Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

297 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2020

Russie, VIH : on manque d'antirétroviraux dans la prison de Iablonevka

Fin 2019, il y avait en Russie 1 068 839 personnes séropositives au VIH connaissant leur statut. 534 990 d'entre elles recevaient des antirétroviraux. 55 273 (plus de 10 %) étaient des détenus, dont la continuité du traitement n'est pas toujours assurée.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’association russe Contrôle des patients («Пациентский контроль») a pour but de défendre le droit aux soins des personnes vivant avec le VIH et le VHC. Elle intervient notamment en cas de rupture de traitement, et a créé la plateforme internet Pereboi.ru, où les patients peuvent signaler une absence de traitement ou un changement du schéma de traitement lié à l’indisponibilité des médicaments, ou encore les délais excessifs pour la mesure des CD4 et de la charge virale. Ces signalements sont ensuite examinés par les militants et juristes qui conseillent les patients et saisissent officiellement les autorités de santé régionales et fédérales. 

Elle a rendu récemment publiques des ruptures de traitement survenues dans la prison de Iablonevka, dans l’oblast de Leningrad, à proximité de Saint-Pétersbourg. Cet établissement est, selon le vocabulaire russe, une colonie pénitentiaire à régime sévère, comportant plus de 1 500 places. Les antirétroviraux qui font défaut sont le raltégravir et le dolutégravir. Ils sont généralement prescrits en 2e ou 3e ligne, dans les cas d’intolérance ou de contre-indications aux schémas thérapeutiques antérieurs. De ce fait, le choix des médicaments de remplacement est très limité. 

Selon Contrôle des patients, cette situation serait liée au non respect de ses obligations contractuelles par Natsimbio, le trust russe fournissant ces médicaments aux services pénitentiaires de l’oblast. L’association a saisi Natsimbio pour lui demander d’organiser en urgence une livraison dans la région. Elle a également saisi le centre médico-sanitaire de Saint-Pétersbourg du service fédéral pénitentiaire russe. 

Depuis deux ans, la question des ruptures de traitement pour les détenus séropositifs est régulièrement évoquée dans les réseaux sociaux et dans la presse russe. En juillet 2019, des pénuries de lamivudine avaient été signalées dans les oblasts de Sverdlovsk et de Briansk, et en République du Tatarstan, où le ténofovir manquait également. 

Surtout, le parquet général de la Fédération de Russie a lui-même procédé récemment à une enquête dans les établissements pénitentiaires de 47 régions russes. Elle portait sur une période allant de 2017 au premier semestre 2019, et a révélé plus de 1 500 cas où la réglementation sanitaire n’était pas respectée, et ou les détenus n’avaient pas accès aux traitements antirétroviraux, ainsi qu’aux tests de dépistage et de mesure de la charge virale. Les régions les plus concernées étaient les kraïs de Krasnodar, Krasnoïarsk et Perm, et les oblasts d'Arkhangelsk, de Vologda et de Sverdlovsk. Selon les associations de défense des droits des patients, l’enquête n’a dévoilé qu’une partie des carences à l’origine de nombreux décès − 32 % des décès en prison auraient pour cause le sida, je n’ai cependant pas pu retrouver la source de ce chiffre − et du développement de souches virales pharmaco-résistantes.

Depuis le 1er mars 2019, le service fédéral pénitentiaire a modifié des procédures d’achat de médicaments, en passant d’un système d’appel d’offre au niveau fédéral à des marchés région par région − ce qui ne semble pas avoir été une solution sans faille à Saint-Pétersbourg. Au 1er janvier 2021 ce dispositif sera à nouveau modifié, et ce sera le ministère de la santé qui sera responsable de l’achat et de la mise à disposition des antirétroviraux. 

Post scriptum : Contrôle des patients indique aujourd'hui sur son site (8 juillet 2020) avoir reçu une réponse de Natsimbio annonçant une livraison des antirétroviraux le 9. 

Ccolonie pénitentiaire à régime sévère "Iablonevka" (extérieur) © Матур

Spid.tsentr (6 juillet 2020) - pereboi.ru (6 juillet 2020) - spid.tsentr (9 septembre 2019) - Kommersant (9 septembre 2019) - spid.tsentr (20 août 2019) - Radio svoboda (19 août 2019)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame