daniel rome
professeur retraité, militant altermondialiste
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 févr. 2021

Une société sans contact ?

Plus de quatre milliards d’individus sont confinés depuis plusieurs mois. L’économie mondiale tourne au ralenti.  Des centaines de milliers de voix disent qu’il faut tirer les leçons de ce qui nous arrive mettant clairement en cause le néolibéralisme https://ceriseslacooperative.info/ de juin 2020

daniel rome
professeur retraité, militant altermondialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UN MONDE SANS CONTACT ?

« Est-ce un monde qui nait ou l’avenir qui meurt ? »  Aragon

Plus de quatre milliards d’individus sont confinés depuis plusieurs mois. L’économie mondiale tourne au ralenti.  Des centaines de milliers de voix disent qu’il faut tirer les leçons de ce qui nous arrive mettant clairement en cause le néolibéralisme. Le confinement généralisé a, et aura des conséquences sur nos modes de vie, nos relations, nos amours, nos désirs, notre travail, nos déplacements. Une des conséquences immédiate aura été la quasi généralisation du télétravail pour stopper les déplacements pour une multitude de secteurs du tertiaire. Les autres salariés qui ne pouvaient pas travailler ont subi le chômage partiel voire le licenciement. Les avis sont très partagés concernant le télétravail. Nous n’entrerons pas dans un débat sans fin pour ou contre. Disons-le tout net, nous considérons que ce sont aux travailleurs de décider comment produire et que dans certains cas, une part de télétravail peut être un avantage pour les travailleurs et pour l’économie. Cependant, nous devons réfléchir aux conséquences anthropologiques et économiques de la digitalisation du travail. Le télétravail supprime les barrières entre vie privée et vie professionnelle et c’est flagrant pour les enseignants. D’après plusieurs études il accroit l’intensité du travail, il questionne la santé physique et mentale des travailleurs qui y sont soumis et il soumet les personnes concernées à l’isolement social. Une étude a montré que depuis les ordonnances Macron, quand il était ministre des finances,  65% des salariés en télétravail souffrent de cet isolement. Cela signifie qu’il faut encadrer très sévèrement ces dispositifs. Autre question : Est-ce que le logement permet le télétravail ? le télétravail ne permet-il pas de mieux contrôler les travailleurs, d’accroître la productivité ? La digitalisation est un outil redoutable de contrôle des individus et d’asservissement. N’est-on pas en train de créer un imaginaire dystopique digne du roman de Georges Orwell « 1984 » ? La digitalisation du travail s’est développée bien avant la pandémie avec la création d’un capitalisme de plateformes comme Uber, Airbnb ou E booking. La digitalisation du travail et du commerce construit une société déshumanisée où ce qui compte c’est vendre et contrôler sans se soucier ni du bien-être du travailleur, ni de l’intérêt du consommateur. « Ne laissons pas s’installer un monde sans contact » comme le proclamait récemment la revue Terrestre. Cette pandémie a violemment montré l’utilité ou l’inutilité de certains emplois et nous a amené à nous interroger individuellement et collectivement sur le sens de notre vie, notre rapport aux autres, notre rapport à la culture mais aussi le sens de notre travail et donc son utilité sociale et ses conséquences sur l’activité économique et sur notre environnement. Travailler au jour d’après c’est penser la fin du capitalisme. Son obsolescence est à l’œuvre. Alors maintenant que le train repart doucement faisons en sorte qu’il n’aille pas s’écraser contre un mur. Soyons des millions à rêver et à construire le monde d’après.

Daniel ROME

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart