Les autres aventures de Gérard Lambert

14 avril 1977  Et si Gérard Lambert avait gazoliné sa meule au max. Il aurait pas été tenu de découener la bobine du blondinet fan de crobar. Il aurait pt’être, ce soir là, été faire glisser un p’tit frichti « au veau qui tête » à Rungis. Puis peinard, serait allé s’envoyer 2 ou 3 mousses à « l’arrosoir », histoire de s’assurer que personne va lui offrir un Taf.

14 avril 1977 

 

Et si Gérard Lambert avait gazoliné sa meule au max. Il aurait pas été tenu de découener la bobine du blondinet fan de crobar.

 

Il aurait pt’être, ce soir là, été faire glisser un p’tit frichti « au veau qui tête » à Rungis. Puis peinard, serait allé s’envoyer 2 ou 3 mousses à « l’arrosoir », histoire de s’assurer que personne va lui offrir un Taf. 

 

Et puis c’est là qu’il aurait croiser les yeux, 95C, de la brune aux yeux bleus. Celle pour qui il aurait distribuer une paire de beignes aux jumeaux,  qu’avaient des visées sur la belle. Pas histoire de faire mal, juste pour intimider.

 

Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il a repéré une donzelle.

 

Et c’est ainsi qu’il serait rentrer chez sa mère comme un bon fils, au bras de celle qui serait devenue sa baronne. Il aurait fini par accepter le gagne pain au pavillon de la marée et aurait eu 2 jolis mouflets, pour faire sourire la grand mère. 

 

Mais le 14 avril c’est 25 ieme jour de Germinal dans le calendrier républicain. C’est le bien nommé jour du pigeon. Celui où t’enfile pas assez de jus dans ta pétoire.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.