Damien Loup

Philonome

Paris

Sa biographie
Ce blog est née de l'idée, en cours d'éclosion généralisée, qu'on ne se sortira du chaos néolibéral qu'en prenant conscience de sa dimension fondamentalement totalitaire. Et c'est en revenant au projet politique républicain, dans toute sa richesse et sa radicalité, que nous trouverons les armes pour le combattre. La question politique première n'est donc pas économique, mais bien juridique.
Son blog
14 abonnés Retour en République
Voir tous
  • Bleu Blanc Jaune

    Par
    La stratégie de la tension voulue par le gouvernement trahit son angoisse face aux aspirations profondément républicaines des "gilets jaunes", qui manifestent avant tout leur aspiration à l'égale liberté, avec laquelle nous avons le devoir d'être solidaires.
  • Du bon usage de l'apocalypse (démocratique)

    Par
    L’élection ce jour d’un candidat ouvertement fasciste à la tête de l’Etat brésilien vient encore réduire l’espace démocratique mondial. Là est notre apocalypse. La mise à nue de l’imposture des gouvernements néolibéraux doit être l’occasion pour les progressistes de reprendre à leur compte l’idée démocratique, en déniant sans aucun complexe aux technocrates toute légitimité à la défendre.
  • Et si on simplifiait (vraiment) le droit pénal ?

    Par
    Et si nous remplacions l’ensemble des dispositions du code pénal par l’article suivant : « Tout acte méchant ou grave est puni de trente ans de réclusion criminelle. Lorsque les faits définis à l’alinéa précédent sont méchants et graves, la mise à mort peut être ordonnée à titre provisoire par l’agent de police judiciaire, agissant sous le contrôle de l’officier de police judiciaire ».
  • En attendant Franco

    Par
    Doit-on craindre un coup d'Etat policier ? A contempler l'étrange danse du ventre à destination des éléments les plus réactionnaires de l'institution policière à laquelle se livrent nos gouvernants, on est en droit de s'interroger.
  • Un autre rêve...

    Par
    Ainsi, tout le monde avait compris que ce n’était pas l’hystérie répressive sécuritaire, l’obsession de s’abaisser au niveau de barbarie de l’adversaire ou la mise en œuvre point par point du programme de haine et de peur qu’il nous presse d’adopter qui avait favorisé le massacre de Nice mais bien au contraire l’absence de zèle avec lequel ce programme avait été mis en œuvre.