Peut-on être déchu de l'autorité parentale si son enfant ne peut voir la télévision ?

Pris dans une contradiction entre protection des droits de l’enfant et respect du modèle traditionnel de la famille, les services sociaux manquent en Russie d’un cadre d’action consensuel et stable. Une procédure, surprenante, et avortée, de retrait de l’autorité parentale engagée contre un père qui n’aurait pas la télévision, et dont les fils feraient le ménage, montre pourtant sa nécessité.

Dans la remise à disposition d’informations tirées de la presse ou de site internet russes, je compte également présenter des « faits divers » ou des situations individuelles.  Il n’y a pas de faits sociaux sans femmes et hommes, et l’attention prêtée aux individus est une discipline nécessaire, prélude à un réflexion plus large. Et la relation de ces cas d'espèce permet aussi de saisir et d'illustrer le regard qu’une société porte sur elle-même au travers de ses médias, qui font une part de l'opinion. 

Le journal en ligne Lenta a publié le 10 octobre un article sur la saisie, dans l’oblast de Samara, de la commission des mineurs en vue de priver de l’autorité parentale un père de trois enfants. La demande est motivée par le fait que ses trois fils, âgés de 11, 13 et 15 ans, ne regarderait pas la télévision, mais liraient des livres et participeraient aux travaux ménages. Les parents sont séparés, et la mère vit avec ses deux autres enfants à Samara. Une partie de la famille vit à l’étranger. Le père travaille en télétravail pour une société étrangère, et ses enfants apprennent les langues également étrangères. La procédure fait suite à des plaintes de parents de camarades de classe des trois garçons, qui considèreraient qu’ils ont un « mauvais effet » sur leurs propres enfants. Le plus probable est que la procédure n’aboutisse pas.

Les questions de la protection de l’enfance et de l’exercice des droits parentaux reviennent très régulièrement dans la presse et le débat public en Russie. Elles sont âprement débattues, et les contradictions sont fortes :

- Il y a certainement une volonté collective de combattre les mauvais traitements aux enfant, alimentée par le sentiment que ceux-ci sont encore trop fréquents, et que la famille peut être en Russie plus que dans d'autres pays un espace de violence. Les services sociaux compétents pour prévenir et lutter contre ces situations, sont accusés de carence lorsqu’elles se produisent.

- Il y aussi conviction que les procédures de déchéance de l’autorité parentale, auxquelles il a été recouru de façon importante pendant la période soviétique et pendant les années 1990, ont été utilisées de façon abusive, portant atteinte aux droits des personnes et privant des enfants d'une famille qui aurait pu les élever. De ce fait, les modes opératoires des services sociaux évoluent, faisant notamment plus de place à l'accompagnement .

- Les lobbies traditionalistes font pression pour sanctuariser la famille autour de la seule du père, pour s’opposer à toute intervention des administrations au sein de celles-ci, et pour en faire une espace d’influence privatif des églises. Ce sont eux qui portent l'offensive. 

- Les autorités sont tentées d'instrumenter les procédures, avec par exemple des menaces de retrait de l’autorité parentale à des parents en retard de paiement de leurs factures d’électricité à Kazan, ou la tentative de retrait de leurs jeunes enfants à deux couples ayant participé aux manifestations qui ont eu lieu en août dernier contre le refus d’inscrire des candidats indépendants aux élections municipales de Moscou.

Ce débat est tendu et clivant. Il se nourrit de l'évocation dans la presse de faits divers, souvent surprenants pour l’œil français, comme cette procédure aberrante engagée à Novotoulka. Il met en question, sans remise en cause à ce stade, la légitimité de l’intervention des services sociaux dans le champ de la protection de l’enfance, et montre que le cadre de référence de cette action est en fait encore en construction.

https://lenta.ru/news/2019/10/10/no_tv/

https://www.svoboda.org/a/30142154.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.