Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

290 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2021

Russie, Kouzbass, la mine tue

La catastrophe qui a eu lieu le 25 novembre dans la mine de charbon Listviajnaïa, à Belovo, dans l’oblast de Kemerovo, a fait 51 morts et 109 blessés. Elle a pour origine des violations caractérisées des règles et obligations de sécurité.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons été informés en France, notamment, par cet article du Monde, aussi par RFI, que j’aime bien à citer, de la catastrophe survenue dans la mine Listviajnaïa, dans le bassin minier du Kouzbass, lui-même situé dans le sud de la Sibérie, dans l’oblast de Kemerovo. Depuis, peu de choses, l’émotion, s’il y a eu une en Occident, est retombée. Nous n’avons plus de mineurs, les solidarités ouvrières sont distendues, la Sibérie est loin.

Signalons cependant l'article très complet de Petr Kozlov publié le 1er décembre par BBC News. Mais il est en russe, de même que ce reportage video qui en fait partie, et que j’insère ci-dessous. 

La tragédie de la Listviajnaïa : que disent les mineurs et leurs proches ? © BBC News

J’utilise cependant des sources russes, Tass et RBK principalement, pour revenir dans ce billet sur ce drame d'un autre siècle.

L’accident s'est produit dans la matinée du 25 novembre. Il y avait 285 personnes dans la mine, 239 d'entre elles ont été remontées à la surface. À la tombée de la nuit, les 46 mineurs restés dans la mine étaient tous portés disparus. Cinq secouristes, qui participaient aux opérations de sauvetage et qui ne sont pas remontés à la surface après leur interruption en raison du danger, sont également morts, ce qui porte le nombre des décès à 51. Au 5 décembre, on comptait en plus 106 blessés, dont des intoxications au monoxyde de carbone. 10 de ces blessés étaient encore hospitalisés, à cette même date.

Selon les premiers éléments disponibles, l’origine de l’accident est une explosion dans une galerie de ventilation suivie d’un incendie. Les mineurs remontés à la surface ont déclaré avoir entendu la déflagration et senti le passage de l’onde de choc. Il s’agit d’une explosion de méthane (un coup de grisou, dans le vocabulaire de Germinal), comme cela a été confirmé par le parquet général de Russie, chargé de l’enquête. 

L’accident est à l'évidence directement lié à de nombreuses violations de la réglementation minière et des règles de sécurité, qu’un contrôle, resté sans suite, de l’inspection des mines avait encore récemment mis en évidence : retard dans la modernisation des équipements, non conformité des installations électriques, non conformité des détecteurs de méthane, absence de système de localisation des mineurs dans la mine,… soit au total une centaine d’observations.

De nombreux témoignages indiquent que les détecteurs de méthane étaient trafiqués et que leurs capteurs étaient entourés de ruban adhésif afin de sous-estimer la concentration en gaz. Et surtout, alors qu’il était connu, sur la base des indications des détecteurs individuels, que la concentration de méthane avait augmenté dans les dernières semaines, puis dépassé le seuil d’alerte de 2 % (0,75 % dans les standards internationaux), et se situait probablement dans la zone de dangerosité maximale (entre 5 et 15 %), la direction a continué à faire descendre les mineurs, en faisant pression ou l’ordonnant à ceux qui signalaient le danger qu'il y avait à travailler dans ces conditions. Un témoignage d’un mineur indique qu’alors que le taux relevé par l’agent de liaison qui accompagnait l’équipe dans la descente était de 12 %, il lui avait été répondu par l’encadrement : « soit tu travailles, soit tu remets ta lettre de démission ». 

Il est vrai que le Kouzbass produit plus de la moitié du charbon russe, et que sa houille est particulièrement demandée, en Chine, en Europe et en Corée du Sud. Avec la crise énergétique, son prix a atteint des records historiques sur les marchés d’exportation, à 200 dollars la tonne pour un peu plus de 63 dollars la tonne en début d’année. Le volume des exportations par voie ferroviaire aurait augmenté de 20 % depuis le début de l’année. Et le propriétaire de la mine de Listviajnaïa, SDS-Ugol, est le troisième producteur et exportateur de charbon de Russie.

À ce stade de l’enquête, le directeur de la mine, son adjoint et le responsable du site ont été arrêtés. Ils sont sous le coup d’une procédure pour violation des exigences de sécurité industrielle relatives aux installations dangereuses, et de négligence. Au vu du nombre des victimes, ils encourent jusqu’à 7 ans de prison. Les inspecteurs de l’inspection des mines sont également inculpés. Mais le gouverneur de l’oblast de Kemerovo, Sergueï Tsivilev, a déclaré que les infractions révélées ne nécessitaient pas la fermeture des mines.

On touche là à ce curieux assemblage du capitalisme occidental et du modèle entrepreneurial post-soviétique qui caractérise l'économie russe. Il est fait d’appât du gain, d’incompétence, d’ignorance des règles, puisqu’il n’y a que des rapports de force, et que tout s’achète, en particulier la bienveillance de ceux qui contrôlent la sécurité et de mépris de l'homme et de la vie humaine [Je reviendrais dans un autre billet sur un autre drame qui s’est déroulé en 2018 dans un centre commercial de ce même oblast de Kemerovo, qui a fait 64 morts, dont 41 enfants, et qui en est une autre démonstration].

La répétition de telles catastrophes ne surprend donc pas les Russes. Elle n’en reste pas moins un problème politique, et le principal intéressé, Vladimir Poutine ne s’y est pas trompé. Dans une de ces réunions enregistrées et retransmises sur les chaines télévisées et internet qui constituent un de ses modes de gouvernance, il a entendu les parties de ce drame, dont le procureur général de la Fédération et de Russie et les dirigeants de SDS-Ugol. Ceux-ci, le président fondateur Mikhaïl Fediaïev et le directeur général Guennadi Alekseïev, ont reconnu leur responsabilité et accepté les sanctions. Vladimir Poutine a demandé au premier si le conseil d’administration ne faisait d’examiner les comptes, ou s’il se préoccupait des questions de sécurité. Il s’est également tendu en prononçant les mots suivants : «  Le rapport préliminaire de la commission d’enquête dit que des mesures systématiques ont été prises pour dissimuler la concentration excessive de gaz, que des données ont été falsifiées — c'est quelqu’un l’a fait. Pourquoi? Pour produire plus et exporter plus ? Quel résultat tragique. Et maintenant nous baissons tous la tête », 

Etc. Après d'autres drames, il y a effectivement encore une fois de quoi être scandalisé. Ne nous inquiétons pas, les puissants auront vite retrouvé leur morgue. Et craignons la prochaine catastrophe.

Tass (5 décembre 2021) - RBK (2 décembre 2021) - RBK (30 novembre 2021) - RBK (27 novembre 2021) - Tass (25 novembre 2021)

En prime, mais en russe, la vidéo d’une enquête bien faite d’un blogueur russe que je connaissais pas, Varlamov. Elle a fait 680 000 vues en six jours, c’est aussi pour montrer que les Russes ne sont pas indifférents à ces drames. 

Accident à la Listviajnaïa. La négligence et la corruption ont conduit à la catastrophe © Varlamov

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française