien »
-Mouzouri Hamada « [...] beh on vient de remarquer que les comoriens de merde là ils nous veulent que du mal. On en profite de tout degager les comoriens et qu'ils partent chez eux. [...] »
-Boule Boule « Une question svp les malgache, africains , Somalien qui ne sont t'ils pas des étrangers eux? Pourquoi considérons nous seulement les comoriens des 3 île comme étant seuls étrangers? Je ne suis pas pour les étrangers je vous rassure , mais on faire un vrai nettoyage mais pas seulement une partie non? Les africains ils ont tout sorte de maladies sida etc... les malgaches font les trottoirs, je me trompe? »
-Yan Voudi N'y Panba « Ewaaa avec des coups de pied au cul s'il faut allez un peu de place ils sont là comme des maniocs au soleil m'hogo piqui pfff »
-Kassim Eddy « Vous avez faciliter la tâche aux Anjouannais en tt cas y'auras une guerre civile pourquoi ils restent pas chez eux ils ont voté leur indépendance alors assumer nous on est fatigué [...] »
-Mallaoui Madi « Oui Mayotte va se battre avec ces armes si nécessaire. »
-Mèrcenas Batchou « C bon la guerre est déclarée?? C ce qu'il cherche non »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose