Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2019

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

La perception des violences domestiques en Russie

Dans un sondage récent (septembre 2019) du centre Levada, l’opinion russe exprime un rejet peut-être nouveau des violences conjugales, et considère qu’elles relèvent de la police (59 % des réponses) plutôt que de la sphère familiale (14 %). À l’encontre du lieu commun selon lequel « le linge sale doit être lavé en famille », et de son équivalent « les balayures ne doivent pas sortir de l’isba ».

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Centre Levada, du nom du sociologue Iouri Levada (1930-2006) est un organisme d’étude russe, à but non lucratif et à caractère non gouvernemental qui procède régulièrement à des études sociologiques auprès de la population russe. L’équipe de recherche du centre a été la première à mener des sondages d’opinion réguliers à travers le pays, à partir de 1988.

Il a publié le 13 septembre 2019 les résultats d’une enquête sur la perception des violences domestiques en Russie, lire ici, en russe.

19% des personnes ayant répondu à l’enquête ont déclaré – sans spécification de date – avoir eu connaissance de cas de violences physiques dans une famille de leur environnement. 7 % ont été témoins de violences dans la famille dans laquelle ils ont grandi, et 5 % dans leur propre foyer. Ces chiffres sont inférieurs à d’autres estimations, et les auteurs de l’enquête soulignent la possibilité d’une sous réponse.

Les femmes (22 %) déclarent plus avoir connaissance de violences domestiques dans leur environnement que les hommes (16 %). Cette réponse est également plus fréquente pour les personnes de 25 à 39 ans (23 %), les personnes de formation supérieure (22 %), mais également sans formation.

Majoritairement (59 %), les répondants considèrent qu’une femme battue par son conjoint doit s’adresser à la police. Cette proportion s’élève à 65 % pour les femmes (52 % pour les hommes). Ce résultat témoigne d’une non-acceptation, peut-être nouvelle, des violences conjugales. 14 % seulement (17 % pour les hommes) pensent que la femme ne soit s’adresser à personne et que cela doit rester au sein du couple. Ce niveau, élevé en lui-même, reste cependant en deçà de ce qui pouvait être anticipé, et peut également témoigner d’une évolution du regard porté par les russes sur les violences domestiques.

L’enquête apporte également des éléments sur leur caractérisation.Très majoritairement (75 %), les répondants qualifient de violence à les atteintes physiques graves (coups de pied, dans la terminologie russe), mais aussi, pour 58 % d’entre eux, celles non suivies de contusions (gifle).

La commission d’un acte sexuel contre la volonté du partenaire / conjoint est qualifiée de violence par 50 % des répondants (56 % pour les femmes et 43 % pour les hommes). Les autres formes de violences sur lesquelles portaient les questions n’ont pas été reconnues majoritairement comme telles. Il s’agit notamment du chantage au retrait d’un ou des enfants (45 %), de l’enfermement dans le domicile ou dans une pièce (44 %), des menaces verbales (42 %), des propos humiliants (42 %), des querelles, scandales, cris (40 %), de l’interdiction de communiquer avec la famille ou les amis (36 %), des pressions en vue d’un avortement (36 %) et du refus délibéré de soins médicaux (32 %).

 https://www.levada.ru/2019/09/13/domashnee-nasilie/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française