Rapport de l'OMS sur les mesures de lutte contre l’alcoolisme en Russie (suite)

Un graphique du rapport de l'OMS sur les effets des mesures de lutte contre l’alcoolisme en Russie montre la simultanéité de la baisse de la consommation d'alcool et de l'augmentation de l'espérance de vie. Liés par une relation de cause à effet, ces deux indicateurs s’inscrivent dans une évolution plus large, dont la restauration de la protection sociale et du système de santé.

Certains graphiques sont parlants. Celui qui suit, extrait du rapport de l'OMS Europe cité dans un précédent billet, l'est certainement : 

 © OMS Europe © OMS Europe

Il montre la corrélation presque complète entre la consommation d'alcool par habitant en Russie (en pointillé, revenue à 11,7 litres par habitant en 2016, après un pic en 2003 à plus de 20 litres) et la reprise de l'augmentation de l'espérance de vie (en trait plein). Le détail du rapport confirme qu'il y a un lien de cause à effet entre ces deux évolutions, au travers, par exemple, de la réduction des décès résultant de pathologies liées à l'alcool (maladies cardio-vasculaires, ...)

Les ruptures de tendances intervenues en 2003-2005 doivent cependant être resituées dans des évolutions plus larges : sortie de la crise économique et sociale des années 1990, dégagements de ressources budgétaires, mise en place d'un système de protection sociale et restauration des services sociaux, rétablissement du système de santé, ... C'est leur effondrement qui est la cause de la période dramatique qu'a traversée la Russie et qui se lit sur ce graphique, et non l'alcool.

http://www.euro.who.int/fr/health-topics/disease-prevention/alcohol-use/publications/2019/alcohol-policy-impact-case-study-the-effects-of-alcohol-control-measures-on-mortality-and-life-expectancy-in-the-russian-federation-2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.