Décès du covid-19 : Moscou publie les vrais chiffres (2)

Forte augmentation en mai du nombre des décès à Moscou : 2 757 patients sont morts avec comme cause principale le covid-19, 5 260 l'ayant contracté.

Dans un précédent billet, je signalais l’effort de transparence, et également ce que l’on peut appeler début de rigueur dans la présentation des statistiques, du ministère de la santé de la ville de Moscou : il s’agissait de la surmortalité et du nombre des décès liés au covid-19 en avril 2020. Le communiqué dont je tirai ces éléments se terminait par l’annonce d’une augmentation du nombre de ces décès en mai. 

C’est le cas, et je reviens sur le sujet, non pour avoir le goût de commenter des statistiques de mortalité, mais pour donner au lecteur de ce blog une information complète et suivie. Pour la méthode de comptabilisation des décès, et notamment sur le fait qu’une autopsie est faite dans tous les cas où il y a suspicion de covid-19, je renvoie à ce précédent billet. Pour les chiffres, les voici : 

En mai 2020, le nombre des décès à Moscou toutes causes confondues, est de 15 713 décès, soit 5 715 de plus qu'en mai 2019 (9 998). L’écart est de 5 799. par rapport au nombre moyen de décès en mai des trois dernières années (9 914, pour 9 935 décès en 2017, 9 808 en 2018, 9 998 en 2019).

Sur les 15 713 décès intervenus en mai, 5 260 ont comme cause principale ou concomitante le covid-19, soit l’équivalent de 92 % de la surmortalité constatée. 

Les 5 260 décès de personnes ayant contracté le covid-19 se répartissent de la façon suivante :

- Pour 2 757 patients, le covid-19 est la principale cause du décès. Ce chiffre intègre 433 patients pour lequel le résultat des tests avait été négatif, mais pour lequel l’examen pathoanatomique a conduit à les placer dans cette catégorie. 

- Pour 980 patients, la cause de la mort est une autre pathologie, mais le covid-19 en a accéléré l’évolution. Ces pathologies sont des maladies cardio-vasculaires (843 patients), des maladies du système respiratoire (73 patients) ou d'autres maladies (63 patients). 

- Pour le solde, la pathologie associée est la cause du décès, sans qu’il ne puisse être considéré que le covid-19 y a significativement contribué. 

Aucun décès n’a été imputé en mai à une pneumonie communautaire. 

Sur ces bases, le taux de décès des patients atteints du covid-19 serait en mai de 2 % si l’on prend en compte les seuls cas où il a été la cause principale du décès, et 3,8 % en prenant en compte ceux où il a été cause principale ou concomitante. 

Le point le plus sensible est l’évolution du nombre de morts, passé de 765 à 2757 entre avril et mai dans la première acceptation (3,6 fois plus) ou de 1525 à 5 260 pour la seconde (3,4 fois plus).

Le ministère de la santé de Moscou s’attend à ce que pic de mortalité soit passé en mai, après que celui des nouveaux cas de covid-19 l’a été fin avril. 

Il a indique également que depuis le début de la pandémie, tous les patients ont été pris en charge, y compris dans les hôpitaux, lorsque que leur état le rendait nécessaire, que jamais une admission n’a été refusée, et que les capacités de lits de réanimation n’ont jamais été mobilisées à plus des deux tiers. Si c’est vrai, il fallait le faire. 

Au 10 juin, jour où la levée des mesures de confinement a été engagée à Moscou, les données épidémiologiques y étaient les suivantes : 199 785 cas confirmés (1 195 dans les dernières 24 heures), et 3 085 décès dont la cause principale est le covid-19 (56 dans les dernières 24 heures). Ce dernier chiffre n'intègre pas les patients pour lequel le résultat des tests avait été négatif, mais que l'autopsie a conduit à les placer dans cette catégorie, la série officielle n'a pas été rectifiée sur ce point : la transparence a toujours des limites. 

Ministère de la santé de la ville de Moscou (10 juin 2020)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.