Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

303 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2021

Asie centrale, violences domestiques: elles augmentent pendant la pandémie

Mais des centres d'aides aux victimes ou des associations comme Gulrukhsor, Sezim, Najoti Kudakon y apportent une réponse.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai été invité, avec d’autres, à relayer un billet de Lucia Direnberger sur les violences faites aux femmes pendant la pandémie du Covid-19 au Tadjikistan, en Ouzbékistan, au Kazakhstan et au Kirghizstan, ainsi que la mobilisation et les initiatives prises par des femmes pour lutter contre elles. Je le fais volontiers. 

Lucia Direnberger est une chercheuse qui contribue au projet REFPoM. Celui-ci s’intéresse aux migrations des pays d’Asie centrale, vers la Russie, et plus précisément, dans une région peu étudiée par l’anthropologie française, aux « morts au loin », les migrants qui décèdent à l’étranger, et aux pratiques qui accompagnent le retour de leur corps dans leur pays. Il s’agit, si je comprends bien, d’analyser ces pratiques funéraires, dans leurs dimensions rituelle, familiale, sociale et économique, de caractériser à ce prisme ce que sont ces migrations et l’éloignement, et, dans un second volet de la recherche, en quoi elles acquièrent une dimension politique dans la relation entre les communautés migrantes et leurs États d’origine. 

REFPoM a aussi réalisé durant l’été 2019 une enquête quantitative à Moscou auprès des migrants tadjiks et ouzbeks, qui documente notamment leur état de santé et leur accès au soin, et dont je suis impatient de rendre compte des résultats dans ce blog. 

S’agissant de l’augmentation des violences conjugales pendant la pandémie, les statistiques, ponctuelles et fragmentaires, des pays d'Asie centrale sont comparables aux nôtres ou à celles de la Russie. Les données disponibles sur les signalements de violences, les consultations dans les centres qui accompagnent leurs victimes, ou encore et de façon plus terrible les assassinats de femmes, montrent un accroissement de l’ordre de 30 à 60 %, parfois plus. 

Lucia Direnberger aborde aussi la mobilisation des associations contre les violences et en décrit les modalités. Elle semble plus efficace au Kirghizstan, où elle s’appuie sur une loi votée en 2017 : celle-ci prévoit qu’après témoignage de la victime, l’agresseur doit être placé au poste de police pour 48 heures au minimum afin que les victimes puissent trouver un endroit pour fuir les violences, dans un foyer dédié à l’accueil de violences faites aux femmes ou chez des parents ou amis. Ces dispositions doivent maintenant devenir effectives. 

Au Tadjikistan, mais aussi au Kazakhstan et en Ouzbékistan, les conditions dans lesquelles interviennent les associations qui défendent les droits des femmes semblent se détériorer, soit parce que leur activité est réprimée ou entravée par les autorités, soit parce que les pressions réactionnaires s’accentuent. C’est le cas au Kazakhstan, où un groupe de travail a été constitué au sein du parlement pour discuter d’une proposition de loi qui reprendrait en partie leurs propositions. Ce projet à donné lieu, comme en Russie, à une brutale campagne antiféministe. L’argument, éculé, serait que l’autorité parentale serait remise en question dans cette loi, les parents n’ayant plus le droit de frapper leurs enfants. Les coups sur une personne, qu’il s’agisse ou non d’un enfant, sont pourtant déjà proscrits par la loi kazakhe.

On sait que la bêtise n’a pas de frontières, et l’on voit à l’œuvre des argumentaires conçus par l’extrême-droite américaine, copiés-collés en Russie ou ailleurs par des traditionalistes bien en mal de savoir quelles sont les « valeurs éternelles » qu’ils défendent : la violence ? Les coups ? Le meurtre ? Le viol ?

Mais il y aussi en Asie centrale des associations qui défendent les droits des femmes, et des féministes, et cela c’est la bonne nouvelle. Intéressons nous à ce qu'elles font, un peu d'internationalisme nous fera du bien. 

Le Carnet de REPFoM (10 janvier 2021)

Et les liens vers les sites des associations citées dans le chapeau de ce billet : GulrukhsorSezimNajoti Kudakon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat