Une bonne idée

Dialogue philosophique sans rapport avec quelques évolutions récentes de la situation politique internationale.

- François-Denys ?

- …

- François-Denys !!

- Hein ? Ah, c’est toi Juste-Romain ? Excuse-moi, j’avais oublié de retirer mon casque intégral. Tu voulais me parler de quelque chose ?

- Tu sais quand le livreur va revenir ? Ça fait déjà plus d’une semaine…

- Non, désolé. J’espère aussi qu’il ne va pas trop tarder. Heureusement qu’on a fait du stock de papier-toilette...

- …

- …

- François-Denys ?

- Oui ?

- Dis, tu crois qu’on pourra échanger de chambre bientôt ? Je commence en avoir un peu marre de regarder la cour. Et puis, l’odeur ne s’arrange pas, tu sais, avec toutes ces poubelles qui s’entassent… Toi, au moins, tu as vue sur la rue.

- Je sais bien mon vieux, je sais bien... Mais tu sais comme moi qu’on ne pourra échanger qu’après le passage du service de désinfection de la mairie. Je les ai appelés mais il y a plusieurs mois d’attente, je n’y peux rien.

- On pourrait peut-être le faire nous-même ?

- Pardon ?!

- Ben, je veux dire… Nettoyer nous-mêmes, quoi. Chacun sa chambre, et après, on échange.

- Mais tu n’y penses pas ! Ecoute, je t’aime bien, mais il faut être sûr que le nettoyage soit bien fait. Sans compter qu’on risque de contaminer les autres pièces de l’appartement, avec nos balais et tout le toutim. Déjà que c’est plus que limite d’utiliser le même cabinet de toilette…

- Ah non, tu ne vas pas revenir là-dessus ! Je refuse d’utiliser un pot de chambre, un point c’est tout !

- Ok, ok… Mais en revanche, pas question de jouer les apprentis sorciers. Nous attendrons. Tu veux que je te rappelle ce qui se passait avant ?

- Non pas la peine, je…

- Tout le monde contaminait tout le monde, voilà ce qui se passait ! Les gens n’arrêtaient pas de se croiser, non seulement dans la rue, mais aussi chez eux. Les cons, comme si ça faisait une différence… Et ils n’arrêtaient pas de se toucher, putain, de se toucher ! Et après ça, ils s’étonnaient de tomber malade… Tu veux vraiment qu’on en revienne à ça !

- Non, ce n’est pas ce que j’ai dit, je…

- Et puis, il n’y a pas que les maladies, je te rappelle ! Les autres, c’est aussi les accidents, les agressions, la pollution, les crottes de chien et j’en passe… L’enfer, quoi ! Quand j’y songe, comment a-t-on pu attendre aussi longtemps avant de prendre les décisions qui s’imposaient !

- Mais je suis d’accord et…

- Sans compter qu’avec ta lubie de faire le ménage nous-mêmes, on risquerait d’exploser notre quota d’activité journalière. Tu connais les recommandations sanitaires, pourtant…

- Oui, oui, je sais, pas plus de cent mètres par jour et pas plus de dix minutes d’activité physique…

- C’est pas des conneries ! Même en dessous, t’es pas à l’abri d’un accident. Tiens, je viens de voir passer un truc là-dessus sur les réseaux, une femme qui a glissé en sortant de sa baignoire. Résultat : coup du lapin ! Je te l’envoie.

- Merci.

- Moi, c’est bien simple, je ne bouge presque plus. Ou alors, très lentement, en anticipant bien chaque pas, chaque geste. Je n’ai pas envie de prendre le moindre risque.

- C’est sûr…

- …

- …

- Ça me fait penser à quelque chose.

- Quoi donc, Juste-Romain ?

- Oh, rien d’important, juste un article que j’ai lu sur internet, sur les filtres à particule qu’on a sur nos fenêtres. Y parait que c’est pas fiable à cent pour cent. Mais bon, on va pas s’interdire de respirer, quand même.

- Non c’est sûr, mais… C’est tout de même bougrement embêtant, ce que tu viens de me dire. C’est vrai, après tout, on ne sait jamais vraiment ce qu’on laisse entrer quand on inspire ! Qui sait ce qui se faufile dans nos entrailles… Mais comment faire autrement ?

- Ben…

- A moins que… Attends, j’essaie un truc, pour voir.

- …

- …

- Ça marche, François-Denys ?

- …

François-Denys ?…  

- ...

François-Denys !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.